Châteauvillain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne la commune de la Haute-Marne. Pour la commune de l'Isère, voir Châteauvilain.
Châteauvillain
Blason de Châteauvillain
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Haute-Marne
Arrondissement Chaumont
Canton Châteauvillain
Intercommunalité Communauté de communes des Trois Forêts
Maire
Mandat
Marie-Claude Lavocat
2014-2020
Code postal 52120
Code commune 52114
Démographie
Population
municipale
1 653 hab. (2011)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 02′ 06″ N 4° 54′ 55″ E / 48.035, 4.9152777777848° 02′ 06″ Nord 4° 54′ 55″ Est / 48.035, 4.91527777778  
Altitude Min. 213 m – Max. 359 m
Superficie 106,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Châteauvillain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Châteauvillain

Châteauvillain est une commune française, située dans le département de la Haute-Marne en région Champagne-Ardenne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Châteauvillain est situé à 20 km à l'ouest de Chaumont, préfecture de la Haute-Marne.
Chef-lieu de canton de la Haute-Marne au centre du triangle formé par les villes de Châtillon-sur-Seine, Bar-sur-Aube et Chaumont, Châteauvillain compte 1 733 habitants avec le hameau de Montribourg et les communes associées de Créancey, Marmesse et Essey-les-Ponts. Sa superficie est de 7 942 ha dont 5 032 ha de forêts.

Le canton confine ainsi aux départements de la Côte d'Or et de l'Aube, il est en Champagne, mais à la limite de la Bourgogne, pour une population de près de 5 000 habitants.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Seigneurie de Châteauvillain.

Ancien village fortifié à proximité de Chaumont, Châteauvillain s’est installé autour d'un castrum antique, le "Castrum Villanum", poste fortifié au XIe siècle. Il est fait mention de la construction d'un château par Hugues III de Broyes, seigneur de Broyes et de Châteauvillain, en 1160. Un donjon et une enceinte enfermant le château furent donc édifiés en 1160, autour du quartier des Crées. Encore aujourd’hui, les ruelles étroites des Crées rappellent l’ambiance de l’ancien centre commerçant.

En 1286, Jehan l'Aveugle, compagnon d'armes de Saint Louis dans la croisade, accordait une charte à la ville dont il était le seigneur.

En 1620, le comté de Châteauvillain est acheté par Nicolas de L'Hospital, marquis de Vitry et d'Arc. En 1699, le comté Châteauvillain est acheté, en même temps que le marquisat d'Arc par le Louis de Bourbon, comte de Toulouse ; il comportait les seigneuries de Latrecey, de Montribourg, de Valbrunat, de Cour-l'Évêque, de Giey-sur-Aujon, de la Maison-Renaud, de Bois-Saint-Georges, de Marme, de Blessonville, de Coupesey, et de Laferté-sur-Aube. L'ensemble formé du comté de Châteauvilain (auquel est annexée la seigneurie d'Épillan) et du marquisat d'Arc (auquel sont annexés les baronnies de Créancey et de Courcelles, ainsi que les seigneuries de Tarnac et d'Erigene) est érigé en duché-pairie en 1703. Le duché passe ensuite à son fils, le duc de Penthièvre, puis en 1769 à Louise de Bourbon (1753-1821) qui épouse Philippe, duc d'Orléans, et après la Révolution à leur fils le futur roi Louis-Philippe.

La principale curiosité de Châteauvillain se trouve dans le Parc aux Daims, de plus de 270 hectares : créé en 1655 par le seigneur François-Marie qui fit élever un mur de six kilomètres en pierre pour pouvoir s’adonner à sa passion de la chasse.

Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement les noms de Commune-sur-Aujon et de Ville-sur-Aujon[1]. Alors qu’ils sont prévus dans chaque commune par la loi du 21 mars 1793, le comité de surveillance de Ville-sur-Aujon ne se crée que le 17 octobre, après la loi du 17 septembre qui précise leur organisation. Ses pouvoirs sont renforcés par la loi du 14 frimaire An II, qui lui attribue la surveillance de l’application des lois en concurrence avec les municipalités. Il se borne toutefois comme la plupart des comités communaux à surveiller les étrangers et désarmer les suspects[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
mars 2001 mars 2008 André Thiebaut    
mars 2008 en cours Marie-Claude Lavocat DVD Conseillère générale

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 653 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 725 1 841 1 797 1 744 1 971 2 100 2 068 2 110 2 077
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 829 1 784 1 774 1 552 1 521 1 511 1 446 1 384 1 279
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 257 1 232 1 161 1 061 1 062 1 008 1 054 1 168 1 328
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 162 1 242 1 596 1 707 1 760 1 710 1 654 1 646 1 653
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Châteauvillain

Les armes de Châteauvillain se blasonnent ainsi :

De gueules semé de billettes d'or au lion du même brochant sur le tout.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Chateauvillain a reçu le label "Petite cité de caractère" le 6 décembre 2012.

Fortifiée aux XIIe et XIVe siècles, Châteauvillain possède encore une vingtaine de tours (Il en existait une soixantaine). La ville s'est construite au XIIe siècle autour d'un imposant donjon de 45 mètres de haut doté de murs de 5 mètres d'épaisseur. Un premier château médiéval fortifié date de cette époque. Un second château a été construit dans la cour du château médiéval en 1627 par Nicolas de L'Hospital duc de Vitry (Capitaine des gardes de Louis XIII). Ce château a été partiellement détruit au XIXe siècle pour tracer la rue principale actuelle de la ville en 1835. Le donjon a également disparu à cette époque.

  • La porte Madame était une des trois portes de la ville au XIIe et au XIVe. Elle est la seule restée en l'état. Elle permet aujourd'hui l'accès au Parc aux Daims.
  • Église Notre-Dame-en-son-Assomption. L'église a été reconstruite de 1770 à 1784 à l'initiative du duc de Penthièvre, seigneur de Châteauvillain. Sa façade est classée et attribuée à Soufflot.
  • L'Hôtel de ville de Châteauvillain date de l'Ancien Régime, sa façade est l'œuvre de François-Nicolas Lancret de 1780 à 1784 à qui l'on doit l'hôtel de ville de Chaumont. La façade de l'hôtel de ville de Chateavillain est classée.
  • Le petit musée de la ville est installé dans la Tour de l’Auditoire. Il permet de découvrir, entre autres, la salle des maquettes des châteaux de la ville.
  • Halles du XIXe siècle.
  • Deux lavoirs du XVIIIe siècle dont l'un à parquets flottants unique en France.
  • La maison de la Prévôté, rue du Duc de Vitry, a été achevée en 1645. Située au pied de l'ancien château, elle conserve son authenticité. La façade avec ses gargouilles monumentales et sa porte d'entrée à arc brisé sont particulièrement remarquables. L'ensemble, y compris le jardin et les murs d'enceinte, est inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques (ISMH) depuis 2003.
  • Le Parc aux Daims : Ouvert toute l'année gratuitement au public, ce parc de 272 ha est aussi le lieu où l'on peut croiser une centaine de daims qui vivent en harmonie avec la nature.
  • Châteauvillain compte aussi 5 km de ruelles et de chemins de ronde.

Événements[modifier | modifier le code]

  • Salon des Plaisirs de la Chasse et de la Nature. Cette manifestation attire environ 30 000 visiteurs. Elle présente des activités liées à la chasse, à la pêche et aux loisirs de la nature : les vastes forêts domaniales d'Arc-en-Barrois et de Châteauvillain sont réputées pour la chasse au gros gibier. Cette manifestation a lieu chaque année le dernier week-end d'août.
  • Jeu de piste humoristique et gratuit chaque été du 1er juillet au 31 août. Le jeu est différent chaque année, il est conçu pour tous de 7 à 77 ans ! Chaque année, plus de 4 000 personnes participent[4].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Châteauvillain », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté le 3 janvier 2013)
  2. Jacques Bernet, « Les fonds des comités de surveillance en 1793-an III », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 18 | 2004, mis en ligne le 12 décembre 2006. p. 2 et 7
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  4. http://www.chateauvillain.com
  5. Simone de Beauvoir, Mémoires d'une jeune fille rangée, Gallimard, 1958