Château de Montcharvin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Montcharvin
Image illustrative de l'article Château de Montcharvin
Période ou style Médiéval
Type Maison forte
Début construction XIIIe siècle
Propriétaire initial Famille de La Salle
Destination initiale Résidence seigneuriale
Coordonnées 45° 33′ 18″ N 5° 53′ 22″ E / 45.55512, 5.889445° 33′ 18″ Nord 5° 53′ 22″ Est / 45.55512, 5.8894  [1]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces du Duché de Savoie Savoie Propre
Région Rhône-Alpes
Département Savoie
Commune Cognin

Géolocalisation sur la carte : Savoie

(Voir situation sur carte : Savoie)
Château de Montcharvin

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Montcharvin

Le château de Montcharvin est une ancienne maison forte, du XIIIe siècle, remaniée aux XIVe et XVe siècles, centre de la seigneurie de Montcharvin, qui se dresse sur la commune de Cognin dans le département de la Savoie en région Rhône-Alpes.

Situation[modifier | modifier le code]

Le château de Montcharvin est située dans le département français de Savoie sur la commune de Cognin, bien campé sur une haute butte, que la raideur de ses pentes défend, il gardait le vieux chemin de Chambéry aux Échelles par Vimines.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, point très important pour la défense du pays, il est un des trois châteaux avec celui de Salins et de Villeneuve qui se dressent sur la commune de Cognin.

Le château appartint d'abord à la famille de La Salle, Humbert de La Salle y réside au XIVe siècle[2], et au siècle suivant[2] il est la possession de la famille de Bonnivard ; Humbert de La Salle leur avait vendu sa maison de Chambéry en 1321[3].

Le château passe, au début du XVIe siècle, suite à son mariage avec Claudine Bonivard, à Janus de Duyn, baron de la Val d'Isère (Val-d'Isère), vicomte de Tarentaise, Grand écuyer de Savoie.

Leur fille, Louise de Duyn, mariée à un piémontais, le comte Valperga, dont elle n'eut pas d'enfants, teste, en 1525[3], pour un cousin germain, Pierre de La Forest, seigneur de La Barre qui fut ambassadeur de Savoie en France, et l'un des quatre barons qui portèrent le poêle aux funérailles de Philippe de Savoie. Sa veuve, Huguette de Somont, l'habite lorsqu'elle teste, le 10 mars 1556.

Jean de La Forest, leur petit-fils, grand capitaine et lui aussi ambassadeur en France, obtint en 1592, des lettres lui permettant d'obliger ses hommes taillables, dépendant de la seigneurie de Montcharvin, à s'affranchir « tant de corps que de biens ». Après lui, les La Forest gardèrent le château jusqu'au XVIIIe siècle.

Description[modifier | modifier le code]

Le château est flanqué d'une grosse tour carrée, tour-résidence, arasée au niveau de la toiture. Un escalier à vis y est logé.

La façade principale du logis à l'est donne sur une cour en terrasse, dont le mur d'enceinte était flanqué de deux tours ronde. L'une est aujourd'hui ruinée, la seconde, à l'ouest, prés de la porte, encore en bon état. Au rez-de-chaussée une grande fenêtre à meneau éclaire une salle à poutrelles moulurées, dans laquelle se trouve un manteau de cheminée de grandes dimensions datant du XIVe siècle. Le premier étage s'éclaire également par une fenêtre à meneaux.

Il subsiste deux portes anciennes, celle de l'entrée, à arc surbaissée datant du XVe et XVIe siècles, que flanque une tour ronde, et une seconde, située au nord, datée du XIIIe siècle, en arc en tiers-point appareillé avec de grands claveaux.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées trouvées sur Géoportail.
  2. a et b Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du Moyen Âge en France,‎ 1987, 1304 p. (ISBN 2865350703), p. 347.
  3. a et b Michèle Brocard 1995, p. 123.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les Environs de Chambéry : guide historique et archéologique. ; Gabriel Pérouse ; Éditeur : Chambéry : Librairie Dardel, 1926-1927. (OCLC 32445505).
  • Châteaux et maisons fortes savoyardes. ; Michèle Brocard; Éditeur : Le Coteau : Horvath, [1986]. (OCLC 18604121).
  • [Michèle Brocard 1995] Michèle Brocard (ill. Edmond Brocard), Les châteaux de Savoie, Yens-sur-Morges, Éditions Cabédita, coll. « Sites et Villages »,‎ 1995, 328 p. (ISBN 978-2-88295-142-7), p. 123.
  • [Georges Chapier 2005] Georges Chapier, Châteaux Savoyards : Faucigny, Chablais, Tarentaise, Maurienne, Savoie propre, Genevois, Éditions La Découvrance, coll. « L'amateur Averti »,‎ 2005, 410 p. (ISBN 978-2-8426-5326-2), p. 238.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • ...