Chambonchard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chambonchard
Image illustrative de l'article Chambonchard
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Limousin
Département Creuse
Arrondissement Aubusson
Canton Évaux-les-Bains
Intercommunalité C.C. d'Évaux-les-Bains Chambon-sur-Voueize
Maire
Mandat
Bernard Tourand
2014-2020
Code postal 23110
Code commune 23046
Démographie
Population
municipale
87 hab. (2011)
Densité 6,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 10′ 00″ N 2° 32′ 12″ E / 46.1666666667, 2.5366666666746° 10′ 00″ Nord 2° 32′ 12″ Est / 46.1666666667, 2.53666666667  
Altitude Min. 310 m – Max. 518 m
Superficie 12,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Creuse

Voir sur la carte administrative de Creuse
City locator 14.svg
Chambonchard

Géolocalisation sur la carte : Creuse

Voir sur la carte topographique de Creuse
City locator 14.svg
Chambonchard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chambonchard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chambonchard

Chambonchard est une commune française située dans le département de la Creuse en région Limousin.

Géographie[modifier | modifier le code]

Chambonchard est situé à l'est du département de la Creuse, en limite des départements de l'Allier et du Puy-de-Dôme. À proximité de Pont-de-Rameau (ancien moulin sur le Cher), se trouve le point de rencontre de ces trois départements qui représentent autant de régions historiques : Marche (Creuse), Bourbonnais (Allier) et Auvergne (Puy-de-Dôme).

Le bourg de Chambonchard s'établit sur la rive gauche du Cher, alors que la rive droite, faisant partie de la commune de la Petite-Marche, se nomme La Caborne. Ainsi, le village, qui n'est constitué que de quelques maisons, est-il partagé entre deux départements (Creuse et Allier) et deux régions (Limousin et Auvergne).

Chambonchard se trouve à 52 km au nord d'Aubusson, 59 km à l'est de Guéret, 27 km au sud de Montluçon et 90 km au nord-ouest de Clermont-Ferrand.

Le nord du territoire communal est occupé par la haute-vallée du Cher, à une altitude de 319 mètres au niveau du village de Chambonchard. Le plateau domine au sud la rivière avec 150 mètres de dénivelé (478 mètres au lieu-dit Le Theix à 2 km de Chambonchard). L'altitude augmente ensuite progressivement jusqu'à 519 mètres à proximité du hameau de La Chassagne.

Le hameau du Theix est devenu le centre de la commune (la mairie y est installée) suite aux expropriations liées au projet de barrage avorté sur le Cher (voir la rubrique Histoire).

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1986, l'état décide de construire un barrage sur le site de la vallée de Chambonchard, destiné à réguler le cours de la Loire et à améliorer l'alimentation en eau de la ville de Montluçon. Chambonchard était donc voué à disparaître sous les eaux. Après différentes volte-face liées aux changements successifs de gouvernements durant les années 80-90, le projet est finalement abandonné officiellement en 1999. A partir de cette date, Chambonchard tente de renaître puisque les habitants, ayant tous été expropriés, avaient déserté le village[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001   Gérard Rouffet (réélu en mars 2008[2])    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 87 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
406 367 354 410 451 436 431 461 463
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
468 457 430 444 421 412 406 405 380
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
382 378 358 305 273 270 259 231 194
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
186 175 155 129 116 84 81 79 86
2011 - - - - - - - -
87 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église remonte au XIIe siècle et contient des peintures murales (fin XIIIè-début XIVè siècles classées MH)[5].
Chambonchard Eglise.JPG
Chambonchard Eglise intérieure.JPG
  • Château de Ligondeix (XIVè-XVè siécles inscrit MH)[6]. Propriété privée. Situé à proximité de Pont-de-Rameau.
  • Le monument aux Morts.
  • un parc d'éoliennes a été installé dans le courant de l'année 2011.
  • Site naturel du Pont-de-Rameau : Gorges du Cher. La rivière a creusé dans le granit une spectaculaire gorge très encaissée et sauvage.
  • Haute-vallée du Cher à Chambonchard. Venant des gorges de Pont-de-Rameau, le Cher forme, avec son affluent la Tartasse, une vallée longue d'une dizaine de kilomètres. Le barrage, dont le projet a été abandonné officiellement en 1999, devait noyer entièrement cette vallée.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :