Château de Simiane-la-Rotonde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Simiane-la-Rotonde
Image illustrative de l'article Château de Simiane-la-Rotonde
La rotonde vue depuis la cour du château
Début construction XIIe siècle
Fin construction XIVe siècle
Protection Logo monument historique Classé MH (1862, 2000)
 Inscrit MH (1998)
Coordonnées 43° 58′ 53″ N 5° 33′ 41″ E / 43.9813389, 5.5613472243° 58′ 53″ Nord 5° 33′ 41″ Est / 43.9813389, 5.56134722  
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Alpes-de-Haute-Provence
Commune Simiane-la-Rotonde

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Simiane-la-Rotonde

Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur

(Voir situation sur carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur)
Château de Simiane-la-Rotonde

Le château de Simiane-la-Rotonde (ou château des Agoult) est un château qui domine le village de Simiane-la-Rotonde situé sur le plateau d'Albion, dans le département français des Alpes-de-Haute-Provence et la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Il n'en subsiste que le logis seigneurial et le donjon appelé rotonde, qui donne son nom au village. Ce donjon abrite une grand salle qui est une des réalisations les plus étonnantes de l'art roman provençal.

Historique[modifier | modifier le code]

La présence d'un château à cet endroit est attestée dès 1031[1].

Le donjon (rotonde) date de la fin du XIIe siècle tandis que le logis seigneurial date des XIIIe et XIVe siècles[2]. La construction de la rotonde peut être située entre 1190 et 1210[1].

L’hypothèse la plus répandue est celle de la chapelle castrale, construite sur une crypte abritant le tombeau de Raimbaud d’Agoult, qui participa à la première croisade et mourut en 1113[3]. Guy Barruol l’interprète comme un donjon[4].

La rotonde fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1862, le restant du château étant classé par arrêté le 26 juin 2000 pour son logis seigneurial, l'enceinte castrale, le sol de la cour, la citerne et le puits, les murs de clôture et ceux de soutènement, ainsi que les portes et autres vestiges[1]. Entretemps, le château dans son ensemble fait l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques par arrêté du 18 mars 1998[1].

La façade principale fut restaurée en 1875[5] et d’importants travaux portant sur l’étanchéité et l’appareillage ont été réalisés en 1979-1980[6].

La rotonde a été considérée un temps comme une lanterne des morts mais cette théorie a été abandonnée[7].

Architecture extérieure[modifier | modifier le code]

La rotonde présente extérieurement deux parties très contrastées. La partie orientée vers l'extérieur du château (nord-ouest) est édifiée en moellon tandis que la partie donnant sur la cour intérieure (sud-est) est édifiée en moellon dans sa partie inférieure et en pierre de taille de belle facture assemblée en grand appareil dans sa partie supérieure.

La partie édifiée en pierre de taille est polygonale et présente, à l'étage, une grande baie ogivale aveugle et une belle porte romane encadrée de colonnes surmontées de chapiteaux sculptés ornés de feuillage supportant une archivolte à voussures multiples ornées soit d'un arc torique (boudin) soit d'un motif de bâtons brisés.

L'archivolte de la porte romane

Architecture intérieure[modifier | modifier le code]

La voûte

Cette porte romane donne accès à une grande salle ronde de style roman qui constituait probablement une salle d'apparat et de réception[2].

Cette salle est surmontée d'une impressionnante coupole dont les nervures de pierre convergent en un mouvement légèrement hélicoïdal vers un grand oculus central.

La salle ronde est entourée de douze niches séparées par des groupes de trois colonnes engagées, une forte encadrée de deux faibles.

Sculpture[modifier | modifier le code]

Chapiteaux[modifier | modifier le code]

Les chapiteaux des colonnes qui séparent les niches latérales sont ornés de motifs végétaux dont certains représentent de grandes feuilles extrêmement stylisées et rehaussées de trous de trépan, de palmettes, d'incisions profondes ou de pointes de diamant.

Masques[modifier | modifier le code]

Le chapiteau de chacune des douze colonnes fortes est surmonté d'un masque sur lequel prend appui une des douze nervures de pierre de la coupole. On y reconnait une tête de moine, une tête de diable barbu, une tête d'homme bâillonné, etc...

Tête de moine
Diable barbu
Tête d'homme bâillonné

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « Notice no PA04000014 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. a et b Guy Barruol et Jean-Maurice Rouquette, Promenades en Provence romane, Zodiaque, 2002, p. 110
  3. Raymond Collier, La Haute-Provence monumentale et artistique, Digne, Imprimerie Louis Jean,‎ 1986, 559 p., p. 130
  4. Raymond Collier, op. cit., p. 130-131
  5. Raymond Collier, op. cit., p 130
  6. Raymond Collier, op. cit., p. 129.
  7. Anat Tcherikover, Michel Plault. — Les lanternes des morts. Inventaire, histoire et liturgie. Poitiers, Brissaud, 1988 (" Art et patrimoine ", 4), « Compte-rendu de lecture », Cahiers de civilisation médiévale, 1995, volume 38, numéro 149, p. 96.