Château de Pesteils

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Pesteils
Image illustrative de l'article Château de Pesteils
Vue de la tour carrée.
Période ou style Médiéval, Renaissance, Troubadour
Type Tour carrée, château
Architecte Parc XIXe siècle de François-Marie Treyve
Début construction XVe siècle
Fin construction XIXe siècle
Propriétaire initial Rigaud de Montamat, Guy V de Pesteils
Destination initiale Habitat seigneurial
Propriétaire actuel Famille de Miramon-Pesteils
Protection Logo monument historique Classé MH (1994)
Coordonnées 44° 57′ 12″ N 2° 34′ 31″ E / 44.95333, 2.5752844° 57′ 12″ Nord 2° 34′ 31″ Est / 44.95333, 2.57528  
Pays Drapeau de la France France
Région historique Carladès
Région Auvergne
Département Cantal
Commune Polminhac

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Pesteils

Le château de Pesteils est un château médiéval situé à Polminhac dans le Cantal. En 1942, il a servi de décor pour le film L'Éternel Retour avec Madeleine Sologne et Jean Marais.

Il fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 18 juillet 1994[1].

Description[modifier | modifier le code]

Le château de Pesteils est situé sur un promontoire rocheux surplombant le village de Polminhac et la vallée de la Cère.

Le donjon de 40 m de haut date de la fin du Moyen Âge, XIVe et XVe siècles, au début de la guerre de Cent Ans. Pendant la deuxième moitié du XVIIe siècle, le corps de logis et le pavillon d'angle. Le château a été remanié par l'architecte Émile Lemaigre à la fin du XIXe siècle. Au XIXe siècle leurs décors intérieurs ont été remaniés dans le goût néo-gothique puis réaménagés au début du XXe siècle[2].

Des fresques du XVe siècle ont été restaurées en 2008 (prix Sotheby's), ainsi que des plafonds peints, des meubles, une ancienne cuisine qui a reçu le prix La Cornue.

Des peintures murales du premier quart du XXe siècle de Félix Tourdes (1855-1920) sont classées monument historique au titre d'objet depuis 1980[3].

Le parc du château de Pesteils a été redessiné au début du XXe siècle. Il comporte une terrasse en terre-plein, un jardin potager et un verger. Il a été inscrit au pré-inventaire des jardins remarquables[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1414, Renaud de Murat qui était combattu par Bernard VII d'Armagnac auquel il refusait de rendre hommage comme vicomte de Carlat, ravagea le Carladez et prit les châteaux de Polminhac, de Messilhac, de Montamat et attaqua celui de Carlat. Ces châteaux furent rendus lorsqu'il mourut à Paris à l'entrée des Bourguignons le 29 mai 1418.

  • Hélène de Teissières, dame de Polminhac et de Marfon, épouse Jean de Foulholes, dont une fille :
  • Benoîte de Foulholes, dame de Polminhac qu'elle apporte par son mariage à Rigaud de Montamat.

Famille de Montamat[modifier | modifier le code]

  • Rigaud de Montamat, décède en 1431 dans la tour de Polminhac.
  • Jacques de Montamat, seigneur de Montamat, Polminhac, et Foulholes, échanson du duc de Nemours, épouse Catherine de Murat de Lestang, qui lui donne une fille unique :
  • Anne de Montamat.

Famille de Pesteils[modifier | modifier le code]

Famille de Cassagnes de Beaufort de Miramon[modifier | modifier le code]

Camille de Pesteils, apporte la seigneurie de Polminhac en 1608 à

  • Charles de Cassagnes de Beaufort de Miramon, fils d'Antoine de Cassagnes, seigneur du Cayla à Moyrazès et d'Anne de Cazilac. Ils eurent pour fils :
  • Jacques de Cassagnes de Beaufort de Miramon, marié en 1640 à Marguerite de Brezons. Ils vécurent au moins partiellement à Polminhac et firent construire un corps de logis de plaisance à côté de la tour de Pesteils. Ainsi était né le château de Pesteils à Polminhac. Ils eurent au moins un fils :
  • Joseph de Cassagnes de Beaufort de Miramon, marié en 1670 à Jeanne d'Aurelle de Colombine, décéda en 1716 à Polminhac où il est enterré.

Visites[modifier | modifier le code]

Le château est ouvert à la visite depuis 1956. Il présente, en outre, une exposition permanente de vingt personnages de cire réalisés par le musée Grévin pour l'ancien musée d'Aurillac, évoquant la vie passée de la famille de Pesteils.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :