Chaise de barbier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chaise (homonymie).
Chaises de barbier dans un salon de coiffure à Surabaya (Java oriental).

Une chaise de barbier est un type de chaise destinée à asseoir la clientèle des barbiers et des coiffeurs[1].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Selon les modèles, les pays et les époques, elle peut présenter toutefois certaines caractéristiques communes comme un appui-tête, des accoudoirs ainsi qu’un repose-pieds. Elle peut avoir un mécanisme d’axe central rotatif à 360° qui permet d’ajuster la hauteur[2],[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans des bibliothèques du XVIe siècle, le lecteur pouvait équiper de roulettes une chaise de barbier afin d'accélérer ses déplacements entre la roue à livres et les étagères lors de ses travaux de recherches[4]. Au début du XVIIIe siècle en France, le barbier, considéré comme un « marchand de nouvelles » utilisait cette chaise le dimanche matin pour couper la barbe hebdomadaire des paysans, des ouvriers et des domestiques en attendant le début de la messe dominicale[5].

Objet de musée et de collection[modifier | modifier le code]

Le barbier-coiffeur de nombreuses personnalités, Franco Novara qui a exercé 30 ans au château Frontenac, a fait don de sa chaise de barbier au musée de la Civilisation de Québec[6]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Inventaire des ressources ethnologiques du patrimoine immatériel (IREPI) » sur le site de Université Laval
  2. « La chaise de barbier » sur le site de Musée des Pionniers et des Chanoinesses Notre-Dame-de-Lourdes, Manitoba
  3. (en) « Antique Barber Chair Flash Back » sur le site de antiquebarberchair.org
  4. Passeurs culturels: mécanismes de métissage, Louise Bénat-Tachot, Serge Gruzinski, 2001, 319 pages
  5. « Histoire du dimanche: de 1700 à nos jours » par Robert Beck, 1997, 383 pages
  6. « Le fonds du barbier Franco Novara », Trésors de société: les collections du Musée de la civilisation, Richard Dubé, 1998, 255 pages