Chœur du Tabernacle mormon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le chœur au centre de conférence.

Le Chœur du Tabernacle mormon est une institution chorale fondée en 1847, soit 29 jours après l'entrée des pionniers mormons dans la vallée du Grand Lac Salé. Il est composé de 360 voix et est habituellement accompagné par l'orgue du Tabernacle mormon, de 11 623 tuyaux, et l'Orchestre de Temple Square[1], de 110 musiciens. Tous les membres du Chœur du Tabernacle sont des bénévoles de l’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours.

Le chœur participe à des émissions télévisées, des enregistrements, à plusieurs films et à des tournées nationales et internationales. Un programme hebdomadaire télévisé en direct d'une demi-heure a lieu dans le Tabernacle de Salt Lake City.

Histoire du chœur[modifier | modifier le code]

Le Chœur du Tabernacle mormon est né à Temple Square, Salt Lake City (Utah). Il a donné sa première représentation à la Conférence Générale de l'Église du 22 août 1847, soit 29 jours après l'entrée des pionniers mormons dans la vallée du Grand Lac Salé.

Sa première tournée a eu lieu en 1893, à la Columbian Exposition à Chicago. Le chœur a chanté en 1911, pour William Howard Taft, président des États-Unis. L’émission radiophonique du chœur, Music and the Spoken Word [2], commencée le 15 juillet 1929, est diffusée sans interruption depuis, ce qui rend cette émission la plus ancienne dans l'histoire de la radio.

En 1955, le chœur a effectué tournée européenne. En 1962, il a participé à la première diffusion intercontinentale par satellite à partir du mont Rushmore, dans le Dakota du Sud, au pied de l'effigie des quatre présidents américains sculptés dans le granit. Il s'est produit à Washington lors de l'investiture des présidents Lyndon Johnson (1965), Richard Nixon (1969), Ronald Reagan (1981) et George Bush (1989).

Ses tournées de concerts l’ont amené à se produire au théâtre Bolchoï en Russie et au Royal Albert Hall de Londres, ainsi qu'avec le Jerusalem Symphony en Israël.

En 1984, le chœur est apparu lors de la diffusion mondiale par satellite de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques d'été de 1984 à Los Angeles. Pendant les Jeux olympiques d'hiver de 2002 à Salt Lake City, le chœur s'est également produit, notamment avec le musicien populaire Sting.

Régulièrement, des artistes tels Andrea Bocelli[3] ou Natalie Cole[4] se joignent au Chœur du Tabernacle pour des concerts.

Distinctions[modifier | modifier le code]

En novembre 2003, le chœur reçu à la Maison-Blanche la National Medal of Arts, plus haute distinction des États-Unis dans le domaine artistique.

En novembre 2006, le chœur a reçu le prix Mère-Teresa qui rend hommage aux « accomplissements des personnes qui contribuent à rendre le monde plus beau, surtout dans les domaines de la religion, de la justice et des arts ». Ce prix est attribué par l'Institut d'art sacré Sainte Bernadette qui a créé ce prix pour « accorder une reconnaissance juste aux œuvres spirituelles accomplies dans notre monde profane ». Ce prix a été précédemment accordé au pape Jean-Paul II, à Maya Angélou, à Nelson Mandela et à Jimmy Carter.

Procédure d'admission[modifier | modifier le code]

La procédure d'admission pour faire partie du chœur dure généralement neuf mois. Les candidats doivent d'abord envoyer un enregistrement qui montre leur registre. Ensuite ils doivent passer un examen qui évalue leurs connaissances en solfège. S'ils atteignent 80 % ou plus, ils sont convoqués pour une audition. Si, à la suite de leur audition, ils sont choisis, ils sont invités à faire partie de la Chorale de Temple Square qui est une école de formation du Chœur du Tabernacle. Les membres ont entre 25 et 60 ans et peuvent chanter dans le chœur pendant 20 ans maximum.

Enregistrements[modifier | modifier le code]

Le chœur et l'Orchestre de Temple Square le 3 décembre 2005 sous la direction de Craig Jessop

Depuis l'avènement des enregistrements microsillon haute-fidélité, le chœur a publié plus de 150 disques et CD, dont une centaine d'enregistrements originaux et le reste des compilations.

