Château de Trévoux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Trévoux
Image illustrative de l'article Château de Trévoux
La tour octogonale
Période ou style Médiéval
Type Château fort
Début construction Fin XIIIe siècle ou début XIVe siècle
Propriétaire initial Sires de Thoire et Villars
Destination initiale Résidence seigneuriale
Propriétaire actuel Département de l'Ain
Destination actuelle Ruiné
Protection Logo monument historique Classé MH (1913)[1]
Coordonnées 45° 56′ 36″ N 4° 46′ 28″ E / 45.943347, 4.7744954 ()45° 56′ 36″ Nord 4° 46′ 28″ Est / 45.943347, 4.7744954 ()  [2]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Dombes
Région Rhône-Alpes
Département Ain
Commune Trévoux

Géolocalisation sur la carte : Ain

(Voir situation sur carte : Ain)
Château de Trévoux

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Trévoux

Le château de Trévoux est un ancien château fort, de la fin du XIIIe siècle ou du début du XIVe siècle remanié à plusieurs reprises et restauré[3], centre de la seigneurie et de la châtellenie de Trévoux, dont les vestiges se dressent sur la commune de Trévoux dans le département de l'Ain en région Rhône-Alpes.

Les vestiges du château font l’objet d’un classement au titre des monument historique par arrêté du 13 juin 1913[1].

Situation[modifier | modifier le code]

Le château de Trévoux est situé dans le département français de l'Ain sur la commune de Trévoux. Fermement assis sur le plateau de la Dombes, il surplombe le bourg et devait protéger le péage fluvial établi en contrebas sur la Saône.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château est fondé au XIIe siècle[4] par les sires de Maison de Thoire-Villars et protège un péage que l'empereur romain germanique Henri IV confirme en 1188[4]. Cette famille en fera hommage en 1243[4] à l'Église de Lyon.

Construit et développé de la fin du XIIIe siècle ou du début du XIVe siècle par les sires de Villars, l'archevêque Henri de Villars par son testament, daté du 15 juillet 1301, enjoint ses héritiers de reconnaître tenir à foi et hommage de l'Église de Lyon, le château et la ville de Trévoux. Humbert V de Thoire-Villars est contraint de faire cette reconnaissance en 1304 ; ses successeurs la refusèrent, dans la suite, de la manière la plus formelle.

Le 10 avril 1331, Humbert V donne à son fils Humbert VI, en l'émancipant, la jouissance de la seigneurie de Trévoux, qu'il avait assignée précédemment comme douaire à Jeanne de Beaujeu, sa femme.

Le 2 août 1402, Humbert VII, le dernier des sires de Thoire-Villars, se voyant sans enfant et dans un âge avancé, vend à Louis II de Bourbon la châtellenie de Trévoux, dont il se réserve néanmoins la jouissance jusqu'à sa mort, survenue le 7 mai 1423. En 1410[4], le duc Jean de Bourbon y établit un atelier monétaire.

Dans la nuit du 18 mars 1431, François de la Palud, seigneur de Varambon, à la tête de deux mille combattants, et poussé par Amédée VIII de Savoie, qui le désavouera plus tard, surprend Trévoux, qu'il met au pillage. Le château résiste à tous ses efforts. Son coup de main n'ayant réussi qu'à demi, François de la Palud se retire, emmenant avec lui, prisonniers, les habitants riches et notables, auxquels il parviendra à extorquer d'exorbitantes rançons : ainsi le maître de la monnaie eut à payer, pour sa part, 1 030 écus d'or. Aux chrétiens qui ne purent se racheter au prix et dans le délai fixés, il fit arracher une dent ; aux juifs deux et, de plus, couper une partie de l'oreille. Une douzaine de ceux-ci périrent dans les fers.

Au mois de janvier 1523, le capitaine Moreau, à la tête de 3 000 hommes de pied et de 400 chevaux, s'empare de la ville. La garnison du château refuse de se rendre aux huguenots. Moreau fait alors miner une tour, qui saute avec ses défenseurs et lui livre la place.

Après la défection du connétable de Bourbon, Trévoux est confisqué, ainsi que ses autres terres. Pierre de la Guiche, bailli de Mâcon, en prend alors possession au nom de François Ier, le 17 septembre 1523. Les habitants prêtent serment de fidélité au roi, le 12 octobre suivant, entre les mains de Jacques de Chabannes, seigneur de la Palisse, maréchal de France.

La seigneurie de Trévoux est vendue, en 1543, au prix de 42 000 livres, à Charlotte d'Orléans, duchesse de Nemours. Jacques de Savoie, son héritier, la revend, le 29 mai 1552, au roi, qui l’aliène de nouveau, le 3 juillet suivant, à Guillaume et Jean-Henri, bourgeois de Lyon, tuteurs de nobles Nicolas et François Henri, au prix de 52 300 livres et avec clause de réméré. En 1562, Louis de Bourbon-Montpensier entre en possession de la Dombes, comme héritier du connétable, et la retire des mains des engagistes.

Le château subit une nouvelle attaque en janvier 1563, menée cette fois-ci par les protestants qui pour en venir à bout mineront la tour maîtresse. Un document intitulé « Déclaration générale des consuls de la ville de Trévoux », suivant les interrogations mises en marge nous apprend que le château était en ruine à la fin du XVIIe siècle, on cesse de réparer la basse cour, qui est en ruine dès la fin du XVe siècle, et il semble qu’il ne fut plus utilisé après l’attaque de 1563.

Le 25 octobre 1591, le capitaine Lapierre vint, au nom du duc de Nemours, qui s'était rendu maître de Lyon, se saisir de Trévoux et enjoindre aux ouvriers de la Monnaie de frapper des pièces de 6 blancs aux armes de France ; la ville restera au mains des Ligueurs jusqu'en 1594.

Il est établi, par une enquête du 14 juin 1438, qu'Henri de Villars, archevêque de Lyon, fit frapper à Trévoux, à son nom et à ses armes, dans des maisons situées entre la Font et l'église, des monnaies appelées les unes Jappins, les autres Roches. Le duc Jean de Bourbon réorganisa, vers 1410, l'atelier monétaire de Trévoux. Cet atelier fut d'abord établi dans le château, puis transporté dans différentes maisons en ville ensuite.

Alors qu’il y a bien longtemps qu’il n’est plus une menace pour personne, ce symbole du pouvoir seigneurial et de l’ancien régime fut encore la cible de la fureur révolutionnaire. En 1794 on abattit les deux étages supérieurs de la tour octogonale.

Événement

Trévoux a fêté en 2013 le 450e anniversaire de la prise du château par les Protestants. À cette occasion de nombreuses animations en costumes d'époque se sont déroulées les 29 et 30 juin 2013.

Description[modifier | modifier le code]

S’il reste aujourd’hui des vestiges suffisamment importants et visibles pour y attirer de nombreux visiteurs, l’édifice a subi d’importantes dégradations dues à plusieurs siècles d’abandon ainsi qu’à la Révolution. Il est encore de nos jours relié à la ville par un long mur d’enceinte qui se raccorde à la tour octogonale à l’est et à l’angle nord ouest de la basse-cour.

Construit vers 1120 ; suivant Guichenon, ce château était renommé par sa force et son importance. La tour octogone en est remarquable. Cette tour, qui mesurait 65 mètres de hauteur avant d'avoir été abaissé à 17 mètres en 1793. Le plan sur lequel elle est élevée est celui des tours romaines isolées, décrites par Montfaucon, dans son Antiquité expliquée. Il est possible qu'elle n'ait fait que remplacer une de ces antiques tours d'observation ; mais ce qu'il y a de très certain, c'est qu'elle est antérieure au reste dû château.

Le château de plan triangulaire dû à la configuration topographique[5] présente de nos jours une cour que délimitent trois murs dont deux sont percés d’une gaine construite à l’origine. Ces derniers ont perdu environ un quart de leur hauteur qui nous est donnée par les portes des deuxièmes étages des tours nord et sud que desservaient les chemins de ronde.

Chaque angle de cette cour est flanqué d'une tour : à l’est, le donjon octogonal, réduit de trois quarts de sa hauteur ; la tour en fer à cheval au nord et la tour ronde au sud.

Des traces d’arrachement sur l’extérieur du mur sud indiquent la présence dès l’origine d’une petite tour servant de latrines près de la porte qui donne dans la cour à proximité de la tour octogonale ; ses fondations dépassant du sol de quelques dizaines de centimètres nous renseignent sur son plan en pentagone irrégulier. Les vestiges d’une cheminée suspendus au mur ouest témoignent de l’emplacement du corps de logis dans cette cour. Sur la propriété d’à côté, il est possible de voir les vestiges de ce qui semble être une tour carrée plus à l’ouest. Le tracé des murs qui la reliaient au reste du château est toujours visible sur le terrain bien qu’il n’en demeure presque rien. Ces murs délimitaient une basse-cour de plan carré attestée par un plan de 1813 sur lequel figure également ce qui semble être l’entrée principale du château protégée par deux tourelles.

À l’extérieur du château et de la ville, un léger dénivelé du terrain cependant suffisamment prononcé pour être facilement visible sur le site semble être le vestige des anciens fossés.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Château (ruines de l'ancien) », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. Coordonnées trouvées sur Géoportail.
  3. « Notice no IA01000117 », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  4. a, b, c et d Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du Moyen Âge en France,‎ 1987, 1304 p. (ISBN 2865350703), p. 1185.
  5. Jean Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale : de la défense à la résidence, tome 1, les organes de la défense,‎ 2013 (2e édition), 376 p. (ISBN 978-2-7084-0961-3), p. 50.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Marie-Claude Guigue, Topographie historique du département de l'Ain,‎ Bourg-en-Bresse et Lyon, A. Brun, 1873, disponible en ligne sur Gallica
  • Romain Cavallero, Trévoux au moyen âge tardif (XIVe ‑ XVe siècles), bourg castral et centre de châtellenie, mémoire de master 1, université Lumière Lyon 2, 2006.

Articles connexes[modifier | modifier le code]