Château de Lagrange-Monrepos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lagrange.
Château de Lagrange-Monrepos
Période ou style Forteresse
Début construction XVIe siècle
Fin construction XVIIe siècle
Propriétaire initial Henri Ier d'Albret
Propriétaire actuel Propriété privée
Protection Classé MH (19/09/1991)
Coordonnées 44° 09′ 29″ N 0° 19′ 16″ E / 44.15805, 0.3211 ()44° 09′ 29″ Nord 0° 19′ 16″ Est / 44.15805, 0.3211 ()  [1]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Périgord
Région Aquitaine
Département Lot-et-Garonne
Commune Nérac

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Lagrange-Monrepos

Le château de Lagrange-Monrepos est à l'origine un château médiéval contrôlant la vallée de la Baïse, à proximité de Nérac.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située sur la commune de Nérac dans le département de Lot-et-Garonne et la région Aquitaine sur la Baïse.

Histoire[modifier | modifier le code]

Durant la renaissance, l'installation de la cour de Navarre à Nérac à entraîné la construction ou la rénovation de riches demeures destinées à l'entourage de la famille d'Albret. C'est ainsi que, vers 1550, le château de Lagrange-Monrepos qui aurait été construit par Henri Ier d'Albret fut rénové par Henri II d'Albret et offert à sa maîtresse, Marianne Alespée.

Il a été inscrit monument historique le 30 mai 1990 puis classé le 19 septembre 1991[2].

Architecture[modifier | modifier le code]

L'aspect militaire de l'édifice est caractérisé par les six tours qui s’élèvent autour du logis. Les meurtrières des tours d'angle de la cour ont été maintenues pour faciliter l'usage des armes à feu en cette époque de guerres de religion. De grandes croisées en pierre à encadrements moulurés et frontons ouvrent l’habitation sur la cour et vers la Baïse.

Le château, l'escalier d'entrée sa tour ronde et la fontaine sont classés ainsi que les dépendances les tours et les murs d'enceinte ainsi que le pigeonnier et son mécanisme[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]