Château du Falkenstein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Falkenstein.
Château du Falkenstein
Image illustrative de l'article Château du Falkenstein
Château du Falkenstein
Période ou style Médiéval
Type Château fort
Fin construction Entre 1246 et 1250
Destination actuelle Ruines
Protection Classé MH (1930)
Coordonnées 49° 00′ 17″ N 7° 33′ 56″ E / 49.004722, 7.565556 ()49° 00′ 17″ Nord 7° 33′ 56″ Est / 49.004722, 7.565556 ()  [1]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Duché de Lorraine
Région Lorraine
Département Moselle
Commune Philippsbourg

Géolocalisation sur la carte : Moselle

(Voir situation sur carte : Moselle)
Château du Falkenstein

Géolocalisation sur la carte : Lorraine

(Voir situation sur carte : Lorraine)
Château du Falkenstein

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château du Falkenstein

Le château du Falkenstein se situe dans la commune française de Philippsbourg et le département de la Moselle, au cœur des Vosges du Nord. Ce château semi-troglodyte domine la vallée de la Zinsel.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Toponymie: Valkenstein en 1317, Falkenstein en 1566.

Fondation et héritages[modifier | modifier le code]

Le château, édifié par le comte Pierre de Lutzelbourg, est mentionné pour la première fois en 1127. Il est destiné à protéger les possessions du comte situées dans la Forêt Sainte de Haguenau.

En 1150, Renaud, fils de Pierre, meurt sans laisser de descendant. Le château est alors partagé entre Folmar de Sarrewerden et la famille de Hohenstaufen. Jacques de Falkenstein apparaît comme témoin dans une charte signée à Haguenau en 1205 et en 1316, Gottfried, Conrad, Heinrich et Jacob de Falkenstein jurent la paix avec la ville de Strasbourg. Une paix castrale est signée en 1335, délimitant le château en trois parts au moyen de murs transversaux.

En 1419, Jean de Finstingen (Fénétrange) se dit seigneur de Falkenstein puisque usufruitier de la part des Sarrewerden ; en 1474 a lieu une convention de pariage entre les Falkenstein : aucune part ne doit être cédée, même à un autre membre de la famille, sans l'accord des autres pariers. Le château revient aux comtes de Deux-Ponts-Bitche en 1479 et en 1482-1483 éclate un conflit pour le non-respect de la convention entre les membres de la famille.

Les Falkenstein sont seuls maîtres du château en 1515 et la modernisation commencée par Balthasar est continuée par ses fils. En 1564, Philippe IV (1538-1590), comte de Hanau-Lichtenberg, achète le château aux enfants et petits-enfants de Balthasar et, quelques mois plus tard, il sera complètement détruit par un incendie et ne sera jamais reconstruit.

Un comté fantôme[modifier | modifier le code]

En 1570, une partie du château non détruite continue à être habitée par un garde forestier du comte de Hanau-Lichtenberg. Entre 1570 et 1605 éclate un conflit entre les Hanau-Lichtenberg et le duché de Lorraine, au terme duquel le Falkenstein revient aux Hanau-Lichtenberg en 1606. En 1609 pourtant, l'empereur germanique investit le duc de Lorraine Henri II du fief de Falkenstein[2], qui restera désormais dans cette Maison.

En 1623, le château est ruiné par les troupes de Mansfeld durant la guerre de Trente Ans, de telle sorte que les gardes forestiers ne peuvent plus y demeurer et en 1676-1677 a lieu sa destruction définitive par les troupes françaises de Montclar. L'arrière-petit-neveu de Henri II, le prince de Vaudémont, est pourtant investi du titre purement honorifique de comte de Falkenstein.

François III de Lorraine, lorsqu'il renonce au duché de Lorraine et avant de devenir empereur, s'intitule toujours comte de Falkenstein pour siéger aux diètes d'Empire ; le titre n'est plus alors assorti d'aucune possession territoriale réelle.

Édifice[modifier | modifier le code]

Le grès du château a été modelé par le vent et les intempéries.

Il faut remarquer le portail d'entrée, les vestiges du donjon, les salles troglodytiques et la tour du puits, qui avait trois fonctions : protéger le puits, défendre les abords, et servir, au niveau supérieur, d'habitation. À proximité se trouvent les ruines du château du Helfenstein. Les ruines, propriété de l'État, sont classées monument historique[3] depuis le 16 février 1930 et l'accès aux ruines est interdit depuis 1999.

Légendes[modifier | modifier le code]

Une première légende raconte que lors de l'incendie de 1564, le château a brûlé durant cinq jours et cinq nuits.

Une seconde légende[4] veut que, dans la cave, un tonnelier-fantôme vienne quelquefois frapper à minuit, autant de coups de maillet qu'il y aura de barriques de vin dans l'année...

Sources et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]