Château de Vaujours

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Vaujours
Château de Vaujours
Image illustrative de l'article Château de Vaujours
Type Château fort
Début construction XIIe siècle
Fin construction XVe siècle
Propriétaire initial Hugues VI d'Alluye
Destination initiale Forteresse
Protection Logo monument historique Classé MH (1989)
Coordonnées 47° 31′ 40″ N 0° 20′ 50″ E / 47.5278, 0.347247° 31′ 40″ Nord 0° 20′ 50″ Est / 47.5278, 0.3472  [1]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Anjou
Région Centre
Département Indre-et-Loire
Commune Château-la-Vallière

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Vaujours

Le château de Vaujours est une ancienne forteresse angevine des XIIe et XVe siècles. Il appartenait à la seigneurie de Chasteaux-en-Anjou, futur Château-la-Vallière.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le château de Vaujours est situé à trois kilomètres au sud de Château-la-Vallière dans le département de l'Indre-et-Loire.

Il s'élève aux limites orientales du Haut-Anjou. Cette région est surnommée la Touraine angevine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Louise de La Baume Le Blanc, duchesse de La Vallière et de Vaujours
Louise de La Baume Le Blanc, duchesse de La Vallière et de Vaujours.

Le fief de Vaujours dépendait de la sénéchaussée angevine de Baugé, et du diocèse d'Angers. Hugues Ier d'Alluye, vivant en 978 en est le seigneur le plus anciennement connu. Le château des barons de Chasteaux, fut édifié aux confins de l'Anjou afin d'en défendre le territoire.

La construction du château de Vaujours peut être attribuée à Hugues VI d'Alluye ou à Rotron de Montfort vers 1250[2].

Lors de la guerre de Cent Ans, la forteresse ne fut jamais prise par les Anglais. Une restauration importante fut effectuée au XVe siècle. Puis Jean V de Bueil, surnommé « le Fléau des Anglais », rendit les défenses telles que le château-fort devint imprenable. Il y mourut, bien plus tard, en 1477.

Louis XI y séjourna lors de ses visites en Anjou. Le sire de Bueil accueillit le roi le 3 juin 1469 avant d'être reçu dans l'Ordre de Saint-Michel. Louis XI y retourna le 17 septembre 1470 ainsi que le 2 octobre 1471.

La fille de Charles VII et d’Agnès Sorel, Jeanne, épousa Antoine de Bueil, le fils de Jean V de Bueil.

Sous l'Ancien Régime, le château est racheté par Louis XIV en 1666 et l'offrit en 1667 à son ancienne maîtresse, Mademoiselle Louise de la Vallière, comme lot de consolation du roi Soleil et devint duchesse de La Vallière et de Vaujours.

Au XVIIIe siècle, Louise de la Vallière quitta le château et le céda à la famille Davot, qui s'occupait du château depuis longtemps. Le château fut abandonné lors de la Révolution française. En 1815, il fut vendu à Thomas Stanhope-Holland qui l'utilisa comme carrière de matériaux.

Le site fut inscrit le 24 octobre 1944 aux Monuments historiques, et les ruines classées aux Monuments historiques le 26 janvier 1989[2].

Ce domaine est, de nos jours, une propriété privée ouverte aux visites.

Architecture[modifier | modifier le code]

Blason de la seigneurie du Château-la-Vallière

Les ruines de la forteresse se trouvent dans le vallon de la Fare, au sud de Château-la-Vallière, non loin du hameau de Vaujours.

Le château fort, aux caractéristiques de l’architecture militaire, s'élevait sur un tertre, au milieu d'un étang dont l'eau alimentait les douves remplies d'eau qui l'entouraient. Il est constitué de deux forteresses : une baille à l'ouest et le château à l'est.

L'entrée de la double enceinte est défendue par deux tours cylindriques et un pont volant, flanquée au nord par un bastion. Un pont-levis et une poterne flanquée d'une tour cylindrique au nord donnaient accès à la tour d'honneur. Le logis est au sud, les ruines de la chapelle au nord, à l'est les tours permettaient d'accéder à un chemin de ronde couvert et au sud le bastion communiquait avec la forteresse et un ouvrage avancé.

À l'intérieur de l'ancien château s'élève encore le donjon, ainsi que la basse-cour. L'enceinte comprend plusieurs tours, dont certaines portent des bossages. Les douves sont aujourd'hui asséchées et envahies de végétation. Les ruines sont débarrassées de leur végétation et environnées de pelouse et de quelques arbustes et massifs.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]