Château de Ragny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Ragny
Image illustrative de l'article Château de Ragny
Période ou style Moyen Âge, remanié depuis le XVe siècle
Type Château fort
Début construction XIIe siècle
Propriétaire initial seigneur de Ragny
Destination initiale Ouvrage militaire,
siège d'une seigneurie.
Destination actuelle centre familial géré par le comité central d'entreprise de la Banque de France
Coordonnées 47° 29′ 41″ N 4° 04′ 09″ E / 47.494619, 4.069259 ()47° 29′ 41″ Nord 4° 04′ 09″ Est / 47.494619, 4.069259 ()  
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Yonne
Commune Savigny-en-Terre-Plaine

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

(Voir situation sur carte : Bourgogne)
Château de Ragny

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Ragny

Le château de Ragny est un ancien château médiéval situé à Savigny-en-Terre-Plaine, dans l'actuel département de l'Yonne. Son histoire est indissociable de celle des seigneurs de Ragny, dont il fut le fief principal.

Le château actuel, construction très étendue, fut remanié et agrandi à diverses époques depuis le XVe siècle. La Banque de France en est devenue propriétaire en 1974. C'est désormais un centre familial géré par son comité d'entreprise.

Historique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Seigneurs puis marquis de Ragny.

Un petit château fut construit à l'époque féodale par les sires de Ragny, qui n'étaient alors que de modestes vassaux des seigneurs de Montréal.

On ne connait pas le rôle qu'il a joué pendant la guerre de Cent Ans, mais on sait qu'il fut renforcé au XVe siècle. Au début du XVIe siècle, son propriétaire est Claude de Ragny, un proche du roi Louis XII. Quelques années plus tard, la seigneurie passe par alliance à Girard de la Magdelaine.

Son fils François de la Magdelaine, en récompense de son rôle pendant les guerres de la Ligue et de sa loyauté à l'égard de Henri IV, voit sa terre de Ragny érigée en marquisat en 1597. Premier marquis de Ragny, maréchal de camp, bailli de l'Auxois, chevalier des ordres du roi, c'est alors un personnage considérable. Après l'assassinat d'Henri IV, il se retire dans ses terres, et ne fréquente que rarement la cour de Louis XIII. Jusqu'à sa mort en 1626, il consacre les 16 dernières années de sa vie à transformer et embellir le château et le parc de Ragny.

Son fils Léonor de la Magdelaine lui succède dans ses charges et titres mais décède trois ans après son père. Son fils meurt deux ans plus tard, en 1631, sans héritier direct. Le château et les terres passent alors à la fille de Léonor, qui les transmet à son époux François de Bonne de Créquy, duc de Lesdiguières.

Les puissants seigneurs qui possèdent ensuite Ragny y résident peu, se contentant de percevoir les revenus de ce grand domaine, le plus vaste de l'avallonnais. Les Créquy de Lesdiguières le conservent jusqu'en 1703, date à laquelle il échoit à Hercule de Neufville, duc de Villeroy. En 1717, il est acquis par un parlementaire, Guy Chartraire de Saint-Agnan. Ses descendants possèdent Ragny jusqu'en 1812.

Au XIXe siècle, les propriétaires successifs morcèlent le domaine et détruisent certains bâtiments : orangerie et tours.

Le domaine est acquis par la banque de l'Algérie en 1960. La Banque de France en devient propriétaire en 1974. C'est désormais un centre familial géré par son comité central d'entreprise. Aujourd'hui, la Banque de France y organise de nombreux stages et séminaires, en raison de la proximité avec Paris.

Sources [1],[2],[3]:

Description[modifier | modifier le code]

L'ancien château était flanqué de 11 tours, parmi lesquelles on remarquait le donjon de la Tour Carrée, garni de meurtrières et de créneaux et qui s'élevait au milieu de la cour centrale. Il possédait une chapelle, voutée et ornée de fresques, fondée par Pierre de Ragny en 1422. Il fut démoli à la Révolution.

Le terrier de Ragny donne en 1501 les noms des principales tours du château : la tour Salle, la tour de Marsigny, la tour du Loup et la tour de la Contrée.

Du château primitif ne subsiste qu'une galerie avec trois arcades, située au rez-de-chaussée et datée de la fin du XIIe siècle. Datant du manoir primitif, il s'agissait probablement d'une salle servant de promenoir.

Le château de Ragny, dessin de Victor Petit, 1870

Le château actuel, construction très étendue, fut remanié et agrandi à diverses époques depuis le XVe siècle. Les corps de logis, adossés les uns aux autres d'une manière très irrégulière, sont soutenus par des tourelles rondes.

On pénètre dans la cour d'honneur par un pont dormant au-dessus de larges douves, puis par un portail entouré de deux bâtiments identiques édifiés, semble-t'il, à la fin du XVIIe siècle. La cour s'ouvre sur une aile unique, à droite, constituée de trois bâtiments sans alignement. Le corps de logis principal, à l'extrémité de cette aile, pourrait également dater de la seconde moitié du XVIIe siècle, avec une partie du gros œuvre plus ancienne. Les deux tours rondes qui l'encadrent sont vraisemblablement contemporaines de la tour du colombier, sur laquelle est gravée 1530.

De larges fossés bordent une partie des bâtiments faisant face à l'ouest et au nord. Un grand jardin à la française décoré de charmilles, ainsi que plusieurs avenues tracées en ligne droite entourent l'ancienne demeure seigneuriale.

Sources [4],[2]:

Annexes[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ernest Petit, Avallon et l'Avallonnais - étude historique,‎ 1867 (réimpr. librairie Voillot, Avallon, 1991), p. 53-71
  2. a et b Victor Petit, Description des villes et campagnes du département de l'Yonne,‎ 1870 (réimpr. librairie Voillot, Avallon, 2001), p. 130-132
  3. Claude Courtépée et Edmé Béguillet, Description générale et particulière du duché de Bourgogne, Volume VI, Dijon,‎ 1781 (lire en ligne)
  4. Le Guide des châteaux de France : YONNE, Hermé (ISBN 2-86665-028-X)