Château de Saint-Just

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Saint-Just
Période ou style Renaissance
Type château
Propriétaire initial Jacques de Croixmare
Destination initiale habitation
Propriétaire actuel propriété privée
Destination actuelle tourisme d'affaire
Protection  Inscrit MH (1995)
Jardin remarquable
Coordonnées 49° 06′ 39″ N 1° 25′ 53″ E / 49.1107, 1.4314 ()49° 06′ 39″ Nord 1° 25′ 53″ Est / 49.1107, 1.4314 ()  [1]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Normandie
Région Haute-Normandie
Département Eure
Commune Saint-Just

Géolocalisation sur la carte : Eure

(Voir situation sur carte : Eure)
Château de Saint-Just

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Saint-Just

Le château de Saint-Just est situé dans la commune de Saint-Just dans l'Eure. Le château fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 13 octobre 1995[2]. Le parc fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 3 novembre 1997[3].

Historique[modifier | modifier le code]

Un premier château est construit au XIIIe siècle (substructures subsistantes). Vers la fin du XVIe siècle, Jacques de Croixmare fait édifier une nouvelle demeure. Un état des biens du fief de Saint-Just, dressé en 1608, mentionne un manoir, des communs, une orangerie, un jardin, un potager, etc. ; le domaine comprend encore une avenue plantée d'ormes, des vignes, deux moulins, une chapelle, des terres cultivables (A. N.).

En 1654, les derniers descendants de la famille de Croixmare vendent le domaine à Jean de Savary, Ecuyer, Secrétaire du Roi et Grand Maître des Eaux et Forêts de Normandie. Jean de Savary et ses descendants transforment le parc en jardin à la française, créent le circuit d'eau, le jardin potager. Le plan de 1744 donne une idée du château et de son parc au milieu du XVIIIe siècle.

En 1775, le château est vendu au duc de Penthièvre, également propriétaire du château de Bizy, à Vernon. Il acquiert probablement aussi le domaine voisin (dit Château du Rocher), jusque là propriété distincte. Le duc transforme le logis en hôpital et maison de repos pour les vieux serviteurs à son service ; à cette fin, le bâtiment subit d'importants aménagements. Dans le parc, il fait édifier la laiterie, une fabrique et probablement la glacière ; il fait encore construire le grand commun et une infirmerie (bâtiment aujourd'hui intégré dans la propriété voisine du Rocher). L'hospice fonctionne jusqu'à la mort du duc de Penthièvre, en 1793.

Le domaine est ensuite vendu comme bien national. Propriétaire de 1795 à 1798, Sébastien-Gilles Huet de Guerville fait inhumer son épouse dans le parc, en réutilisant les éléments du mausolée de Lancelot de la Garenne (1595), provenant de l'église de Mercey. En 1805, Victor Fanneau de la Horie, propriétaire depuis 1798, revend le château au Chevalier Suchet, qui le revend à son frère, maréchal et duc d'Albufera. Louis Gabriel Suchet, Receveur des droits généraux de Normandie, puis Conseiller d'État, commence par replanter l'avenue qui mène au château en 1810 ; aux ormes du XVIIe siècle, il substitue des peupliers. À partir de 1816, le maréchal entreprend de grands travaux à Saint-Just : distribution et décor du rez-de-chaussée du logis par l'architecte Lacornée, réameublement (mobilier d'époque Empire), nouveau dessin du parc. Parmi les différents jardiniers qu'il embauche, Belguise bénéficie déjà d'un certain renom : en 1825, il redessine une partie du parc en jardin à l'anglaise.

L'ensemble des bâtiments est remis en état. Suite au décès du maréchal en 1826, sa veuve divise la propriété et vend le domaine voisin du château du Rocher, composé de la chapelle, le « pavillon d'Osmont », l'infirmerie et une partie du parc à l'anglaise ; il redevient alors distinct du château de Saint-Just. Depuis 1885, le château est aux mains de la même famille, qui s'est attaché à remettre le parc en état : en 1893, l'avenue est replantée en platanes ; en 1905, la pièce d'eau est curée ; les goulettes, disparues sous le calcaire et la terre, sont dégagées et remises en eau (1935). En 1904, l'aile gauche du château est abattue. Les bois attenants, ou grand parc, autrefois partie intégrante du domaine, appartiennent aujourd'hui à un autre propriétaire.

Le château appartient toujours aujourd'hui à une vieille famille française passionnée par l'histoire de ce monument et le romantisme de son parc.

Les jardins ont reçu le label « jardin remarquable[4] ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]