Château de Rochebrune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Rochebrune
Image illustrative de l'article Château de Rochebrune
Le château et les douves
Début construction XIe siècle
Propriétaire initial Jourdain Ier de Chabanais
Propriétaire actuel Henri de Richemont
Protection  Inscrit MH (1959)[1]
Coordonnées 45° 53′ 48″ N 0° 47′ 14″ E / 45.89667, 0.78722 ()45° 53′ 48″ Nord 0° 47′ 14″ Est / 45.89667, 0.78722 ()  [2]
Pays Drapeau de la France France
Région historique Limousin
Région Poitou-Charentes
Département Charente
Commune Étagnac

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Rochebrune

Géolocalisation sur la carte : Charente

(Voir situation sur carte : Charente)
Château de Rochebrune

Le château de Rochebrune se trouve sur la commune d'Étagnac, en Charente.

Historique[modifier | modifier le code]

Datant des premières croisades, Rochebrune était une ancienne place fortifiée stratégiquement située au carrefour des routes de Limoges, Angoulême et Niort.

La première tour fut édifiée par Jourdain Ier avant que celui-ci ne parte pour Jérusalem et n’y meure en 1099. Les trois autres tours n’apparurent qu’un siècle plus tard. Les murs de chacune d’elles, épais de deux mètres, sont percés de meurtrières dont les angles de vue cumulés ne laissent aucun angle mort aux défenseurs du lieu.

Les descendants de Jourdain Ier augmentèrent peu à peu l’édifice pour lui donner son volume actuel. En 1561, à l’époque des guerres de religions, le château échut à Blaise de Montesquiou dit Blaise de Montluc, Maréchal de France, catholique fervent et vaillant pourfendeur des protestants. Rochebrune, Chabanais et Confolens défendaient alors la région contre les protestants remontant du sud.

Après qu'il eut été incendié par les protestants en 1569, c’est la belle-fille de Montluc qui rendit le château habitable en perçant les façades d’ouvertures qui amènent de la lumière. En effet, les murs ne supportaient alors qu’un chemin de ronde reliant les quatre tours.

Par mariage Rochebrune passa aux Escoubleau de Sourdis. A la génération suivante Angélique Charlotte d'Escoubleau de Sourdis, dame de Chabanais épousa François Gilbert Colbert (1676-1719), marquis de Saint-Pouange. Lors du contrat de mariage, en 1702, Louis XIV éleva la terre de Chabanais au rang de marquisat[3]. Ce sont les Colbert-Chabanais qui percèrent les grandes fenêtres de Rochebrune. Pour rendre la demeure plus agréable, le pont-levis fut remplacé au XVIIIème par l’actuel passage.

En 1805, le comte Pierre Dupont de l'Étang, général d’empire, officier de Napoléon, acquiert Rochebrune. Son petit-fils, sans descendance, le laissera à son cousin, le comte de Richemont, ancêtre de l’actuel propriétaire.

Architecture[modifier | modifier le code]

Les trois corps de bâtiments à étage forment un carré flanqué de quatre tours d'angles et entouré de douves. Ils sont recouverts de toitures à deux pans ; celles des tours sont des poivrières.

La quatrième aile qui fermait la cour a été démolie en 1808 et des fenêtres ont été ouvertes.

Les toits sont couverts d'ardoises à la place des tuiles plates d'origine.

L'intérieur possède un plafond peint daté de 1581 aux armes des Montluc et des Rochechouart.

Les façades et les toitures du château et des communs ainsi que les douves ont été inscrites monuments historiques par arrêté du 24 juin 1959[1].

Porte du château

Parc et jardins[modifier | modifier le code]

Le parc a été planté sous le Premier Empire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Château de Rochebrune », base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Coordonnées vérfiées sur Géoportail
  3. Père Anselme, tome VII, p 293

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Châteaux, manoirs et logis : La Charente, éditions Patrimoine et Médias,‎ 1993, 499 p. (ISBN 2-910137-05-8), p. 123
  • Frédéric Chassebœuf, Châteaux en Poitou-Charentes, Prahecq, Patrimoines et Médias, coll. « Belles visites »,‎ 2006, 173 p. (ISBN 2-910137-91-0, OCLC 71887670)