Pour de nombreux enregistrements, le chœur a été associé à l'Orchestre de Philadelphie et placé sous la baguette d'Eugene Ormandy. L'un de ces enregistrements a remporté une récompense «Grammy» de la Recording Industry Arts Association.

Le chœur a également enregistré avec l'Orchestre philharmonique de New York, sous la direction de Leonard Bernstein, ainsi que sous la direction de Michael Tilson Thomas et avec des solistes comme Kiri Te Kanawa, Robert Merrill, Frederica von Stade, Shirley Verrett, Sherrill Milnes et Marilyn Horne.

Cinq des enregistrements du chœur ont remporté un disque d'or et deux un disque de platine.

On trouve ses enregistrements chez Sony, London Decca, Bonneville Classics et d'autres maisons. Depuis 2003, le chœur a sa propre maison d'édition. Ses principaux diffuseurs sont allmusic.com, amazon.com, cheap-cds.com, covenant-lds.com, deseretbook.com, discord.co.uk, gemm.com, musicforasong.com, secondspin.com, spun.com et telarc.com.

Critique musicale[modifier | modifier le code]

Les critiques musicaux attestent de la sonorité exceptionnelle du chœur.

Un critique de Christchurch (Nouvelle-Zélande) a écrit : « Impossible de ne pas être touché par l'électricité émotionnelle qui crépitait à l'auditorium de l'hôtel de ville ».

À Auckland, un journaliste a rapporté : « Quel que soit le genre de musique, la sonorité est d'une beauté sans faille, ...des pianissimi exquis, ...on peut sans exagérer parler de virtuosité chorale ».

En Israël, un critique décrit un concert en ces termes : « Sa sonorité fait penser à une fleur en train d'éclore. Son ouverture piano est spectaculaire. Les sopranos sont célestes, et la voix des ténors semble venir d'ailleurs, tant elle a d'aisance. Les altos et les basses ont un timbre profond et velouté. Ensemble, leur musique ressemble à du cristal baigné dans un flot de chaleur ». Un autre critique local ajoute : « Lorsqu'on entend des voix comme les leurs, ce n'est pas difficile de croire en Dieu ».

The Times, Londres : « Magnifique ; effets d'une pureté éthérée ».

France-Soir, Paris (1955) : « Précision du phrasé… puissance merveilleuse… fraîcheur et velouté… tout dans cet ensemble tend à la perfection ».

Herald Tribune, New York : « Une splendeur qu'il faut entendre pour croire ».

Berliner Morgenpost, Berlin : « Extraordinaire ! La sonorité, la justesse et la précision sont parfaites ».

Tagblatt, Berne : « Un des concerts les plus remarquables jamais entendus ici ». The Gazette, Montréal : « Un seul mot peut décrire ce chœur renommé : majestueux ».

Mexico City News : « Exécution émouvante et impressionnante ».

Autres commentaires[modifier | modifier le code]

Eugene Ormandy qualifiait le Chœur du Tabernacle mormon de « chœur le plus grandiose du monde » ; Ronald Reagan l'appelait « Le Chœur américain » ; George W. Bush le qualifie de « trésor national ». Le chanteur Sting qui s'est produit avec le Chœur a dit que cette expérience confirmait sa « croyance que la musique peut vraiment exprimer les idéaux humains les plus élevés ».

Sources[modifier | modifier le code]

  • Harold B. Lee, Le Chœur du Tabernacle mormon, l'une des plus grandes institutions musicales du monde, Salt Lake City, 1973
  • Salt Lake Mormon Tabernacle Choir, 1991 International Tour : Programme
  • Le Chœur du Tabernacle mormon de Salt Lake City, tournée européenne 1998 : Programme
  • Le Liahona, décembre 2003, Nouvelles de l'Église, p. 11
  • Le Liahona, janvier 2005, Nouvelles de l'Église, p. 6-8
  • Le Liahona, septembre 2006, Nouvelles de l'Église, p. 1
  • Le Liahona, avril 2007, Nouvelles de l'Église, p. 2

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]