Château de Ray-sur-Saône

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Ray-sur-Saône
Image illustrative de l'article Château de Ray-sur-Saône
Période ou style Classique
Type Château fort
Début construction Xe siècle
Fin construction XVIIIe siècle
Protection Logo monument historique Classé MH (2009)
Coordonnées 47° 35′ 23″ N 5° 49′ 42″ E / 47.5896, 5.8283 ()47° 35′ 23″ Nord 5° 49′ 42″ Est / 47.5896, 5.8283 ()  [1]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Comté de Bourgogne
Région Franche-Comté
Département Haute-Saône
Commune Ray-sur-Saône

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Ray-sur-Saône

Le Château de Ray-sur-Saône est un château fort des Xe siècle et XVIIIe siècle de style classique à Ray-sur-Saône en Franche-Comté (village classé « Petite Cité comtoise de caractère »). Le château privé est en parfait état de conservation et le parc est ouvert à la visite durant la période touristique.

Il fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis novembre 2009[2]. Il fait l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques depuis 1978.

Historique[modifier | modifier le code]

Au XIe siècle le village appartient à l'abbaye Saint Vincent de Chalon-sur-Saône, les sires de Ray étant à la tête de la seigneurie et en assurant la défense. Ensuite l'abbaye Saint Vincent de Chalon-sur-Saône le cède aux comtes de Bourgogne au XIIIe siècle, qui en reconnaissent la toute propriété aux Sires de Ray vers 1270[3].

À la fin du XIIe siècle, Othon de La Roche du Château de La Roche devient baron de Ray par mariage avec sa cousine Isabelle de Ray (fille du seigneur Guy de Ray)[3].

Le château est construit, selon la tradition[3], sur un ancien oppidum gallo-romain. Juché sur un éperon qui domine la Saône, le château est doté de 14 tours à l’origine (plus grande forteresse du Comté de Bourgogne au Moyen Âge) sur un domaine de 5 hectares. Le parc sera planté avec le temps d’essences d’arbres en provenance des quatre coins du monde : cèdres, tilleuls, sophoras, épicéas, pins, foyards, sycomores, frênes et marronniers

Article détaillé : Famille de Ray.

Depuis Othon, le château est transmis dans la famille des Ducs de Marmier-Choiseul puis par mariage de Gabrielle de Marmier avec le Comte Hubert de Salverte puis leur fille Diane de Salverte, actuelle propriétaire avec pour devise de famille « Je fus, je suis, je seRAY ». Étant à ce jour la dernière propriétaire de ce château familial emplit des trésors accumulés par cette illustre famille depuis le plus Haut Moyen Âge. Rajoutons que la Comtesse est la 33e génération à habiter se château qui compte parmi les plus beaux et surtout les plus grands de la Franche-Comté et ce depuis hélas, la disparition de nombreux autres châteaux tels que celui de Pesmes, que ses ancêtres de La Baume-Montrevel habitèrent jusqu'à la Révolution. Contrairement à celui de Ray qui traversa intact les époques celui de Pesmes fut amputé de ses deux tiers (pour la partie habitation).

Le château est fortement endommagé lors de la guerre de Trente Ans (1618-1648), le château sera rasé en représailles de l'asile offert à Gaston d'Orléans dans la Comté[4] puis reconstruit sous sa forme actuelle à la fin du XVIIe siècle et XVIIIe siècle sur les fondations de la forteresse médiévale d'origine.


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Antoine Legrand, Le Linceul de Turin 15 siècles de voyage in Notre Histoire, no 77, novembre 1985 [rapporté de Constantinople par Othon de la Roche et conservé d'abord au Château de Ray-sur-Saône : le Saint Suaire de Besançon en serait une copie]
  • Antoine Legrand, Le Linceul de Turin, nouvelle édition, Paris, Desclée de Brouwer, 1985
  • H. D. Salverte, Le château de Ray : transmission par le sang du XIe au XXe siècle, 1936

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées vérifiées sur Géoportail et Google Maps
  2. « Notice no PA00102258 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. a, b et c Comte de Salverte, Historique du Château de Ray, Éditions Sequania, Besançon
  4. source : à la découverte de la France, 1988 Édition Reader's Digest
  5. « Notice no LH/1747/24 », base Léonore, ministère français de la Culture.