Château de la Lande (Rocles)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Château de la Lande.
Château de la Lande
Période ou style XIVe siècle
Type château-fort
Destination initiale Habitation. Commanderie ?
Protection  Inscrit MH (2001)
Coordonnées 46° 27′ 08″ N 3° 03′ 24″ E / 46.452222, 3.05666746° 27′ 08″ Nord 3° 03′ 24″ Est / 46.452222, 3.056667  
Pays Drapeau de la France France
Région historique Bourbonnais
Région Auvergne
Département Allier
Commune Rocles

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de la Lande

Géolocalisation sur la carte : Allier

(Voir situation sur carte : Allier)
Château de la Lande

Le château de la Lande est situé à Rocles dans le département de l'Allier en France. Il se trouve à environ 5 kilomètres au nord-est du bourg, près du hameau de Virlogeux et non loin de la limite avec la commune de Tronget.

Il fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 3 décembre 2001[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

À la fin du Moyen Âge et au XVIe siècle, La Lande appartenait à la famille de La Souche[2]. Jeanne (ou Anne) de La Souche l'apporta par mariage en 1538 à Jacques d'Aubigny.

Au milieu du XVIIe siècle, le château appartenait à la famille de Dreüille, qui possédait aussi le château de Franchesse, dans la même paroisse de Rocles. Il passa par mariage au XVIIIe siècle à la famille de Lichy, qui le garda pendant plus de deux siècles.

Pour certains auteurs, le château de la Lande aurait été une ancienne commanderie...

Architecture[modifier | modifier le code]

Le château, situé dans un parc, est entouré de douves aujourd'hui asséchées. Son élément principal est un grand donjon quadrangulaire couvert d'un toit à quatre pans en ardoise, qui date du XIIIe siècle[3]. Au sommet du donjon, qui comporte quatre niveaux, juste sous la toiture, des hourds de bois posés en encorbellement sur des corbeaux de pierre et percés de mâchicoulis permettaient de défendre le pied de la tour. Une tour circulaire, plus haute que le niveau des hourds et coiffée d'un toit conique, est engagée dans la façade septentrionale, tandis que sur la façade opposée est accolée une tour rectangulaire, également couronnée de hourds avec mâchicoulis.

Au XIXe siècle, la famille de Lichy a édifié un pavillon à deux niveaux qui s'appuie sur le côté est du donjon, ainsi qu'une chapelle de style néogothique au nord.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Notice no PA00093257 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Cette puissante famille bourbonnaise possédait aussi les châteaux de La Souche à Doyet et de Noyant à Noyant-d'Allier.
  3. D'un type bien représenté en Bourbonnais : par exemple le donjon de La Souche, à Doyet, ou celui de Moulin Neuf à Châtel-de-Neuvre.

Sources[modifier | modifier le code]

  • René Germain (dir.), Dominique Laurent, Maurice Piboule, Annie Regond et Michel Thévenet, Châteaux, fiefs, mottes, maisons fortes et manoirs en Bourbonnais, Éd. de Borée,‎ 2004, 684 p. (ISBN 2-84494-199-0), p. 148-149.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]