Château de Ponferrada

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Ponferrada
Image illustrative de l'article Château de Ponferrada
Nom local Castillo de Ponferrada
Début construction 1178
Propriétaire initial Ordre du Temple
Coordonnées 42° 32′ 38″ N 6° 35′ 37″ O / 42.543951, -6.59371542° 32′ 38″ Nord 6° 35′ 37″ Ouest / 42.543951, -6.593715  
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Région historique province de León
Localité Ponferrada

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
Château de Ponferrada

Le château de Ponferrada est une forteresse qui surplombe la ville de Ponferrada, dans la province de León (nord-ouest de l'Espagne). Elle a été construite par les Templiers sur une colline située à l'endroit où la rivière Boeza rejoint la Sil.

Histoire[modifier | modifier le code]

Bien que des preuves irréfutables manquent, on suppose que l'origine du château remonte à un castro primitif celte, notamment en raison de sa situation qui est comparable à celle des autres castros du comarque de Bierzo (partie occidentale du León).

Les templiers s'installent le long du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, dès 1178, sur concession des rois du León, et la forteresse de Ponferrada est l'une de leurs principales implantations. Elle participa aux actions militaires et de colonisation de l'ordre du Temple lors de la Reconquista. À la suppression de l'Ordre du Temple, en 1312, le château passe sous la propriété de la Couronne de León et Castille. Tout au long des années suivantes, le château de Ponferrada sera cédé à plusieurs reprises à des familles nobles comme les Osorio ou les Castro, et récupéré en d'autres occasions par la Couronne lorsque la fortune se montrait défavorable à la famille propriétaire.

Durant le XVIIe siècle et le XVIIIe siècle, le château est géré par un "corrégidor" (fonctionnaire représentant les rois catholiques dans les municipalités) au nom de la Couronne. Les murs du château primitif sont détruits à la fin de la Guerre d'indépendance espagnole (1808-1814), sur ordre de la Régence.

À partir de 1850, commence une période de fort déclin pour le château : la mairie vend les murs, loue l'intérieur comme zone de pâture et y autorise même l'installation d'un terrain de football. Finalement, en 1924, le château de Ponferrada est inscrit comme monument national, ce qui permet de freiner sa détérioration.

Architecture[modifier | modifier le code]

Entrée du château de Ponferrada

Suite à d'importantes modifications, le château de Ponferrada aujourd'hui n'a plus rien de templier.

L'enceinte du château a la forme d'un polygone irrégulier. On y distingue deux parties différentes : la partie nord, qui remonte au XIIe siècle, et le reste, qui a été construit principalement durant le XVe siècle mais dont certains ouvrages datent du XIXe et du XXe siècles. En des temps anciens, le château était entouré de douves, à l'exception du côté nord-ouest, où la rivière remplissait cette fonction.

À l'intérieur de l'enceinte, s'élève un ensemble de fortifications datant du XIIe siècle et d'origines templières : les restes d'une barbacane à l'entrée d'une cour fermée par la tour elliptique, une partie du chemin de ronde, une tour de trois étages, la tour du "Malvecino" ainsi qu'une autre tour caractérisée par une porte en arc brisé, de grande valeur artistique.

La façade nord-est comporte un parapet courant qui se termine à la tour du "Monclín" dont la base forme un hexagone irrégulier. Au-dessous, une nouvelle ronde défendait le souterrain qui reliait le château à une citerne située dans une tour de guet.

La porte principale, en maçonnerie, se composait de deux grandes tours flanquées d'un arc de grande amplitude. Derrière cet arc se dressaient des portes donnant accès à la cour dans laquelle, à gauche, se trouvait le donjon, à partir duquel on accédait à la place d'armes désormais couverte de décombres.

Avant d'entrer dans la cour, se dresse une enceinte défensive qui conduit à la tour "Cabrera" (du chevrier), située au sud et communicant avec la première ligne défensive du côté est. En son centre s'élève une tour semi-circulaire, où étaient situés les magasins et qui faisait le lien avec la deuxième ligne défensive. Le chemin de ronde continue jusqu'au nord, traversant une autre tour carrée, avant d'accéder à la tour de Malvecino (qui date du XVe siècle).

Autour de la place d'armes, se trouvent de nouvelles dépendances adossées à une autre ligne défensive, comme la galerie dite "des carreaux de faïence", détruites et couvertes de décombres depuis que leurs murs ont été volés pour la construction d'un terrain sportif.

État de conservation[modifier | modifier le code]

Dernièrement, plusieurs organismes publics ont fait d'importants efforts pour restaurer le château de Ponferrada, afin de lui rendre, autant que possible, son aspect imposant et le transformer en un attrait touristique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]