Château de Thoury

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Thoury
Image illustrative de l'article Château de Thoury
Le château de Thoury (état actuel)
Période ou style médiéval
Type château fort
Début construction XVe siècle
Propriétaire initial seigneurs de Thoury
Destination initiale forteresse
Propriétaire actuel privé
Destination actuelle résidence privée
Protection inscrit monument historique 13 février 1928
Coordonnées 46° 28′ 48″ N 3° 38′ 25″ E / 46.48, 3.64027846° 28′ 48″ Nord 3° 38′ 25″ Est / 46.48, 3.640278  
Pays Drapeau de la France France
Région historique Bourbonnais
Subdivision administrative Allier
Département Auvergne
Commune Saint-Pourçain-sur-Besbre

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Thoury

Géolocalisation sur la carte : Allier

(Voir situation sur carte : Allier)
Château de Thoury

Le château de Thoury est situé en Auvergne, à 25 km à l’est de Moulins, près du parc animalier du PAL, sur la commune de Saint-Pourçain-sur-Besbre.

Le château est une construction féodale sous forme d'une enceinte fortifiée qui se dresse au milieu d'un parc.

Histoire[modifier | modifier le code]

Depuis toujours propriété des seigneurs de Thoury-sur-Besbre, il faut savoir que dès le XIIe siècle, une fortification surveillait déjà la circulation le long de la rivière : elle fut construite par les seigneurs de Thoury, d'où son nom, et formait la seigneurie de Thoury-sur-Besbre. Le premier seigneur de Thoury dont on ait connaissance est Rodolphe de Thoury, chevalier, cité en 1164 dans une bulle du pape Alexandre III pour une donation a l'abbaye de Sept-Fons, et serait selon la tradition, l'un des premiers seigneurs du Bourbonnais participant à une croisade ; Goussaut de Thoury, son descendant, fit d'ailleurs enfermer dans le château son ennemi personnel, Renaud de la Motte, en 1336.

Durant la guerre de Cent Ans, de nombreux soudards ont reculé devant cette véritable forteresse aux murs épais.

Au début du XVe siècle, le château passa par mariage de Guicharde de Thoury, dame dudit lieu, à Jean de l'Espinasse ; le château alors connaît beaucoup de remaniements architecturaux.

En 1501, Jean de l'Espinasse vendit Thoury à Charles Sorel (ou Soreau), seigneur de Saint-Gérand-de-Vaux et neveu d'Agnès Sorel, maîtresse du roi Charles VII. Il y a alors coseigneurie jusqu'en 1503. À cette époque, une galerie à l'italienne est construite.

Marguerite Sorel, fille de Charles Sorel, apporta cette terre à son mari, Bertrand de Rollat, en 1542.

Une centaine d'années plus tard, en 1636, Pierre Roussaut, seigneur de la Chasseigne, acquit Thoury.

Puis il passa par alliance à Philippe de Brinon en 1653, auquel succéda son fils, et en 1715, à Jean-François Valette de Rochevert, président trésorier de France au bureau des finances de la généralité de Riom, époux de Marie Madeleine de Brinon. Celui-ci vendit le château en 1751 à Clément Conny, sieur de La Motte et de La Fay, greffier en chef au parlement des Dombes (charge anoblissante).

Le château de Thoury est toujours, au XXIe siècle, la résidence de la famille de Conny de Lafay[1].

Architecture[modifier | modifier le code]

Le château de Thoury se dresse au milieu d'un parc et affiche fièrement ses deux corps de logis reliés par de hautes courtines. La porte d'accès principale est rehaussée de mâchicoulis et de deux tours à toit en poivrière.

Son plan est celui d'une motte féodale dont les palissades ont été remplacées par des murs contre lesquels ultérieurement ont été construit le logis et les dépendances.

Ce château se visite, on pourra ainsi découvrir la cour intérieure, la galerie italienne, la tour de garde (aménagée en petit musée de la chasse) et la tour de guet qui elle renferme les souvenirs d'une famille dont l'amiral de Kerguelen faisait partie. Des concerts, des expositions et maquettes sont régulièrement présents…

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La famille de Conny de Lafay, anoblie en 1767 par la charge de Clément Conny, a fait précéder son nom d'une particule à partir de son arrière-petit-fils, Félix de Conny de Lafay (1786-1850), député de l'Allier.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Germain (dir.), Dominique Laurent, Maurice Piboule, Annie Regond et Michel Thévenet, Châteaux, fiefs, mottes, maisons fortes et manoirs en Bourbonnais, Éd. de Borée,‎ 2004, 684 p. (ISBN 2-84494-199-0).

Articles connexes[modifier | modifier le code]