Château de Puymartin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Puymartin
Image illustrative de l'article Château de Puymartin
Début construction XVe siècle
Fin construction XVIIe siècle
Propriétaire actuel Personne privée
Protection  Inscrit MH (1948)
Logo monument historique classé MH (1977)
Site web www.chateau-de-puymartin.com
Coordonnées 44° 54′ 38″ N 1° 08′ 33″ E / 44.910556, 1.1425 ()44° 54′ 38″ Nord 1° 08′ 33″ Est / 44.910556, 1.1425 ()  
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Dordogne
Commune Marquay

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Puymartin

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

(Voir situation sur carte : Dordogne)
Château de Puymartin

Le château de Puymartin se situe sur la commune de Marquay dans le département français de la Dordogne, en région Aquitaine.

Il fait l'objet d'une protection au titre des monuments historiques.

Présentation[modifier | modifier le code]

Datant des XVe, XVIe et XVIIe siècles[1], le château de Puymartin est situé à 8 km de Sarlat et 11 km des Eyzies. Il est ouvert à la visite.

Histoire[modifier | modifier le code]

La construction du château a débuté au XIIIe siècle. En 1357, le château devient possession anglaise. Les consuls de Sarlat rachètent le domaine aux anglais et l'abandonnent.

Radulphe de Saint-Clar reconstruit le château en 1450. Au XVIe siècle, Raymond de Saint-Clar rachète le château et repousse les protestants. C'est lui qui reprend Sarlat aux huguenots sous le nom de Capitaine de Puymartin

Au XVIIe siècle, Jean de Saint-Clar et sa sœur Suzanne se disputent la possession du château pendant 40 ans. Suzanne en devient finalement propriétaire. Le château est abandonné au XVIIIe siècle.

Au XIXe siècle, le marquis Marc de Carbonnier de Marzac, grand-père du propriétaire actuel, restaure le château dans un style néogothique grâce à la dot de sa femme.

Le château est inscrit au titre des monuments historiques par arrêté du 6 décembre 1948. L'une de ses chambres du XVIIe siècle, lambrissée et peinte, est classée monument historique le 1er mars 1977[1].

Après le décès du propriétaire, le comte Henri de Montbron, le 31 juillet 2002, sa femme et ses enfants en ont hérité en 2003.

Dame blanche[modifier | modifier le code]

Une légende dit qu'une châtelaine du XVIe siècle, Thérèse de Saint-Clar, aurait été surprise avec son amant par le retour de guerre inopiné de son mari. En punition de sa faute, ce dernier l'aurait condamnée à rester prisonnière durant les 15 dernières années de sa vie, dans une petite pièce de la tour nord où elle mourut, et dans laquelle l'époux trompé aurait exigée que le corps de sa femme soit emmurée.

On prétend depuis que le fantôme de Thérèse de Saint-Clar errerait parfois le soir aux environs de minuit, sous la forme d'une dame blanche, dans l’escalier, sur le chemin de ronde du château, avant de pénétrer dans cette chambre[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • A. Sadouillet-Perrin, Châteaux en Périgord noir, p. 7-16, Pierre Fanlac, Périgueux, 1980,
  • Le guide des châteaux de France : Dordogne, p. 77-78, Hermé, Paris, 1985, (ISBN 2-86665-006-9)
  • Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, p. 226, Éditions Sud Ouest, Bordeaux, 1996 (ISBN 2-87901-221-X)
  • Jacques Lagrange, Dominique Audrerie, Pierre Pommarède, Le Périgord des Mille et Un châteaux, p. 273-274, Pilote 24 édition, Périgueux, 2005 (ISBN 2-912347-51-3)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]