Château de La Ferté-Milon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Château de la Ferté et La Ferté (homonymie).
Château de la Ferté-Milon
Image illustrative de l'article Château de La Ferté-Milon
Type Château de Plaisance
Architecte Jean Aubelet
Début construction 1398
Fin construction 1407
Propriétaire initial Louis d'Orléans
Propriétaire actuel État Français ; Direction des Affaires Culturelles De Picardie qui en assure l'entretien
Protection Logo monument historique Classé MH (1862)[1]
Site web www.richesheures.net/epoque-6-15/chateau/02ferte-general.htm
Coordonnées 49° 10′ 26″ N 3° 07′ 30″ E / 49.174, 3.125 ()49° 10′ 26″ Nord 3° 07′ 30″ Est / 49.174, 3.125 ()  
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Comté de Valois
Région Picardie
Département Aisne
Commune La Ferté-Milon

Géolocalisation sur la carte : Aisne

(Voir situation sur carte : Aisne)
Château de la Ferté-Milon

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de la Ferté-Milon

Le château de La Ferté-Milon est un ancien château qui ne fut jamais achevé et dont les vestiges se dressent sur la commune de La Ferté-Milon dans le département de l'Aisne en région Picardie. Sa construction fut décidée par Louis d'Orléans en 1393. Sa mort arrêta la construction et le projet fut rapidement interrompu.

Le château fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1862[1].

Situation[modifier | modifier le code]

Les vestiges du château de La Ferté-Milon sont situés dans le département français de l'Aisne sur la commune de La Ferté-Milon, sur un éperon de la rive gauche de l'Ourcq.

Histoire[modifier | modifier le code]

Un premier château est mentionné à la Ferté-Milon dès le IXe siècle[2]. Au tout début du XIe siècle, la chapelle castrale est érigée en collégiale.

La Ferté-Milon est réunie au comté de Valois en 1213, et Philippe Auguste réunit le comté à la couronne de France. C'est sans doute à ce moment que commence la construction des fortifications de la ville.

En 1240 Louis IX donne l'usufruit du domaine, qui fut centre de châtellenie de la Ferté à sa mère Blanche de Castille. Puis Charles de Valois devient propriétaire du château en 1284. En 1371[2], le comté de Valois est donné au second fils de Charles V, Louis d'Orléans. Une mention d'une forteresse grande et noble à la Ferté-Milon remonte à 1375. En 1393[2] il entreprend la reconstruction du château de La Ferté. Les travaux sont interrompus en 1407, date de son assassinat.

En 1412, le comte de Saint-Pol s'empare du site que les Français reprennent aux Anglais en 1429. En 1588, Antoine de Saint-Chamant, ligueur, défend le lieu contre Henri IV puis se retire en 1594. Le château est démantelé en 1594 sur ordre d'Henri IV[2].

Description[modifier | modifier le code]

Le château de La Ferté-Milon se présente sous la forme d'une grande enceinte flanquée de quatre tours en amandes du côté de l'attaque. Un chemin de ronde continue sur mâchicoulis parcourt le sommet des tours et de la courtine qui sont au même niveau.

Le projet de Louis d'Orléans[modifier | modifier le code]

Gravure ancienne du château

Louis décida de ne garder aucune structure préexistante et le site primitif fut rasé et réaménagé. Le chantier du château s'arrêta avec l'assassinat du prince en 1407, et nous parvient dans un état fossile. Les héritiers de Louis n'accordèrent pas la moindre importance à ce château décalé dans le temps et l'espace.

La façade théâtrale de la Ferté-Milon[modifier | modifier le code]

Les architectes ne purent qu'édifier la façade principale par manque de moyens financiers, et de temps. Rappelons que très souvent à cette époque les délais de construction des châteaux s'étalent sur de très longues périodes, souvent deux générations, ce qui modifie, en cours de construction les décisions d'emploi et les arbitrages[3].

La façade mesure actuellement 200 mètres de long sur 38 mètres de haut. Un grand relief, représentant le couronnement de la Vierge, surmonte les restes de la porte qui s'ouvre entre les deux tours du milieu. La façade est devancée par un fossé. Sur la droite, on distingue une tour carrée dont il reste deux pans de murs.

L'accès à la ville était protégé par une ancienne porte, côté château, dont il reste deux tours en mauvais état. Derrière la muraille, deux canons russes de 1909, calibre 6 pouces (152,4 millimètres), sont exposés face à la vallée. L'un d'eux est annoté en cyrillique et porte le numéro 5085, l'autre le numéro 5096.

Maurice Utrillo en a fait le thème de plusieurs tableaux.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Restes du château », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. a, b, c et d Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du Moyen Âge en France,‎ 1987, 1304 p. (ISBN 2865350703), p. 474.
  3. Jean Mesqui, "Les châteaux de Louis d'Orléans", in Dossier de l'Art, "Les Arts sous Charles VI", Dijon, Mai 2004.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]