Château de Lacassagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Lacassagne
Présentation
Date de construction XIIIe, XVIIe, XIXe s.
Propriétaire Société privée
Protection Logo monument historique Classé MH (1980)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Gers
Commune Saint-Avit-Frandat
Localisation
Coordonnées 43° 58′ 26″ N 0° 39′ 10″ E / 43.973912, 0.65269443° 58′ 26″ Nord 0° 39′ 10″ Est / 43.973912, 0.652694  

Géolocalisation sur la carte : Midi-Pyrénées

(Voir situation sur carte : Midi-Pyrénées)
Château de Lacassagne

Géolocalisation sur la carte : Gers

(Voir situation sur carte : Gers)
Château de Lacassagne

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Lacassagne

Le château de Lacassagne, à Saint-Avit-Frandat (Gers) est un château dont la construction s’est étalée des XIIIe au XIXe siècles. Il est connu pour abriter la réplique de la salle du conseil des grands maîtres de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, ou chevaliers de Malte, dont l’original se trouvait à La Valette, sur l’île de Malte.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom vient du gascon cassanha, « chênaie », lieu planté de chênes. La graphie la plus ancienne semble être la Cassaigne (ainsi l’écrit Jean-Bertrand de Luppé), on trouve fréquemment Lacassaigne, mais l’usage actuel est d’écrire Lacassagne.

Historique[modifier | modifier le code]

Le château se trouve dans un parc à l’anglaise créé au XVIIe siècle.

Autour de la tour-salle du XIIIe siècle, se sont successivement ajoutés des éléments architecturaux. La tour ronde, sur la façade nord-est, contient l’escalier qui desservait trois étages, deux aujourd’hui, puis furent ajoutées au XVIIe les deux tours rondes qui encadrent le corps central. À la même époque l’ensemble est recouvert d’une toiture à comble brisé, à la Mansart, avec tuiles canal et tuiles plates. Au XVIIIe les deux tours sont reliées, au niveau du premier étage, par un balcon supporté par des corbeaux. L’aile ouest a été rajoutée au XIXe siècle, ainsi que les communs (1850) qui délimitent la cour.

Le château a été inscrit et classé Monument historique le 20 février 1980 : sont protégées les façades et toitures du château, des communs et de l’orangerie, ainsi que la salle des Chevaliers de Malte avec son décor.

Salle des Chevaliers de Malte[modifier | modifier le code]

Au premier étage, cette salle fut aménagée et décorée entre 1620 et 1640 sur ordre du propriétaire du château, Jean-Bertrand de Luppé du Garrané (mort en 1664), chevalier dans l’Ordre de Malte, prieur de Saint-Gilles, auteur de mémoires sur ses voyages en Méditerranée[1]. Le château, depuis 1582, est resté propriété de sa famille jusqu’à une époque récente.

Cette salle, mesurant 13 m sur 9, haute de 5 m, abrite quatorze grandes peintures représentant les épisodes du Grand Siège de Malte par Soliman le Magnifique, en 1565, ainsi qu’un portrait en pied de Jean-Bertrand de Luppé. Des lambris de chêne recouvrent la base des murs jusqu’à 2 mètres de hauteur, découpés en panneaux par des bandeaux peints de galons laurés. Une cheminée monumentale de même hauteur, aussi en bois, est ornée de personnages allégoriques et timbrée de la croix de Malte. Au-dessus, les toiles occupent le reste de l’espace. Ces toiles furent exécutées sur place, à La Valette, par des artistes de l’école italienne, qui ont copié les œuvres originales, les fresques de Matteo da Leccio, dans la salle du conseil des Grands Maîtres de l’Ordre. Les boiseries et les poutres du plafond ont également reçu une décoration peinte. Sur les poutres, quarante cartouches représentent des vues de Malte.

Le cycle de Matteo Perez d’Aleccio fut largement diffusé, d’abord par l’artiste lui-même, qui en fit un recueil de gravures (1582), puis par Francesco Lucini (1631). Le cycle de Lacassagne revient à la peinture, non plus à fresque, mais sur toile. Douze tableaux reprennent les originaux de d’Aleccio, un treizième est ajouté, représentant une vue de La Valette, qui figurait dans les recueils de gravures mais pas dans les peintures d’origine.

D’autres exemples de copies de ce cycle existent, dont huit tableaux conservés au musée maritime de Greenwich, qui seraient possiblement des modèles exécutés par d’Aleccio lui-même.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mémoires et caravanes de J. B. de Luppé du Garrané

Sources[modifier | modifier le code]

  • Base Mérimée
  • Jean-Henri Ducos, Châteaux et salles du Lectourois, in Maurice Bordes (dir.), Sites et Monuments du Lectourois, Lectoure, 1974
  • Caroline Chaplain, Le cycle peint du Grand Siège de Malte au château de La Cassagne ou l’émergence d’un modèle iconographique, Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 83 | 2011, mis en ligne le 15 juin 2012, consulté le 07 août 2013. URL : http://cdlm.revues.org/6060