Chamosite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chamosite
Catégorie IX : silicates[1]
Chamosite (klementite) Belgique

Chamosite (klementite) Belgique
Général
Classe de Strunz 9.EC.55
Classe de Dana 71.04.01
Formule brute H6Al2Fe3.5Mg1.5O18Si3(Fe2+;Mg;Fe3+)5 Al(Si3Al)O10(OH;O)8
Identification
Masse formulaire[2] 664,171 ± 0,015 uma
H 0,91 %, Al 8,12 %, Fe 29,43 %, Mg 5,49 %, O 43,36 %, Si 12,69 %,
Couleur grise voir gris verdâtre, on en trouve aussi de couleur vert noirâtre et marron
Classe cristalline et groupe d'espace prismatique, C 2/m
Système cristallin monoclinique
Réseau de Bravais centré C
Macle sur {001}
Clivage parfait sur {001}
Cassure inégale
Échelle de Mohs 3
Trait blanc à blanc verdâtre
Éclat vitreux
Propriétés optiques
Indice de réfraction a=1,6, b=1,6, g=1,67
Biréfringence biaxial (-) ; 0,0700
Dispersion 2vz ~ 0, 2
Fluorescence ultraviolet fluorescent et luminescent
Transparence translucide à opaque
Propriétés chimiques
Densité 3.2
Propriétés physiques
Magnétisme possible
Radioactivité aucune
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La chamosite est une espèce minérale du groupe des silicates sous groupe des phyllosilicates cristallisant dans le système monoclinique, qui fait partie de la familles des chlorites. Sa formule idéale est (Fe2+;Mg;Fe3+)5 Al(Si3Al)O10(OH;O)8 avec des traces de manganèse, calcium, sodium et potassium.

Historique de la description et appellations[modifier | modifier le code]

Inventeur et étymologie[modifier | modifier le code]

Espèce décrite en 1820 par le minéralogiste Pierre Berthier[3] elle est nommée par son lieu de découverte, Chamoson, entre Sion et Martigny, en Suisse.

Topotype[modifier | modifier le code]

Haut de Cry, Chamoson, Riddes, Valais, Suisse

Synonymes[modifier | modifier le code]

  • brunsvigite[4]
  • delessite (Naumann)[5]
  • thuringite-(Fe)

Caractéristiques physico-chimiques[modifier | modifier le code]

Variétés[modifier | modifier le code]

  • Bavalite, variété de formule idéale (Fe,Mg,Al)6(Si,Al)4O10(OH)8. Initialement rapporté en Bretagne, mais également en Autriche : Kamuderkeusche, Stallhofen, Moosburg, Klagenfurt, Carinthie[6].
  • Daphnite, variété magnésienne de chamosite de formule idéale (Fe,Mg)5Al(Si,Al)4O10(OH)8. Trouvée initialement à Penzance - Ludgvan Area, Mount's Bay District, Cornouailles, Angleterre, mais aussi au Canada : Rouyn-Noranda TE, Abitibi-Témiscamingue, Québec[7].
  • Thuringite, variété ferreuse de chamosite de formule idéale ((Fe,Fe, Mg,Al)6(Si,Al)4O10(O,OH)8. Trouvée initialement à Reichmannsdorf, Thuringe, Allemagne,assez répandue dans le reste du monde.
Variété pour le thuringite
Klementite, découverte et analysée par le minéralogiste Klement en 1888 sur des échantillon de Vielsalm (Belgique)[8] et inventée par Tchermak qui l'a dédiée au découvreur[9].

Cristallochimie[modifier | modifier le code]

La chamosite est un polytype des chlorites. Elle est un dimorphe de l'orthochamosite et forme une série avec le clinochlore.

Selon la classification de Strunz, elle fait partie de la classe des silicates (IX), plus précisément des phyllosilicates (9.E) micacés composés de réseaux tétraédriques et octaédriques (9.EC).

Membres du groupe 9.EC.55 des phyllosilicates micacés
Minéral Formule Groupe ponctuel Groupe d'espace
Baileychlore (Zn,Al)3[Fe2Al][Si3AlO10](OH)8 1 ou 1 C1 ou C1
Borocookéite Li1+3xAl4-x(BSi3)O10(OH,F)8 (x ≤ 0,33) 2/m C2/m
Chamosite (Fe,Mg,Fe)5Al(Si3Al)O10(OH,O)8 2/m C2/m
Clinochlore (Mg,Fe)5Al(Si3Al)O10(OH)8 2/m C2/m
Cookéite LiAl4(Si3Al)O10(OH)8 1, 2 ou 2/m C1, C2 ou Cc
Donbassite Al2[Al2,33][Si3AlO10](OH)8 2/m C2/m
Franklinfurnacéite Ca(Fe,Al)Mn4Zn2Si2O10(OH)8 2 C2
Glagolevite NaMg6[Si3AlO10](OH,O)8·H2O 1 C1
Gonyérite Mn3[Mn3Fe][(Si,Fe)4O10](OH,O)8 orthorhombique
pseudo-hexagonal
inconnu
Nimite (Ni,Mg,Fe)5Al(Si3Al)O10(OH)8 2/m C2/m
Odinite (Fe,Mg,Al,Fe,Ti,Mn)2,5(Si,Al)2O5(OH)4 m Cm
Orthochamosite (Fe,Mg,Fe)5Al(Si3Al)O10(OH,O)8 orthorhombique
pseudo-hexagonal
inconnu
Pennantite Mn5Al(Si3Al)O10(OH)8 2/m C2/m
Sudoïte Mg2(Al,Fe)3Si3AlO10(OH)8 2/m C2/m

Selon la classification de Dana, la cookéite se trouve dans la classe des phyllosilicates (classe 71) dont les couches de silicate sont formées par des anneaux à six membres avec une alternance de couches 2:1 (deux couches de tétraèdres T autour d'une couche d'octaèdres O) et de couches 1:1 (couche isolée d'octaèdres) (71.04) et plus précisément dans le groupe des chlorites (71.04.01).

Cristallographie[modifier | modifier le code]

  • Paramètres de la maille conventionnelle : a = 5.373, b = 9.306, c = 14.222, Z = 2; beta = 97.88° V = 704.40
  • Densité calculée = 3.13

Gîtes et gisements[modifier | modifier le code]

Gîtologie et minéraux associés[modifier | modifier le code]

  • Métamorphisme des dépôts de fer.
  • Dans la réduction des matériaux organiques.

Elle est associée aux minéraux calcite, kaolinite,magnétite, olivine, plagioclase, pyroxènes, quartz et sidérite.

Gisements producteurs de specimens remarquables[modifier | modifier le code]

  • Algérie
Aïn Barbar, Edough-Cap de Fer Massif, District de Constantine, Province de Constantine[10]
  • Belgique
Carrière Les Roches, Bastogne, Province de Luxembourg
Vielsalm,Bastogne, Province de Luxembourg
  • Canada
La mine Jeffrey, Richmond Co., Asbestos au Québec[11]
  • France
Carrière du Bois-de-la-Roche, Saint-Aubin-des-Châteaux, Loire-Atlantique, Pays de Loire[12]
Mine de Rouez, Sarthe, Pays de Loire[13]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  3. Berthier ; Annale des Mines 5. 393 1820
  4. Bibliographie des sciences de la terre, Volume 37 1976
  5. Manuel de minéralogie, Volume 1 Par Alfred Des Cloizeaux p.453 1862
  6. G. Niedermayr, I. Praetzel: Mineralien Kärntens, 1995
  7. Econ Geol. (1995) 90:2006-2017
  8. Mémoire de la Classe des sciences ; Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique. Classe des sciences 1938
  9. (Sitzunngsb. Akad. Wien ; C. 40.75. 1895)
  10. Ch. Marignac (1988): Bull. Minéral., 111, 359-381.
  11. Normand (2001) Experimental and field investigation of serpentinization and rodingitization. unpublished Ph.D. thesis McGill University, Montreal, Quebec
  12. Moëlo, Y., Gloaguen, E., Lulzac, Y., Le Roc'h, P. (2006): Minéralogie de la carrière du Bois de la Roche, Saint-Aubin-des-Châteaux (Loire-At´lantique). Le Cahier des Micromonteurs, 1/2006, 3-8.
  13. Leydet, J.C. (1994). "L'amas du Rouez (Sarthe)." Le Cahier des Micromonteurs(4),pp:8.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :