Château de Suze-la-Rousse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Suze-la-Rousse
Image illustrative de l'article Château de Suze-la-Rousse
Château de Suze-la-Rousse
Période ou style Classique / Renaissance
Début construction XIe siècle
Propriétaire actuel Département
Destination actuelle musée
Protection Logo monument historique Classé MH (1964)[1]
Coordonnées 44° 17′ 15″ N 4° 50′ 12″ E / 44.287363, 4.83655944° 17′ 15″ Nord 4° 50′ 12″ Est / 44.287363, 4.836559  
Pays Drapeau de la France France
Région historique Rhône-Alpes
Département Drôme
Commune Suze-la-Rousse

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Suze-la-Rousse

Le Château de Suze-la-Rousse est un château fort féodal du XIe siècle et une demeure seigneuriale style Renaissance du XVIe siècle à Suze-la-Rousse dans la Drôme. L'édifice est en parfait état, classé aux monuments historiques depuis 1964 et abrite aujourd'hui une Université du Vin depuis 1978.

Historique[modifier | modifier le code]

Le site est occupé dès l’époque gallo-romaine par un site castral.

Charlemagne[modifier | modifier le code]

En 793 l’empereur Charlemagne fait don de la terre d’Orange et des terres alentour (dont Suze dépendait) à son cousin Guillaume au court nez, pour le remercier de son aide pour la libération d'Orange. L'endroit devient alors un « relais de chasse ».

Les princes d'Orange - Maison des Baux[modifier | modifier le code]

En 1173 Tiburge Ire d'Orange (fille du comte Rambaud II d'Orange et descendante de Guillaume) épouse Bertrand Ier des Baux à qui elle apporte la terre de Suze. Ce dernier fait bâtir un château fort militaire à demi incrusté dans la roche ocre, doté de remparts défensifs gigantesques, de douves profondes et d'un pont-levis, de créneaux, d'un puits de 34 mètres, d'une chapelle Saint-Turquois, sur une colline qui domine le village de Suze au cœur de 1600 hectares de vignoble de Côtes du Rhône auxquels la région est dédiée.

Article détaillé : Principauté d'Orange.

En 1392 l'évêque de Saint-Paul-Trois-Châteaux Raymond IV donne le village de Suze à sa nièce Marguerite des Baux (surnommée Marguerite la Rousse, fille de Bertrand Ier des Baux) en échange d’un domaine à Montréal-les-Sources (Drôme). Elle est à l’origine probable du nom du village Suze-la-Rousse qui tire son nom du celtique « uz » (lieu élevé) et « La Rousse » qui évoque la teinte roussâtre des pierres et roches du château.

Chateau de Suze la Rousse 01.jpg
Cour d’honneur
Salle de jeu de paume

Maison La Baume-Suze[modifier | modifier le code]

En 1426 sa fille Antoinette de Baux épouse en secondes noces Louis de La Baume et débute la ligne de la Maison La Baume-Suze.

En 1551, l'évêque d’Orange (oncle de François de La Baume) finance la construction d'une remarquable cour d’honneur Renaissance qui transforme la forteresse en une grande demeure de plaisance.

En 1564 François de La Baume-Suze (gouverneur de Provence et chef des troupes catholiques du Bas-Dauphiné durant les guerres de religion) fait construire un jeu de paume à l'occasion du passage de Catherine de Médicis (reine de France régente) et de son fils le roi Charles IX de France.

Aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, la famille de La Baume-Suze embellit le château de façon somptueuse  : décors peints et stuqués et cheminée monumentale (16e), grand escalier d’honneur monumental, cabinet octogonal et chapelle Saint-Michel (17e), grande salle et salle à manger décorées de gypseries (18e) ...

Le château est en partie pillé durant la Révolution française.

Maison Isnards-Suze[modifier | modifier le code]

En 1797, Pierre-Louis de La Baume-Suze décède en Suisse à l’âge de 19 ans sans héritier direct. Sa sœur Aldonce-Julie épouse le marquis des Isnards, hérite du château et le transmet à leur descendance Isnards-Suze.

Au cours du 19e siècle, l'ensemble du château fait l’objet d'importantes restaurations.

Maison de Witte et Bryas[modifier | modifier le code]

La marquise Éliane Isnards (arrière-petite fille du marquis) épouse le baron Jehan de Witte avec qui elle a une fille Germaine de Witte qui épouse le marquis de Bryas qui décède lors de la Première Guerre mondiale sans héritier.

Elle est la dernière descendante des marquis Isnards-Suze, sans héritier et lègue son château à son décès en 1958 à la fondation des Orphelins Apprentis d’Auteuil (association caritative).

Conseil général de la Drôme et Université du vin[modifier | modifier le code]

Le 27 février 1964 le château et son parc sont classés Monument historique et vendus aux enchères en 1965 au Conseil général de la Drôme qui le fait restaurer.

En 1978 l’Université du vin privée de Suze-la-Rousse s'installe au second étage du château et dans les anciennes écuries. Le jardin présente une roseraie et une collection ampélographique de 70 cépages différents français et étrangers dans un parc boisé de 23 hectares de chênes verts, pins parasols, érables.

Le Conseil général de la Drôme organise de nombreux concerts de musique classique et spectacles de cirque dans la cour d'honneur qui possède une acoustique exceptionnelle où les sons semblent rebondir contre les murs pour revenir amplifiés.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernard Guillaume, Le château de Suze-la-Rousse, p. 301-299, dans Congrès archéologique de France. 150e session. Moyenne vallée du Rhône. 1992, Société Française d'Archéologie, Paris, 1995

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :