Château de Salignac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Salignac.
Château de Salignac
Image illustrative de l'article Château de Salignac
Le château de Salignac
Type Château fort
Début construction XIIe siècle
Fin construction XVIe siècle
Propriétaire actuel Personne privée
Protection  Inscrit MH (1969)
Coordonnées 44° 58′ 29″ N 1° 19′ 36″ E / 44.974861, 1.32666744° 58′ 29″ Nord 1° 19′ 36″ Est / 44.974861, 1.326667  
Pays Drapeau de la France France
Région historique Périgord
Région Aquitaine
Département Dordogne
Commune Salignac-Eyvigues

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Salignac

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

(Voir situation sur carte : Dordogne)
Château de Salignac

Le château de Salignac est l'ancien château fort des Salignac, des XIIe et XVIe siècles ; il est localisé sur la commune de Salignac-Eyvigues, dans le département français de la Dordogne. Il ne faut pas le confondre avec le château de Fénelon qui se situe à Sainte-Mondane sur la rive gauche de la Dordogne, et qui a appartenu à la famille Salignac de la Mothe-Fénelon, branche cadette de la précédente.

Histoire[modifier | modifier le code]

La famille de Salignac (ou de Salagnac) apparaît à la fin du Xe siècle avec Geoffroi de Salignac, né vers 980, qui possédait la châtellenie de Salignac, des fiefs dans le Quercy et les vicomtés de Turenne et de Gimel. L'origine de la famille de Salignac pourrait être une branche cadette des vicomtes de Turenne de la famille de Comborn[1]. Bertrand de Salignac n'ayant eu que des filles de ses deux mariages, la seigneurie de Salignac passa à la famille de Gontaut par le mariage, en 1545, de Jeanne de Salignac avec Armand de Gontaud, seigneur de Madaillan, qui a fondé la branche des Gontaut-Salagnac (ou Salignac)[2]. Le château est passé au XVIe siècle aux Montmège et au XVIIIe siècle aux Noailles. Le château est racheté en 1912 par la famille Salignac-Fénelon.

Il est fait mention du site de Salignac autour de l'an 1000, mais c'est vers le XIIe siècle que des constructions de pierre apparaissent. Il s'agissait principalement de deux tours de plan plus ou moins carré (8 mètres de côté), d'éléments de muraille qui enveloppaient la motte féodale et divers bâtiments d'habitation et d'exploitation. Tout au long des siècles suivants, beaucoup de modifications ont été apportées au château, des maisons nobles ont été bâties pour loger les nombreux co-seigneurs du lieu et leur maison. Le château de Salignac était une sorte de copropriété partagée par plusieurs familles nobles, Lagarde-Salignac et autres. De cette période, il ne reste que les deux tours carrées dont une à contreforts très vraisemblablement arasée au niveau d'une voûte intermédiaire, quelques portions de muraille et les ruines de certains bâtiments.

Pendant la guerre de Cent Ans, le château a subi de nombreuses destructions, tant de la part des Anglais que des Français. C'est au XVIe siècle qu'une grande campagne de restauration et de reconstruction eut lieu, et c'est en partie le résultat de celle-ci que nous pouvons voir aujourd'hui.

Ce château est inscrit aux monuments historiques depuis 1969[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lainé, Généalogie de la maison de Salignac-Fénelon"", Imprimerie Hauquelin et Bautruche, Paris 1844 Texte
  2. Jean Baptiste Pierre Jullien de Courcelles, Histoire généalogique et héraldique des pairs de France, des grands dignitaires de la couronne, des principales familles nobles du royaume et des familles princières de l'Europe, précédée de la généalogie de la maison de France, Tome 2, Paris, 1832 Texte
  3. « Inscription du château de Salignac », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 10 août 2009

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christian Corvoisier, Château de Salignac, p. 377-379, dans Congrès archéologique de France. 156e session. Monuments en Périgord. 1998, Société Française d'Archéologie, Paris, 1999
  • Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, p. 262-263, Éditions Sud-Ouest, 1996 (ISBN 2-87901-221-X)
  • Le guide des châteaux de France : Dordogne, p. 117-119, Hermé, Paris, 1986 (ISBN 2-86665-006-9)
  • Jacques Lagrange, Dominique Audrerie, Pierre Pommarède, Le Périgord des Mille et Un châteaux, p. 259-260, Pilote 24 édition, Périgueux, 2005 (ISBN 2-912347-51-3)

Articles connexes[modifier | modifier le code]