Chérémon d'Alexandrie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chérémon.

Chérémon d'Alexandrie ou Chérémon le Stoïcien est un philosophe stoïcien, mais aussi un prêtre égyptien, actif vers 50 à Rome.

Son nom est parfois écrit Chaerémon ou Chairémon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est probablement né en Égypte. Selon la Souda, Chérémon fut chef de l'école des grammairiens à Alexandrie, en réalité hiérogrammate dans la hiérarchie religieuse égyptienne. Il fut peut-être le conservateur du Musée d'Alexandrie, et le précepteur de celui qui deviendra l'empereur Néron en 54.

Chérémon philosophe stoïcien[modifier | modifier le code]

Plusieurs auteurs le disent philosophe. Origène et Porphyre de Tyr le classent comme stoïcien. Il défend, la magie, mais aussi l'astrologie, surtout dans une théorie des cycles cosmiques.

Chérémon prêtre égyptien[modifier | modifier le code]

Il a écrit un livre intitulé Hieroglyphica, sur les hiéroglyphes, qui influença Clément d'Alexandrie et Horapollon, auteur aussi d'un Hieroglyphica au Ve siècle à Alexandrie. Il a laissé une Histoire d'Égypte. Porphyre de Tyr a laissé une description des prêtres égyptiens qui emprunte à ce dernier ouvrage :

« Le stoïcien Chérémon, dans son exposé sur les prêtres d'Égypte, que les Égyptiens, dit-il, considèrent aussi comme des philosophes, explique qu'ils ont choisi les temples comme lieu approprié à la philosophie. En effet, séjourner auprès des images qui s'y trouvent est étroitement lié à un entier désir de contemplation et cela assure leur sécurité... Ayant donc rejeté tout autre préoccupation et toutes tâches humaines, les prêtres ont consacré leur vie tout entière à la contemplation et à la vision des choses divines... On les voit toujours près des dieux ou de leurs images, les portant ou marchant devant elles ou les disposant avec cérémonie et révérence : rien de tout cela n'est dépourvu de sens, mais chaque rite indique quelque raison naturelle... Chacun porte un symbole qui signifie la classe qui lui est échue dans les cérémonies, car il y a plusieurs classes. Leur régime est frugal et sans recherche... »

— Chérémon, Fragment 10, Porphyre, De l'abstinence, IV, 6-8.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Textes[modifier | modifier le code]

  • P. W. Van der Horst, Chairemon: Egyptian Priest and Stoic Philosopher. The fragments collected and translated with explanatory notes, Leyde, Brill, coll. « Études préliminaires aux religions orientales dans l'empire romain », 1984, XIX-85 p. Google Book

Études[modifier | modifier le code]

  • H.-R. Schwyzer, Chairemon, Leipzig, 1932.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]