Château des Ducs d'Alençon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château des Ducs d'Alençon
Image illustrative de l'article Château des Ducs d'Alençon
Période ou style Moyen Âge
Type Château fort
Début construction XIIe siècle (bâtiments actuels)
Fin construction XVe siècle
Propriétaire initial Henri Ier Beauclerc
Protection Classé MH (1862)
Coordonnées 48° 25′ 47″ N 0° 04′ 59″ E / 48.4296, 0.083148° 25′ 47″ Nord 0° 04′ 59″ Est / 48.4296, 0.0831  [1]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Normandie
Région Basse-Normandie
Département Orne
Commune Alençon

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château des Ducs d'Alençon

Le château des Ducs d'Alençon désigne actuellement le pavillon d'entrée de l'ancien château d'Alençon ayant été détruit au cours des siècles. Il fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1862[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le premier château d'Alençon, construit par les deux premiers seigneurs de la ville Yves de Bellême et son fils Guillaume Ier, a complètement disparu. Vers 1050, Guillaume le Bâtard vint assiéger le château dont s'était emparé Geoffroy Martel. Il est décrit : « Avait a cel terms un fossé, Haut e parfont e réparé ; Sur le fossé ont hériçon, E dedenz close une maison ; Entor ont bretesches levées, Bien planchies e Kernelées ». Lors de l’assaut, Guillaume, fit combler le fossé et incendier les défenses « Li bois fu secs, li feu s'esprent. Que par le feu qu'il alluma, Que par l'assaut qu'il lor dona, Les uns sont ars (brulés), li altre pris, E tel i a hunte occis »[3].

En 1113, lorsque Henri Ier Beauclerc, Roi d'Angleterre, duc de Normandie et troisième fils de Guillaume le Conquérant, prit Alençon, un donjon fut érigé. Celui-ci fut ensuite intégré à un second château, construit par Pierre II, comte d'Alençon de 1361 à 1404.

En 1592, le château d'Alençon fut démoli sur la volonté d'Henri IV qui voyait d'un mauvais œil l'érection d’importantes forteresses, symboles du pouvoir individuel des seigneurs et de l'hétérogénéité du royaume, d'autant plus que la France venait d'être déchirée par les guerres de religion. Il ne resta alors que le donjon et le pavillon d'entrée. En 1782, le donjon était à son tour détruit. Il ne resta alors du château des Ducs d'Alençon que le pavillon d'entrée. (encore existant à ce jour).

En 1804, l'implantation de la maison d'arrêt d'Alençon dans l'édifice entraina d'importants travaux liés à cette nouvelle affectation modifiant le bâtiment et ses abords (distribution intérieure et création de murs d'enceinte accueillant les cours de promenade). En 2010, la maison d'arrêt est transférée sur le site de Coulaines[4].

L'impression que peut laisser le pavillon d'entrée (la partie restante du château) témoigne de la grandeur et de la somptuosité de ce château : il ne reste plus rien de la tour Giroye, des fossés formés par la Briante, ou encore bien peu du parc gigantesque qui s'étendait jusqu'à la forêt d'Écouves, réduit aujourd'hui au Parc des Promenades de 4 ha.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées vérifiées sur Géoportail et Google Maps
  2. « Notice no PA00110691 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. Wace ; Le roman de Rou. Vers 4305-10 et 3442-46.
  4. « Ouest-france.fr - La prison fermée, que faire du château d’Alençon ? » (consulté le 6 février 2011)

Sources[modifier | modifier le code]

  • Ouest-France, édition de l'Orne, jeudi 28 août 2008, page 9, Avant-après : le château des ducs. Consulté le 28 août 2008.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]