Château de Jehay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Jehay
Image illustrative de l'article Château de Jehay
Le château de Jehay
Propriétaire actuel Drapeau de la province de Liège Province de Liège
Protection Icône du bouclier bleu apposé sur un immeuble classé de la Région wallonne Patrimoine classé (1974, no 61003-CLT-0008-01)
Icône du bouclier bleu apposé sur un immeuble classé de la Région wallonne Patrimoine exceptionnel (2013, Les façades et toitures du bâtiment principal ainsi que les caves gothiques, no 61003-PEX-0004-02)
Coordonnées 50° 34′ 38″ N 5° 19′ 24″ E / 50.577222, 5.32333350° 34′ 38″ Nord 5° 19′ 24″ Est / 50.577222, 5.323333  
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Province Drapeau de la province de Liège Province de Liège
Localité Jehay
Commune Amay

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Château de Jehay

Le château de Jehay est un château situé à Jehay, une entité de la ville d'Amay en Belgique. Propriété de la province de Liège depuis 1978, il est classé au Patrimoine majeur de Wallonie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Entrée du château de Jehay (janvier 2009).
Vue du château de Jehay depuis le cimetière de la chapelle castrale (janvier 2009).

L'histoire du château de Jehay conserve d'importantes parts d'ombre, en raison de la destruction lors de l'of­fensive von Rundstedt des archives conservées à Bastogne.

Origines[modifier | modifier le code]

Les origines du château sont très anciennes puisque les Celtes édifièrent au même endroit une construction dont les ruines seront englobées dans les fondations d'un castrum romain[1], lui-même intégré dans un fort carolingien protégé par des douves.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

En 1130, Jahin ou Jehaing est habité par un certain Jehain.

Il passe en 1210 sous le contrôle de Libert de Lexhy, seigneur de Jeneffe, Limont et Jehay[2], puis, en 1250, sous celui d'un certain Miles, homme d'armes, seigneur de Jehain.

Arnould de Jehin occupe ensuite les lieux, suivi par Wathieu d'Athin, bourgmestre de Liège, est banni en 1428[3] et dont les biens sont consfisqués.

Famille Gossuin[modifier | modifier le code]

Le domaine passe à Gérard Gossuin, dit Gérard de Beyne, bourgmestre de Liège en 1456. Sa fille, Agnès Gossuin, hérite du domaine.

Famille de Towin[modifier | modifier le code]

Agnès Gossuin épouse Quentin de Towin et lui transmet le titre et le domaine. Quentin de Towin est tué par Guillaume de la Marck en 1483. Ide de Towin, fille d'Agnès et Quentin, hérite alors du domaine.

Entre 1483 et 1492, d'importants dommages sont occasionnés au château durant les conflits qui continuent d'opposer la famille de Towin et le comte de La Marck.

Famille Holman de Sart[modifier | modifier le code]

Ide de Towin épouse un membre de la famille Holman de Sart et lui transmet le domaine. Leur fils, Jean Holman de Sart, épousa Marguerite de La Falloise. Ce couple entreprendra d'importantes rénovations du château.

Famille de Mérode[modifier | modifier le code]

Le domaine passe dans le giron de la famille de Mérode le 9 février 1567, par le mariage de Jeanne Holman de Sart, fille de Marguerite de La Falloise, avec Arnould de Mérode, seigneur de Gossencourt (décédé en 1576)[4]. La famille de Mérode[5] poursuit les rénovations durant les 16e et 17e siècle et donnent au château son allure actuelle.

Famille van den Steen[modifier | modifier le code]

En 1720[6], Lambert van den Steen (1664-1757) achète la seigneurie, le titre et le château de Jehay à Jean-Charles-Joseph, comte de Mérode (1719-1774)[7].

C’est sous l’égide de cette famille qu’il prend son aspect définitif lors de travaux d’envergure réalisés entre 1856 et 1862[6].

Au début du XXe siècle, le château est loué à la famille de Liedekerke - dont Pierre de Liedekerke de Pailhe fut bourgmestre de Jehay-Bodegnée de 1903 à 1926 et représentant politique de la région jusqu'en 1936.

Durant la Seconde Guerre mondiale, de 1942 à 1950, la société nationale des chemins de fer belges occupe le domaine et transforment le château en home pour les enfants de cheminots flamands. Des traces de ces aménagements sont encore (en 2014) visibles dans les caves et les combles du château.

Ce n'est qu'en 1950 que Guy van den Steen revient au château, avec son épouse, et entreprend de le réaménager. En 1978, il vend le château en viager à la province de Liège. Il décède en 1999.

Propriété de la province de Liège[modifier | modifier le code]

La province de Liège a entrepris depuis une rénovation complète des lieux  : le potager en 2011, la voie principale d'accès en 2012, y compris le pont surplombant les douves[8]. Depuis 2013, le château se prépare à une campagne de rénovation profonde du bâtiment principal et de ses fondations, qui s'étalera sur plus de 15 ans.

Description[modifier | modifier le code]

Le château[modifier | modifier le code]

La chapelle[modifier | modifier le code]

Les jardins et le potager[modifier | modifier le code]

La glacière[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Amay est situé le long d'une voie romaine.
  2. Bulletin de la Société et d'histoire du diocèse de Liége, 1889, tome V, p. 18.
  3. Voir : La conjuration des Datin, in : De Gerlache, Histoire de Liège depuis César jusqu'à Maximilien de Bavière, Bruxelles, édition M. Hayez, 1842,p. 142 et suiv.
  4. Source en ligne.
  5. Voir les descendants ici
  6. a et b Archives de l'État de Liège, Fonds de Famille, van den steen de Jehay - Château de Jehay
  7. Généalogie
  8. http://www.provincedeliege.be/fr/chateaujehay

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]