Chaîne (obstacle à la navigation)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Estacade bloquant le fleuve Foyle durant le siège de Londonderry (en)

La chaîne de port, estacade ou autre variante est un obstacle tendu à travers une voie d'eau navigable pour maîtriser la navigation ou la bloquer[1]. Elle pouvait être une installation militaire visant à interdire l'accès d'un lieu aux navires ennemis ; le filet anti-sous-marin (en) en est un exemple moderne. Elle pouvait aussi servir, surtout sur les fleuves et rivières, à obliger les bâtiments de passage à acquitter un péage ou à prévenir la propagation de pestes au XVIIe siècle[1],[2].

Description[modifier | modifier le code]

L'estacade flotte en général à la surface de l'eau, tandis que la chaîne peut se trouver à la surface de l'eau ou sous cette dernière. On pouvait faire flotter la chaîne à l'aide de radeaux, de grumes, de navires ou d'autres bois, qui transformaient ainsi la chaîne en estacade.

Surtout dans les temps médiévaux, l'extrémité de la chaîne pouvait être fixée à une tour. Cela permettait de soulever la chaîne ou de l'abaisser sans danger, car la tour était souvent lourdement fortifiée[1]. En soulevant et abaissant la chaîne ou l'estacade, on pouvait accorder l'accès sélectivement plutôt que de rendre un plan d'eau tout à fait inaccessible. L'élévation et l'abaissement de la chaîne pouvaient être réalisés à l'aide d'un guindeau ou d'un cabestan[3].

Les chaînes et les estacades pouvaient être brisées par un navire suffisamment gros ou lourd ou être démantelées, ce qui arriva à maintes occasions, notamment lors du siège de Damiette, du raid sur la Medway et de la bataille navale de Vigo[4],[5],[6],[7]. Cependant, il arriva souvent que les attaquants s'emparèrent des défenses et coupèrent la chaîne ou l'estacade par des méthodes plus classiques. Au siège de Londonderry, par exemple, l'estacade fut coupée par des marins qui s'en étaient approchés dans une chaloupe.

Élément clé des défenses, les estacades étaient d'ordinaire fortement défendues par des tours, des batteries ou des forts riverains. Pendant l'ère de la voile, l'estacade qui protégeait un port pouvait ëtre défendue par plusieurs bâtiments et leurs canons de bordée. Dans certaines occasions, plusieurs estacades pouvaient barrer un plan d'eau.

Galerie[modifier | modifier le code]

Exemples[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Philip Davis, « Site types in the Gatehouse listings — Chain Tower », Gatehouse,‎ 7 mai 2012 (consulté le 17 octobre 2013).
  2. (en) « Boom Towers, Norwich ».
  3. (en) Bob Hind, « Filling in the missing links on history of harbour chain », The News (en),‎ 27 janvier 2013 (lire en ligne).
  4. (en) Edward Gibbon, Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain, vol. 6, p. 510.
  5. (en) « The Dutch in the Medway - 1667 », M.A. de Ruyter Foundation (consulté le 21 octobre 2013).
  6. (en) Frederic Hervey, The Naval History of Great Britain: From the Earliest Times to the Rising of the Parliament in 1779, W Adlard,‎ 1779, p. 77.
  7. (en) WH Long, Medals of the British Navy and How They Were Won, Grande-Bretagne, Lancer Publishers,‎ 2010 (ISBN 9781935501275, lire en ligne), p. 24.