Chaïbia Talal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Chaïbia Talal (en arabe : شعيبية طلال) était une peintre autodidacte marocaine.

Les débuts[modifier | modifier le code]

Née en 1929 au village de Chatou près d'El Jadida, Chaïbia grandit à la campagne. Elle se maria à l'âge de 13 ans et fut à la fois veuve et mère de famille à l'âge de 15. "Rien ne me destinait à la peinture, déclarait-elle, si ce n'est ce rêve que je fis à l'âge de 25 ans et qui me disait : Lève-toi et peint". C'est son fils, Lhoucine, qui l'aida à réaliser son rêve et l'encouragea dans la voie de la peinture. Ainsi, Chaïbia peignit ses premières toiles et dévoila sa peinture libre qu'on a coutume de dire 'naïve'.

La célébrité[modifier | modifier le code]

Sans maître et loin de toute école, Chaïbia développa une peinture sans gêne qui pouvait tout oser. Découvertes par les amis peintres de son fils, ses peintures firent bientôt le tour du Maroc mais surtout celui de l'Europe où l'art naïf n'avait plus besoin d'être défendu.

De 1966 à 1980, Chaïbia s'exposa à Paris, Copenhague, Ibiza, Menton, Rotterdam et d'autres capitales artistiques. Ses tableaux, en parallèle, alimentèrent les collections d'états et les plus grandes collections privées dont celle du roi du Maroc.

En mai 2003, elle reçut à Paris la médaille d'or de la société académique française d'éducation et d'encouragement Arts Sciences Lettres.

Chaïbia Talal s'éteignit en 2004 à l'âge de 75 ans à Casablanca.

L'hommage[modifier | modifier le code]

De nos jours, Chaïbia Talal est considérée comme la peintre la plus populaire au Maroc. Elle y est surnommée 'la paysanne des arts'.

Fatima Mernissi, écrivain marocaine, lui a même adressé une lettre d'hommage intitulée " Chaïbia ou la sincérité à la source de l'art"

Liens externes[modifier | modifier le code]