Château de l'impératrice Eugénie de Montijo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de l'impératrice Eugénie de Montijo

Le château de l'impératrice Eugénie de Montijo situé à Arteaga (Biscaye, Espagne) est un palais néo-médiéval, dotée d'une tour néogothique comme donjon inspirée de l'architecture gothique française que le Romantisme avait remis à la mode.

Le néogothique a récupéré du passé les arcs ogivaux, les gargouilles avec des figures d'animaux, ce qui est vains geminados et les éléments caractéristiques de l'architecture des châteaux médiévaux : les almenas, les merlones, les matacones, etc.

Ce palais est placé dans une zone privilégiée de l'estuaire de l'Urdaibai, non loin de l'historique localité de Gernika. Contrairement aux châteaux de défense espagnols, n'est pas placé dans une zone surélevée, mais dans une plaine ou un pré, entouré de d'arbres et d'autres végétations. Dans cet aspect, il ressemble aussi au château de Fontainebleau et à d'autres résidences royales françaises.

Dates historiques[modifier | modifier le code]

La bâtisse est fondée sur les mêmes fondations d'une ancienne tour, déjà mentionnée dans des documents de la moitié du XVe siècle et qui, au XIXe siècle, était très dégradée, après avoir été utilisée comme maison de labourd.

Cette tour était mise en rapport avec le lignage d'Arteaga, associé aux Montijo et par là, avec l'impératrice Eugénie de Montijo, conjoint de Napoléon III de France. Cette dame, liée aussi à la maison des Alba[1], dû au fait que sa sœur épousa le duc d'Alba, qui a été celui qui a promu la réforme du bâtiment après que les Juntas de Biscaye aient honoré son fils avec le titre de vizcaíno originario (biscaïen d'origine).

Napoléon III a choisi comme architecte Louis-Auguste Couvrechef, architecte des résidences de Pau et de Biarritz, pour qu'il conçoive les plans du nouveau bâtiment. Il meurt en 1860 au cours d'une de ses missions au château. Il est remplacé par Gabriel-Auguste Ancelet qui avait été nommé architecte des résidences de Pau et de Biarritz en 1859. Ancelet quitte ce poste en 1864 pour prendre la charge d'architecte du château de Compiègne. Malgré les travaux effectués, la famille impériale n'est jamais arrivée à y habiter, et quand l'impératrice Eugénie, après la chute du Second Empire, a voulu s'installer en Espagne, elle a été logée par les Alba à Madrid et Séville, s'écartant de ce château, probablement parce qu'il était trop loin principales villes du pays.

Description[modifier | modifier le code]

Le plan de la tour centrale forme un rectangle de 17 x 12 mètres, auquel on ajoute dans un angle une tour octogonale à l'intérieur de laquelle on trouve l'escalier qui communique avec les différentes étages.

La tour principale est préparée en pierre taillée de marbre gris et rouge travaillée au burin. Dans chacune de leurs quatre façades, deux arcs ogivaux élevés extraient depuis le socle ou frise extérieur jusqu'à la corniche la plus haute, et s'ouvrent huit fenêtres du même goût, deux pour chaque étage et façade. La façade principale présente un superbe blason d'armes, et il couronne toute la partie supérieure des quatre côtés et de la tourelle un corps crénelé, volée et sortante, avec de petites tours ouvertes dans ses sols propres.

Le château a cinq étages, sans compter la cave dans laquelle on trouve la cuisine, l'entrepôt et une salle pour l'utilisation du service. Un vaste perron de marbre permet l'accès au premier étage, dans lequel se trouve une vaste entrée d'une grande richesse décorative. Dans leurs deux salons brillent de toute leur beauté deux monumentales cheminées gothiques de marbre gris et de chêne, avec de grands socles du même bois.

Le second étage était celui destiné au dortoir des Empereurs et présente un petit oratoire avec deux beaux vitraux de couleurs. Les étages supérieurs étaient destinés à la servitude d'un plus grand rang, et l'escalier elliptique existant dans la tourelle met en communication tous les étages.

La tour est entourée d'une petite enceinte carrée, fermé avec de hautes parois et quatre tours angulaires, cylindriques. La pierre employée pour ces derniers est plus modeste, pierres de taille irrégulières ou maçonnerie. L'accès à l'enceinte s'effectue par une seule porte de style gothique.

Toute la propriété a été récemment récupérée comme établissement hôtelier[2],[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Maison des Ducs d'Alba de Tormes (ou Casa d'Alba) est une famille noble espagnole, dont les origines remontent à la noblesse castillane du XIVe siècle. La maison ducale doit son nom au Duché d'Alba de Tormes, qui est en possession de cette dernière.
  2. Texte euskadi.net
  3. Le contenu de cet article incorpore du matériel de la déclaration du Bien d'Intérêt Culturel publié dans le BOPV Nº 1999089 le 13 mai 1999, qui se trouve dans le domaine public de conformité aux dispositions de l’artículo 13 de la Ley de Propiedad Intelectual española.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]