Chémery-sur-Bar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chémery (homonymie).
Chémery-sur-Bar
Église Saint-Sulpice à Chémery-sur-Bar
Église Saint-Sulpice à Chémery-sur-Bar
Blason de Chémery-sur-Bar
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Ardennes
Arrondissement Sedan
Canton Raucourt-et-Flaba
Intercommunalité Communauté de communes des Trois Cantons
Maire
Mandat
Étienne Welter
2014-2020
Code postal 08450
Code commune 08115
Démographie
Population
municipale
431 hab. (2011)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 36′ 03″ N 4° 52′ 11″ E / 49.6008, 4.869749° 36′ 03″ Nord 4° 52′ 11″ Est / 49.6008, 4.8697  
Superficie 22,87 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte administrative des Ardennes
City locator 14.svg
Chémery-sur-Bar

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte topographique des Ardennes
City locator 14.svg
Chémery-sur-Bar

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chémery-sur-Bar

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chémery-sur-Bar

Chémery-sur-Bar est une commune française, située dans le département des Ardennes en région Champagne-Ardenne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Les Coucy sont les seigneurs de Chémery, vers 1215, depuis Thomas de Coucy seigneur de Vervins, jusqu'à Jean de Coucy mort en 1588. C'est par ses filles que la seigneurie passe dans d'autres familles[1].Le château de Chémery-sur-Bar a disparu.
  • Le 14 mai 1940, pendant la bataille de France, les Allemands de la 1. Panzer-Division de Friedrich Kirchner qui traverse la Meuse au niveau de Sedan, s'emparent de Chémery défendue par des éléments de la 5e division légère de cavalerie[2] du général Chanoine, où ils subissent ensuite des pertes par leur propre aviation (Luftwaffe) qui bombarde le village alors qu'il est entre leurs mains[2].
Article connexe : Percée de Sedan.
  • Le 25 avril 1959 Chémery devient Chémery-sur-Bar.
  • Le 17 octobre 1964, la commune de Connage est intégrée à celle de Chémery-sur-Bar.
  • En 1966, Malmy est à son tour rattachée à Chémery-sur-Bar.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Chémery-sur-Bar Blason De menu-vair de cinq tires et de six cloches, les pots des tires paires d'or, à la fasce de gueules chargée d'un lion léopardé d'argent, brochant sur le tout.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2014 en cours Etienne Welter    
1995 2014 Jean-Marie Hanin[3] DVD  
  1995 François Guillaume    
1935   Raymond Posta    
1912 1935 Auguste Guillaume    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 431 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
523 564 616 628 656 709 759 770 702
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
742 709 726 641 571 529 517 467 431
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
413 401 404 396 378 300 318 333 406
1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2011 -
373 403 418 437 444 443 436 431 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]


Dans les Ardennes, parmi quelque cinq cents églises, nous ne trouvons qu’une trentaine d’églises romanes. Elles sont situées entre les deux voies romaines, soit dans l’écrin des crêtes, soit entre la Vence et la Bar : Cheveuges, Baâlons, Poix-Terron, Warcq. Le terme « roman » sert à définir un style architectural présent du IXe-Xe siècle au XIIIe siècle.

L’ancienne église paroissiale Notre-Dame de Malmy compte parmi les plus remarquables par sa perfection. C’est un « cas d’école », étudié par des historiens de l’art.

Une messe y est célébrée une fois l’an à l'Ascension, sur un autel en provenance du Mont-Dieu et sous le regard énigmatique d’une Vierge à l'Enfant. L’harmonie paisible et le dépouillement de cet édifice nous offrent une parcelle d’éternité.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Guillemette de Coucy-Vervins.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]