Château de Villemolin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Villemolin
Image illustrative de l'article Château de Villemolin
Période ou style Moyen Âge
Début construction XIVe siècle
Fin construction XIXe siècle
Propriétaire initial Famille de La Corcelle
Propriétaire actuel Famille de Certaines
Destination actuelle Manifestations et réception
Protection  Inscrit MH (1978)
Coordonnées 47° 17′ 14″ N 3° 43′ 11″ E / 47.2872, 3.719747° 17′ 14″ Nord 3° 43′ 11″ Est / 47.2872, 3.7197  
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Nièvre
Commune Anthien

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

(Voir situation sur carte : Bourgogne)
Château de Villemolin

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Villemolin

Le château de Villemolin est situé sur la commune d'Anthien (canton de Corbigny) dans la Nièvre, à 20 kilomètres au sud de Vézelay et à 30 kilomètres au sud-ouest d'Avallon.

L'ensemble du site fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 9 avril 2002[1].Sa chapelle fait pour sa part l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 16 juin 1978.

La seigneurie[modifier | modifier le code]

Seigneurie en toute justice (jouissant des trois niveaux de justice seigneuriale), la terre de Villemolin s'est successivement trouvée dans la mouvance du comté de Château-Chinon, de la baronnie de Lormes, du comté de Nevers puis du duché de Nivernais. Elle a alternativement fait partie des diocèses d'Autun et de Nevers. Une tradition non vérifiable en fait au VIIe siècle l'un des domaines de Corbon, gouverneur qui aurait donné son nom à Corbigny, puis de son fils le Bienheureux Waré (ou Widrad), fondateur de l'abbaye Saint-Pierre de Flavigny et de l'abbaye Notre-Dame de Faverney.

Le château[modifier | modifier le code]

En forme de fer à cheval, il est flanqué de trois tours d'angle et entouré d'importants communs des XVe siècle, XVIIe siècle et XIXe siècle.

Construit au XIVe siècle ou au tout début du XVe siècle sur l’emplacement d’une villa gallo-romaine, la Villa Molini, le château conserve dans son état actuel quelques éléments remontant à l'époque de sa construction (initialement comme ensemble comprenant une "motte" féodale entourée de fossés et un "hostel fort", selon les dénombrements de 1443 et 1459), toutefois en nombre limité : escalier, murs, poutres à engoulants dans le château, ainsi qu'un important bâtiment du XVe siècle intégré dans les communs.

La marque principale portée par le château de Villemolin est toutefois celle des remaniements progressifs réalisés au début du XVIIe siècle par Aloph de Certaines, Seigneur de Villemolin, qui en fit entre autres restaurer et armer les tours de l'aile Est à la suite des Guerres de Religion, puis au début du XVIIIe siècle avec l'ajout de l'aile Sud flanquée d'une terrasse en remplacement d'un mur de courtine médiéval.

L'empreinte du XVIIIe siècle et des "Lumières" est pour sa part très nette dans la décoration des divers salons (parquets, boiseries, trumeaux faisant référence au mythe du "bon sauvage"...).

Une nouvelle phase de restaurations successives intervint au XIXe siècle avec la modification d'une partie de l'aile Ouest dans un style néo-médiéval dit « Troubadour », l'ajout d'une troisième tour au Sud-Ouest, une petite extension de l'aile Est, l'ajout de machicoulis au sommet des tours, un exhaussement des combles, un remplacement des tuiles par des ardoises et pour l'intérieur les boiseries de la salle à manger principale et de la bibliothèque.

Ces restaurations du XIXe siècle ont cependant peu profondément modifié la structure générale héritée du XVIIe siècle, contrairement à ce que prévoyait un projet d'architecte proposant initialement une refonte complète de la structure intérieure des pièces (création de salles de garde, cheminées monumentales, escaliers extérieurs ajourés...), l'ajout d'un étage complet sur toute la façade Est (sur machicoulis), et l'adjonction d'un important beffroi de style « Renaissance ». Ce projet, visible dans la bibliothèque du château, a finalement été abandonné en 1881.

Dans la chapelle construite en 1839 et remaniée sous le Second Empire, de style néo-gothique, on peut admirer une pietà du XVe siècle peinte sur bois, don des chartreux de la Chartreuse Sainte-Marie du Val Saint Georges à Pierre-Constant, Marquis de Certaines, au début de la période révolutionnaire. Cette chapelle est toujours consacrée au culte.

Depuis le début de son existence attestée (dénombrement de fief de 1443), le château de Villemolin s'est toujours transmis par héritage et n'a fait l'objet d'aucun acte de vente.

Propriété de la famille de La Corcelle ou de La Courcelle au XVe siècle, le château et la terre de Villemolin sont passés successivement par mariage aux familles de Champignolle et de Bascoing. Marguerite la porta par mariage en 1460, à Guillaume de Champignolle. Guillemette, issue de cette union, épousa N. de Bascoing, dont la fille Barbe, héritière de Villemolin, la transmit par mariage en 1538 à Étienne de Certaines.

Ce mariage a fait entrer Villemolin dans le patrimoine de la Maison de Certaines qui l'occupe toujours actuellement. Cette famille d'extraction chevaleresque, portant les titres de Comte et de Marquis de Certaines, est connue en Nivernais depuis 1296 (aveu par Perrin de Certaines pour le fief et le château de Certaines près Cervon, à quelques kilomètres de Villemolin, suivi d'un nouvel aveu rendu en 1323 par son fils Bertrand de Certaines) et sa filiation est suivie depuis 1392 (honneurs de la Cour en 1788). Cette Maison a compté, entre autres, un chambellan du duc Louis Ier d'Orléans en 1397, plusieurs chefs d'escadre de la marine de Louis XIII et Louis XIV (dont Pierre de Certaines, dit Pierre Certaines de Fricambault), plusieurs chevaliers de Malte et chevaliers des Ordres du Roi, ainsi que des conseillers généraux de la Nièvre. Elle posséda de nombreuses seigneuries dans la Nièvre, dans l'Yonne et en Côte d'Or, parmi lesquelles, entre autres lieux, Certaines, Viry, Lâché, Doussas, Mouasse, Villemolin, Chasseigne, Le Chemin, Les Bordes, Magny, Bailly, Lantilly, Cervon en partie, Corvol-d'Embernard, Donzy en partie, Hully, Arconcey, Jonchery, Monas, Martigny, Mhère, Ruère, Milly, Palmaroux, Lafosse, Touchery, Fricambault, Les Pinabeaux, Les Hâtes, Saint-Denis-sur-Ouanne, et Boissel.

Le château de Villemolin est inscrit à l'Inventaire des Monuments historiques depuis des arrêtés de 1978 (chapelle) et 2002 (l'ensemble du site, du château et des communs). Demeure historique privée et habitée, le château est ouvert à la visite depuis 1976 et est accessible aux visiteurs en juillet et en août (ou hors saison sur rendez-vous). La visite intérieure guidée permet l'accès à des salons, bibliothèque, vestibules, salle à manger, cuisines et chapelle, ainsi qu'à certains communs (dont les écuries), témoins variés de l'évolution des goûts et des modes de vie du XVIIe au XIXe siècles.

Le château est situé en bordure du massif du Morvan, sur une hauteur qui lui fait face.

Au cinéma[modifier | modifier le code]

En 2002, le château ainsi que son cadre ont servi de décors aux films Le Mystère de la chambre jaune et Le Parfum de la dame en noir de Bruno Podalydès.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]