Château de la Barollière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de la Barollière
Image illustrative de l'article Château de la Barollière
Période ou style Médiéval
Type Château fort à motte
Début construction XIVe siècle ?
Fin construction XVIIe siècle
Propriétaire initial Famille Villiers
Destination initiale Résidence seigneuriale
Propriétaire actuel Personne privée
Protection  Inscrit MH (1926)[1]
Coordonnées 45° 50′ 23″ N 4° 46′ 46″ E / 45.839722, 4.77944445° 50′ 23″ Nord 4° 46′ 46″ Est / 45.839722, 4.779444  [2]
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Rhône
Commune Limonest

Géolocalisation sur la carte : Grand Lyon

(Voir situation sur carte : Grand Lyon)
Château de la Barollière

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de la Barollière

Le château de la Barollière est un ancien château fort, du XIVe siècle (?), remanié au XVIIe siècle qui se dresse sur la commune de Limonest dans le département du Rhône en région Rhône-Alpes.

Le château fait l’objet d’une inscription au titre des monument historique par arrêté du 7 juin 1926[1].

Situation[modifier | modifier le code]

Le château de la Barollière est situé dans le département français du Rhône sur la commune de Limonest, au nord ouest de Lyon, à proximité de la Nationale 6. Bâti sur une large terrasse, il domine la vallée.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château aurait été bâti par la famille Villiers au XIVe siècle.

Les armes de la famille Richard, d'azur au chevron d'or accompagné de 3 croissants d'argent, sur le manteau de la cheminée de la cuisine attestent leur présence.

Vers 1760, Maritz y fait faire des transformations importantes.

C'est en 1810 que la famille Baboin, dont les propriétaires actuels sont les descendants, acquiert le château[3]. La famille Baboin est une ancienne famille de la région lyonnaise, qui posséda de très importantes fabriques de soie entre les XVIIe et XXe siècles. Ils possédèrent également des affaires dans le milieu de la banque, d'abord à titre accessoire sous l'ancien régime, mais surtout lors de l'émigration des deux frères, Romain et de Benjamin Baboin, en Autriche pendant la Révolution française.

Dès la première Restauration, Romain Baboin fut anobli par lettres patentes du 20 juin 1814 par Louis XVIII et porta le titre de Baron de la Barollière. Le souverain s'était ainsi souvenu des grands services rendus durant l'émigration par le banquier Romain Baboin. Il fut également décoré du Lys d'Argent, et fait Receveur Général des Finances. Son fils Romain-Joseph n'ayant pas d'enfants, le château se transmettra à la descendance de Romain Baboin de la Barollière par sa fille ainée Sophie.

Description[modifier | modifier le code]

Château de la Barollière au début du XXe siècle.

Le château de la Barollière est constitué d'un logis rectangulaire cantonné de quatre tourelles carrées coiffées de toitures en pavillon et une cinquième tourelle est située dans un angle de la cour intérieure.

Des travaux sont effectués au XVIIe siècle, les arcades de la cour intérieure et son puits situé en son centre ainsi que le portail d'entrée à bossages décoré de mufles de lions.

Les fenêtres, les balcons et les garde-corps en fer forgé marqués d'un « M », du nom de Maritz, le propriétaire, datent des alentours de 1760. Les salons d'apparat ont été réaménagés entre 1770 et 1780, et ornés de décors variés, peintures en trompe l'œil, gypseries, boiseries.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]