Chérancé (Mayenne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chérancé.
Chérancé
L'église de Chérancé.
L'église de Chérancé.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Mayenne
Arrondissement Château-Gontier
Canton Craon
Intercommunalité Communauté de communes du Pays du Craonnais
Maire
Mandat
Jacky Vallée
2014-2020
Code postal 53400
Code commune 53068
Démographie
Population
municipale
166 hab. (2011)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 47′ 46″ N 0° 56′ 03″ O / 47.796111, -0.934167 ()47° 47′ 46″ Nord 0° 56′ 03″ Ouest / 47.796111, -0.934167 ()  
Altitude Min. 30 m – Max. 83 m
Superficie 8,73 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Mayenne

Voir sur la carte administrative de Mayenne
City locator 14.svg
Chérancé

Géolocalisation sur la carte : Mayenne

Voir sur la carte topographique de Mayenne
City locator 14.svg
Chérancé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chérancé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chérancé

Chérancé est une commune française, située dans le département de la Mayenne en région Pays de la Loire, peuplée de 166 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Chérancé est une petite commune rurale située à l'extrême sud du département, juste en limite du Maine-et-Loire. L'Oudon sépare le territoire communal de celui de Châtelais et sert ainsi de limite avec le département voisin du Maine-et-Loire.

Économie[modifier | modifier le code]

Chérancé est la première commune de la Mayenne[réf. nécessaire] à avoir changé son éclairage public pour le remplacer par un système de lampes LED sur tout son territoire

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge puis sous l'Ancien Régime, la commune faisait partie du fief de la baronnie angevine de Craon et dépendait de la sénéchaussée principale d'Angers et du pays d'élection de Château-Gontier.

Morts pour la France 1914-1918
Nom et prénom Date et lieu de naissance Date et lieu de décès
Houdmon Eugène 27 février 1887 à Chérancé 22 août 1914 à Virton (Belgique)
Quiévrault Gustave 23 décembre 1884 à Saint-Quentin-les-Anges 22 août 1914 à Virton (Belgique)
Piel Victor 24 décembre 1884 à Chérancé 24 août 1914 à Moincourt (Meuse)
Houdmon Narcisse 10 mai 1893 à Chérancé 31 août 1914 à Tailly (Ardennes)
Fourrier Alexandre 10 mai 1893 à La Chapelle-Glain (Loire-Atlantique) 17 octobre 1914 à l'hôpital de Laval
Cuisinier Eugène 9 décembre 1881 à Chérancé 4 novembre 1914 à Andechy (Somme)
Arthuis Ferdinand 22 juin 1880 à Chérancé 22 février 1915 (Champagne)
Sureau Victor 8 mai 1884 à Chérancé 13 juillet 1915 au ravin des Mérissons (Argonne)
Guillet Albert 12 novembre 1891 à Chérancé 13 août 1915 à Marchéville (Meuse)
Guideau Auguste 12 mars 1894 à Chérancé 27 septembre 1915 près du Bois Sabot (Marne)
Houdmon Joseph 14 février 1884 à Chérancé 18 janvier 1916 à Braux-Sainte-Cohière (Marne)
Robin Charles 15 août 1896 à Chérancé 29 juin 1916 au Bois d'Avaucourt
Olivrie Joseph 18 juillet à Senonnes ?
Houdmon Émile 28 juillet 1897 à Chérancé 2 septembre 1917 au bois des Caurières
Houdmon E ? ?
Fourrier Pierre 22 février 1892 à La Chapelle-Glain (Loire-Atlantique) 21 septembre 1918 à l'hôpital du petit Champ de foire à Craon
Madio J ? ?
Madiot Georges 1er mai 1897 à Pommerieux 12 octobre 1918 à Senuc (Ardennes)
Pelhatre Joseph 21 novembre 1896 à Congrier 14 octobre 1918 à l'hôpital de Sézanne (Marne)
Sources communales et SGA Mémoire des Hommes.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 mars 2008 Jean-Michel Prime SE Instituteur
mars 2008[1] en cours Jacky Vallée[2] SE Technicien agricole

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 166 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
376 377 347 359 376 354 314 334 371
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
375 377 366 375 381 322 331 324 346
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
316 295 296 281 266 271 290 254 270
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
277 280 232 216 201 166 166 169 168
2011 - - - - - - - -
166 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts.
Lieux de pêche

L'Oudon, rivière relativement calme dans laquelle on peut pêcher gardons, rotengles, brèmes sans oublier de belles pièces de brochets, quelques sandres et autres anguilles.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des maires de la Mayenne actualisée au 25 juin 2009, site de la préfecture de la Mayenne, consulté le 6 septembre 2009
  2. Réélection 2014 : « Chérancé (53400) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 11 mai 2014)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011