Château de Thil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour le château situé à Chenôves (Saône-et-Loire), voir Château du Thil.
Château de Thil
Image illustrative de l'article Château de Thil
Château de Thil
Période ou style Médiéval
Type Château fort
Début construction XIIIe siècle
Protection Classé MH (1905)
Coordonnées 47° 23′ 06″ N 4° 20′ 14″ E / 47.385, 4.3373 ()47° 23′ 06″ Nord 4° 20′ 14″ Est / 47.385, 4.3373 ()  
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Côte-d'Or
Commune Vic-sous-Thil

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

(Voir situation sur carte : Bourgogne)
Château de Thil

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Thil

Le château de Thil se situe à l'ouest de Dijon, en Bourgogne, dans la commune de Vic-sous-Thil. La présence d'un castellum est attestée dès 1016 dans le cartulaire de Flavigny et l'occupation du site se poursuit de façon certaine jusqu'au XVIIe siècle. S'il est vrai que le château a été fortement restauré au cours du XXe siècle, ses vestiges rendent encore possible une étude architecturale. Ce château fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 12 septembre 1905[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le premier personnage connu de cette famille est Miles de Thil qui fonde en 1007 le prieuré de Précy-sous-Thil. Dès le XIe siècle, Thil est une vicomté au même titre que Semur-en-Auxois et Villaines[Lequel ?]. Il gardera ce statut jusqu'en 1310, date à laquelle il est érigé en comté relevant du duché de Bourgogne. Aux alentours de 1340, Jean de Thil est nommé connétable héréditaire du duché de Bourgogne. Alors que le prestige de la famille s'accroît, une collégiale est fondée sur l'extrémité nord de l'éperon, à une centaine de mètres du château. Encore conservée aujourd'hui, elle représente un bâtiment imposant à chevet plat, voûté en berceau pour la nef et en ogives pour le transept, avec un clocher à l'ouest de l'édifice. Enfin, en 1596, Thil devient une baronnie.

Architecture[modifier | modifier le code]

Actuellement, le château se présente sous la forme d'une enceinte ovoïde comprenant un réduit seigneurial et une grande basse-cour. L'étude du bâti permet de discerner différentes phases de construction s'échelonnant du XIIIe siècle au XVIe siècle. Pour le XIIIe siècle, subsistent les vestiges du reste d'un logis rattaché à un cellier et probablement à la tour de guet. Une chapelle étant attestée dès 1085, nous pourrions avoir affaire au schéma type "aula, capela, Bergfried". À la fin du XIVe siècle, la construction d'une tour-résidence et d'un bâtiment d'habitation redéfinit l'espace en dessinant ce qu'on appelle le réduit seigneurial. Cette configuration s'affirme au XVe siècle puis au XVIe siècle avec la construction d'un nouveau bâtiment et le remaniement de l'enceinte. Au fil des siècles, le site accroît ses qualités résidentielles tout en conservant ses prérogatives défensives.

Le château de Thil a connu une longue période d'occupation, dont l'évolution peut-être suivie sur au moins six siècles. La période d'apogée du site est liée à Jean de Thil (fin XIVe siècle) qui a doté le site de ses plus beaux éléments d'architecture, notamment la collégiale. La chronologie du château doit être encore affinée mais on peut d'ores et déjà parler d'un site majeur pour l'architecture castrale bourguignonne.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale, De la défense à la résidence, vol 1 Les organes de la défense, Paris, Picard,‎ 1991 (ISBN 978-2-7084-1741-0)
  • Jean Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale, De la défense à la résidence, vol 2, Paris, Picard,‎ 1991 (ISBN 978-2-7084-1741-0)
  • Hervé Mouillebouche, Les maisons fortes en Bourgogne du Nord, du XIIIe au XVIe siècle, Dijon, Éditions universitaires Dijon, coll. « Sociétés »,‎ 2000 (ISBN 978-2-905965-57-8)
  • Georges Thiery, Le Château de Thil. Approche archéologique.
    mémoire de maîtrise en archéologie médiévale, soutenu en 2003, 2 tomes

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]