Château de Pontivy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Pontivy
Image illustrative de l'article Château de Pontivy
Le château de Pontivy
Nom local Château des Rohan
Période ou style Renaissance
Début construction XVe siècle
Fin construction XVIe siècle
Protection  Inscrit MH (1925)
Logo monument historique Classé MH (1953)
Coordonnées 48° 04′ 13″ N 2° 57′ 49″ O / 48.0704, -2.963548° 04′ 13″ Nord 2° 57′ 49″ Ouest / 48.0704, -2.9635  [1]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Bretagne
Région Région Bretagne
Département Morbihan
Commune Pontivy

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

(Voir situation sur carte : Morbihan)
Château de Pontivy

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Pontivy

Le Château de Pontivy (Morbihan), appelé Château des Rohan, a été bâti aux XVe siècleet par la famille de Rohan. Le premier qui l'a construit est le vicomte Jean II de Rohan, gendre et opposant au duc de Bretagne François II et gouverneur de Bretagne pour Charles VIII.

Le château fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 26 octobre 1925, alors que les façades, toitures, cours et fossés sont classés depuis le 30 décembre 1953[2]. Le vendredi 07 février 2014, suite aux importantes précipitations, une partie de la courtine sud s'effondre[3].


Architecture[modifier | modifier le code]

Il fut élevé au XVe siècle par Jean II de Rohan. La façade a conservé deux grosses tours à mâchicoulis, coiffées en poivrière, sur les quatre que comprenait l'enceinte. Les murs de 20 mètres de haut sont bordés de douves jamais mises en eau. Le logis seigneurial, remanié au XVIIIe siècle, s'orne de frontons à redents et d'un bel escalier à double révolution. On visite la salle des gardes, les salles du premier étage donnant sur le magnifique chemin de ronde, la chambre ducale au beau plafond et la chapelle. Remarquer particulièrement les cheminées armoriées de la tour ouest. Une campagne de restauration est cours.

Lieu de la déclaration d'indépendance bretonne[modifier | modifier le code]

Les remparts et les douves du château

Il a été le lieu de la déclaration d'indépendance avortée de la Bretagne lors de la création du Comité national breton par les membres du Parti national breton en 1940.

Le choix de Pontivy n'est pas anodin, car c'est dans cette ville qu'aurait dû se tenir le dernier congrès du Parti National Breton en 1939 que la police avait interdit. Les participants à cette réunion furent peu nombreux (environ 200 dont 80 prisonniers libérés). De nombreux militants étaient encore détenus dans les camps, d'autres comme le peintre Paul Durivaut avaient trouvé la mort sur les champs de bataille. Quelques jours plus tôt, Olier Mordrel et Fransez Debeauvais, auxquels s'étaient joint Marcel Guieysse et Célestin Lainé, s'étaient réunis pour former ce CNB, dont Debeauvais est élu président à l'unanimité. Le poste de vice-président devait échoir à Olier Mordrel, mais ce poste fut supprimé par la majorité des membres, suite à une demande de Célestin Lainé qui ne voyait pas son utilité. Cette intrigue intérieure expliquera 4 mois plus tard des changements dans l'organisation du parti et l'éviction de Mordrel.

Debauvais, Guieysse et Lainé prirent tour à tour la parole après que Marcel Planiol, le juriste du PNB eut rappelé les titres de gloire de chacun. Mordrel proclamera la déclaration de Pontivy, où il est spécifié que "Le Conseil National breton, organe représentatif des Bretons, soucieux du bien collectif et de l'honneur de leur peuple, agirait à l'heure choisie par lui pour doter la Bretagne d'un État national, dans son cadre naturel et dans l'esprit de sa tradition, afin qu'elle pût vivre enfin en nation organisée, libre de ses aspirations et maîtresse de ses intérêts" et que "le statut international de l'État breton, la nature de ses relations avec la France et l'Allemagne seraient définis par des accords, librement discutés dans le cadre des possibilités offertes par les nouvelles conditions générales". Les objectifs principaux de la future Constitution se trouveront exposés dans le "Programme de Pontivy", que devait reproduire l'Heure bretonne dans son premier numéro du 14 juillet 1940.

Il servit de caserne au Lu Brezhon, embryon de l'armée nationale bretonne créée par le nationaliste breton Célestin Lainé dans la foulée de la création du Comité National breton en 1940.

Propriétaire[modifier | modifier le code]

Vue des destructions subies par le château suite aux intempéries de février 2014.

Le château appartient au duc Josselin de Rohan qui le loue à la ville de Pontivy par un bail emphytéotique[4].

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées vérifiées sur Géoportail et Google Maps
  2. « Notice no PA00091568 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. http://www.letelegramme.fr/morbihan/pontivy/pontivy-chateau-des-rohan-une-partie-de-la-courtine-sud-s-effondre-07-02-2014-10025945.php
  4. Portrait de Josselin de Rohan

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :