Château de la Solitude (Le Plessis-Robinson)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Château de la Solitude.
Les ruines du château de la Solitude dans le bois de la Solitude

Le château de la Solitude est un château en ruines situé dans un parc boisé sur le territoire de la commune du Plessis-Robinson[1].

Il s'agit en fait d'une maison bourgeoise de style néogothique, édifiée à la fin du XIXe siècle par un riche chocolatier parisien, François-Philibert Marquis. Elle servit ensuite de maison de repos où séjourna René Viviani, de résidence pour une congrégation de Carmélites. Il est ensuite racheté par l’État qui en fait un collège d’enseignement technique pour jeunes mères célibataires, fermé en 1976. En 1977 et 1978, des incendies la ravagent[2]. L'écrivain Raymond Radiguet l'utilisa comme toile de fond de son roman Le Bal du comte d'Orgel (publié en 1924, à titre posthume). Le parc qui entoure ces ruines est la propriété de l'État mais géré par le Conseil général des Hauts-de-Seine. Il est principalement constitué de chênes et de châtaigniers et abrite quelques espèces animales sauvages.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Château de la Solitude, sur le site officiel de la mairie du Plessis-Robinson. Consulté le 9 juin 2014.
  2. Le Plessis Robinson magazine n°11 juillet 2008 pages 25 à 27 [1]

Liens externes[modifier | modifier le code]