Château de Kintzheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Kintzheim
Image illustrative de l'article Château de Kintzheim
Ruines du château de Kintzheim
Type Château fort
Destination initiale Forteresse
Destination actuelle Ruines
Protection Logo monument historique Classé MH (1965, ruines)
Coordonnées 48° 15′ 22″ N 7° 23′ 11″ E / 48.2561, 7.386448° 15′ 22″ Nord 7° 23′ 11″ Est / 48.2561, 7.3864  [1]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Basse-Alsace
Région Alsace
Département Bas-Rhin
Commune Kintzheim

Géolocalisation sur la carte : Alsace

(Voir situation sur carte : Alsace)
Château de Kintzheim

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Kintzheim

Le château de Kintzheim datant du XIIe siècle est situé à Kintzheim, Bas-Rhin, au lieu-dit du Schlossberg en France. Il fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis décembre 1965[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines[modifier | modifier le code]

Kintzheim était connu au VIe siècle sous le nom de Regis Villa. Les rois mérovingiens en avaient fait le centre d’un vaste domaine englobant la vallée de Lièpvre et les forêts du Haut-Koenigsbourg.

En 774, l’empereur Charlemagne fait don au Prieuré de Lièpvre d’une partie de ses forêts de Gunigesheim (ancien nom de Kintzheim).

En 775, Charlemagne, sacré roi des Lombards, passe les fêtes de Noël dans le Palatium selestatis vraisemblablement situé à Kintzheim.

En 843, l’empereur Lothaire, petit-fils de Charlemagne, donne Kintzheim à Erchangar, comte de Nordgau et père de Richarde, future abbesse d’Andlau.

Les ruines du château dominent le village de Kintzheim.

Du XIIe au XVIe siècle[modifier | modifier le code]

Vue sur les châteaux de Kintzheim et du Haut-Koenigsbourg depuis la route entre Châtenois et Kintzheim
Donjon du château de Kintzheim

La construction du château débute vers 1250 sur ordre de l’empereur Frédéric II de Hohenstaufen. Le donjon et le rempart de protection qui fait corps avec lui sont achevés à la fin du XIIIe siècle. Les corps de logis sont édifiés aux XIVe et XVe siècles.

En 1341, l’empereur Louis IV, dit « le Bavarois », donne le village de « Kinsen » à la ville de Sélestat.

En 1492, sur ordre de l’empereur Frédéric III, le landvogt d’Alsace, Gaspard de Morimont, vend le château à la ville de Sélestat.

XVIIe et XVIIIe siècles[modifier | modifier le code]

En 1633, le château est en partie détruit par les Suédois lors de la guerre de 30 ans. En 1649, la ville de Sélestat vend le château pour 3 000 florins à J. G. de Gollen, ancien bourgmestre de la ville devenu ministre plénipotentiaire de l’empereur Ferdinand III de Habsbourg au congrès de Westphalie en 1648 (fin de la guerre de Trente Ans).

Entre 1650 et 1670, J. G. de Gollen restaure le corps de logis et la chapelle mais n’établit pas sa résidence au château. Entre 1760 et 1780, le dernier habitant du château est un ermite qui entretient la chapelle vouée au culte de saint Jacques.

XVIIIe et XIXe siècles[modifier | modifier le code]

Entretenu pendant le XVIIIe siècle par J. G. de Gollen, puis par le marquis de Broc, son héritier, le château est laissé à l’abandon au lendemain de la Révolution de 1789. Les toitures disparaissent vers 1830. En 1801, le marquis de Broc met le château en vente. La ville de Sélestat tente de rentrer en sa possession. En 1807, un décret de Napoléon 1er accorde la propriété du château à Mathieu de Faviers mais celui-ci doit dédommager la ville de Sélestat en lui versant 2 000 marcs d’argent.

XIXe et XXe siècles[modifier | modifier le code]

En 1802, le futur baron d’Empire Gaetan Mathieu de Favier achète le château en contrebas duquel il fait construire un manoir de style directoire. Les deux édifices sont reliés par un parc à l'anglaise.

En 1876 est entreprise la consolidation générale des ruines du château de Kintzheim.

En 1945 lors de la campagne d’Alsace, le château sert d’observatoire et le donjon est atteint par des obus.

En 1965, les ruines du château sont classées « monument historique ».

En 1968 la volerie des aigles s'installe dans ce site unique, et devient un pôle d'attraction majeur en Alsace, avec près de 150 000 visiteurs par an.

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Depuis 1968 y est installée La volerie des aigles qui élève et présente au public des rapaces en voie de disparition. Aigles, faucons, vautours et autres superbes spécimens évoluent dans ce cadre privilégié et participent aux démonstrations de vols organisées quotidiennement.

Parc des ruines du château de Kintzheim[modifier | modifier le code]

Le parc à l'anglaise créé de 1803 à 1807 est classé « Jardin remarquable ».

Plus de 120 arbres remarquables ont été inventoriés.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]