Chœurs de l'Armée rouge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Chœurs de l'Armée rouge

Description de l'image  Ансамбль красноармейской песни Центрального дома Красной Армии имени М. В. Фрунзе.jpg.
Informations générales
Années actives 1928 à nos jours
Labels Polydor, Pense à moi, F.G.L., Sony Music

Les Chœurs de l'Armée rouge sont un ensemble militaire russe composé de chanteurs, musiciens et danseurs.

Histoire[modifier | modifier le code]

Pour comprendre et ressentir le pouvoir des voix puissantes et profondes des Chœurs de l’Armée rouge, il faut se tourner vers l’histoire de la Russie et de l'Union soviétique. Ce chœur d’hommes a été créé pour servir et soutenir la patrie, dans l'optique de « remonter le moral des troupes » et d'exalter l’idéal révolutionnaire du pays.

Depuis les origines, seuls deux ensembles officiels, élevés au rang d’Académie, peuvent se prévaloir de cette prestigieuse appellation :

  • L’ensemble Alexandrov fondé en 1928 sous la tutelle du ministère de la Défense russe.
  • L’ensemble MVD fondé en 1939 sous la tutelle du ministère de l’Intérieur russe.

Ce sont des formations prestigieuses qui perpétuent la tradition des Chœurs et ballets de l'Armée rouge soviétique.

Le répertoire s'inspire de musique traditionnelle russe, de musique sacrée, d'airs d'opéra et de musique populaire, par exemple Katioucha, Kalinka, Kernina, Ave Maria

Les Chœurs de l'Armée rouge, qui ont résisté à l'effondrement du mur de Berlin et à la fin de l'Union soviétique, sont restés populaires en Russie comme à l'étranger.[réf. nécessaire]

L’Ensemble académique Alexandrov du ministère de la Défense russe[modifier | modifier le code]

Ensemble académique Alexandrov - 2009

La première formation des Chœurs de l’Armée rouge comptait 12 soldats artistes et se produisit pour la première fois en 1928 sous la direction d'Aleksandr Aleksandrov, un professeur de musique du Conservatoire de Moscou.

En 1929, l'Ensemble effectua une tournée dans les régions éloignées de l'URSS pour soutenir le moral des troupes affectées à la construction du réseau de chemin de fer de l'Extrême Orient.

En 1933, on dénombrait 300 membres répartis en trois unités : un chœur masculin, un orchestre et un groupe de danseurs. Durant la Seconde Guerre mondiale, le Chœur donna plus de 1 500 représentations sur les deux fronts soviétiques, pour divertir les troupes prêtes à être déployées sur les champs de bataille, dans les tranchées ou les terrains d'aviation, aussi bien que dans les hôpitaux. La Guerre sacrée sera alors l’un des chants les plus importants.

En 1946, après la mort d'Aleksander Aleksandrov, son fils Boris Aleksandrov prit la relève comme directeur musical du chœur, jusqu'au moment de sa retraite en 1987.

En 1978, le Chœur devient « l’Ensemble académique Alexandrov de chant et de danse de l’Armée russe », dirigé par Viatcheslav Korobko, la chorégraphie étant assurée par Leonid Koulikov.[réf. nécessaire]

Alexandre Vassilivitch Alexandrov[modifier | modifier le code]

Alexandre Vassilievitch Aleksandrov naît le 13 avril 1883 à Plakhino, un petit village au sud-est de Moscou, et est issu d’une grande tradition musicale, qu’il transmettra à son fils Boris. Professeur du conservatoire de Moscou, il est nommé chef de la troupe de l’Armée rouge.

Il compose de célèbres chants, comme La Guerre sacrée, ou ce qui deviendra l’hymne national soviétique (modifié en 1977 avec la suppression des passages dédiés à Staline). Il trouve la mort en 1946 lors d’un déplacement à Berlin, et c’est son fils, Boris Aleksandrov, qui dirige la troupe jusqu’en 1987.

Depuis la disparition de Boris Alexandrov, la troupe Alexandrov s’est vue concurrencée par l’ensemble ami/rival des Chœurs de l’Armée rouge MVD, qui s’est produit sur nombre de scènes du monde ces trente dernières années.[réf. nécessaire]

L’Ensemble académique MVD du ministère de l’Intérieur russe[modifier | modifier le code]

Les Chœurs de l’Armée rouge du ministère de l’Intérieur ont été fondés en 1939 sous la direction d’Alexandre Vassilivitch, auquel succédera le général Victor Eliseev en 1985.

Depuis les années 1980, la troupe du général Eliseev triomphe sur tous les continents après avoir considérablement modernisé son répertoire et ses prestations, ce qui a permis à la troupe d’accéder à un public plus large, plus familial.

L’ensemble MVD s’est ainsi produit pour plus de sept mille représentations, en plusieurs langues, devant plus de 20 millions de spectateurs à travers le monde. Ils se sont notamment produits devant le Pape Jean-Paul II à Rome ou en ouverture des Jeux olympiques d’été de 1980 à Moscou.

C’est le seul ensemble militaire ayant reçu la « Star de Platine », et une cinquantaine de ses artistes ont reçu le titre suprême d’« artiste d’honneur de la Russie ».[réf. nécessaire]

34 ans après les Jeux olympiques de Moscou, Les Chœurs de l'Armée rouge MVD ouvrent les Jeux olympiques d'hiver de Sotchi en Russie.

Général Victor Eliseev[modifier | modifier le code]

Il est né le 9 juin 1950 à Moscou où il fera des études de musique et sortira major de la promotion du « Government Music Institut » en 1976. Il intègre le corps d’armée MVD en 1973 et gravit rapidement les échelons pour devenir directeur du fameux ensemble académique en 1985, à tout juste 35 ans.

Il a été élu « L’Homme de l’Année » pour la culture en 2007, et primé en Chine en 2009.[réf. nécessaire]

Collaborations[modifier | modifier le code]

Le Balalaïka Show[modifier | modifier le code]

En 1993, le groupe finlandais les Leningrad Cowboys, connus non seulement en Finlande, mais également à travers de nombreux pays, pour proposer régulièrement des reprises de tubes internationaux dans des versions improbables, et souvent proches de la tendance heavy metal, propose une collaboration aux choristes de l'Armée rouge.

L'idée séduit côté russe et aboutit dans les mois qui suivent au ’’Balalaïka Show’’. En plein centre d'Helsinki, devant le parlement finlandais et 70 000 spectateurs, les musiciens finlandais et russes interprètent dans des versions inattendues des morceaux tels que Happy together ou encore Knockin' on heaven's door.[réf. nécessaire]

Vincent Niclo[modifier | modifier le code]

En 2012, le jeune ténor français avait envie de réaliser un album reprenant de grands airs d’opéra avec des Chœurs.

Il a alors envoyé quelques chansons au général Eliseev qui fut séduit par le projet. Les Chœurs de l’Armée rouge MVD invitèrent alors Vincent Niclo sur leur tournée de mars 2012 pour qu’il interprète deux titres issus de l’album en préparation : Ameno et La Marseillaise.

L’album ’’’Opéra Rouge’’’ est sorti le 24 septembre 2012 et remporta un réel succès en restant 5e des ventes pendant 6 semaines consécutives.

Vincent Niclo fut invité à chanter au côté des Chœurs de l’Armée rouge MVD au Kremlin à Moscou lors d’une soirée exceptionnelle le 10 novembre 2012, à l’occasion de l’anniversaire de la Révolution russe de 1917. C’est le premier artiste français invité à chanter dans cette salle mythique.

En mars 2013, les Chœurs de l'Armée rouge MVD sont repartis sur les routes avec Vincent Niclo pour une tournée des Zéniths en France, en Suisse et en Belgique. Après 37 représentations à guichets fermés, l'ensemble a reçu un triple disque de platine pour 300.000 exemplaires de l'album « Opéra Rouge ».

Les Chœurs de l'Armée rouge ont continué leur collaboration avec Vincent Niclo en sortant avec le label allemand Deutsche Grammophon l'album O Fortuna, qui sortira le 18 octobre 2013 en Allemagne.[réf. nécessaire]

Julia Migenes[modifier | modifier le code]

Lors de l’émission française, de 300 chœurs pour les fêtes diffusé le 25 décembre 2012 sur TF1, Julia Migenes, la grande soprano américaine, a interprété avec Vincent Niclo et Les Chœurs de l’Armée rouge MVD, le titre Libiamo, extrait de La Traviata de Verdi, sur l’album Opéra rouge.[réf. nécessaire]

Laurent Gerra[modifier | modifier le code]

L’humoriste Laurent Gerra a interprété le titre Et maintenant avec l’ensemble officiel russe, lors d’une émission spéciale consacrée à l’humoriste Laurent Gerra se permet tout, le 22 septembre 2012 sur TF1.[réf. nécessaire]

Céline Dion[modifier | modifier le code]

Pour la sortie de son nouvel album « Sans attendre », Céline Dion a réalisé un grand show le 24 novembre 2012, diffusé sur France 2, où elle a invité les Chœurs de l'Armée rouge MVD et Vincent Niclo, pour interpréter le titre All by myself[1].

Séduite par leur incroyable interprétation, Céline Dion a invité Vincent Niclo et Les Chœurs de l'Armée rouge MVD a ouvrir les concerts qu'elle donnera en France et en Belgique à l'automne 2013.[réf. nécessaire]

Instrumentation[modifier | modifier le code]

  • La balalaïka : instrument de musique à cordes russe, de la catégorie des luths qui est un descendant du dombra qui a vu le jour au XVIIIe siècle. Cet instrument se caractérise par une caisse triangulaire qui vient en 6 tailles différentes. Le fond est plat, la table d'harmonie est légèrement arquée et le manche étroit porte 4 frettes amovibles et 3 cordes.
  • La domra : ce cousin de la balalaïka ressemble à un luth ; il a une caisse ronde, un long manche et 3 cordes de métal. Elle vient en 3 tailles différentes.
  • Le bayan : c'est l'accordéon chromatique de Russie.
  • Le basson russe : ce basson tire son origine du modèle serpentin droit de Regibo de 1789. Il est en bois et compte 3 ou 4 parties détachables et il se termine par une cloche ou tête droite peinte ou en laiton.
  • Le cor russe : ce cor de chasse droit ou légèrement courbé de grand calibre vient dans différentes tailles, de 20 à 210 cm, et il peut être en cuivre ou en laiton.

Chants et Interprétations[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1], Les Chœurs de l'Armée rouge et Vincent Niclo interprètent All By Myself devant Celine Dion sur France 2 le 24 novembre 2012.
  2. CD de l'ensemble avec la chanson « Sombre nuit ».
  3. Banque d'enregistrement de toutes les chansons de l'ensemble

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]