Chaise pliante

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chaise (homonymie).
Ouverte, la chaise est prête à être utilisée
Repliée, elle occupe un volume réduit à sa largeur et à l'épaisseur de ses montants.
Une chaise pliante en position d'utilisation et la même chaise en position de rangement.

Une chaise pliante est un type de chaise légère et transportable qui a la particularité de pouvoir se replier. Elle est étudiée et conçue pour être facile à stocker et à ranger, d'autant plus si les chaises sont similaires ou peuvent être assemblées ou emboîtées.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Animation montrant une chaise en toile sortant de sa housse, se dépliant et se repliant pour rentrer dans sa housse
Chaise pliante de camping.

Les chaises pliantes sont généralement utilisées lors de rassemblements d'un grand nombre de personnes comme un événement culturel (concert, exposition, conférence, etc.) ou familial (mariage, décès, etc.), en intérieur comme en extérieur, dans un lieu qui n'en est pas équipé en permanence.

Elles sont également utilisées d'une façon plus individuelle pour les loisirs de plein air et le camping, comme sièges d'appoint, ou encore pour être facilement déplacées comme un fauteuil de réalisateur.

Les chaises transats sont des chaises longues pliantes utilisées en plein air.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce type de chaise est utilisé depuis l'Égypte ancienne, ainsi qu'en Grèce et Rome antiques. Le siège curule où pouvaient s'asseoir les magistrats et promagistrats romains était pliable et transportable. La structure était faite principalement en bois sculpté et décoré et, plus rarement en métal.[réf. nécessaire] Des chaises pliantes, comme la chaise de Daensen (en), sont aussi connues à l'âge du bronze danois en Allemagne et au Danemark[1].

La chaise pliante s'est répandue au Moyen Âge notamment comme mobilier liturgique.[réf. nécessaire]

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rüdiger Articus, Jochen Brandt, Elke Först, Yvonne Krause, Michael Merkel, Kathrin Mertens et Rainer-Maria Weiss, Archaeological Museum Hamburg Helms-Museum : A short guide to the Tour of the Times, Hamburg, coll. « Archaeological Museum Hamburg publication | Helms-Museum » (no 103),‎ 2013, 90–91 p. (ISBN 978-3-931429-24-9)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]