Château de Guirbaden

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Guirbaden
Image illustrative de l'article Château de Guirbaden
Donjon du château de Guirbaden
Période ou style Médiéval
Type Château-fort
Début construction XIe siècle
Fin construction XIe siècle
Protection Logo monument historique Classé MH (1898, ruines)
Coordonnées 48° 29′ 37″ N 7° 22′ 13″ E / 48.4936, 7.3703 ()48° 29′ 37″ Nord 7° 22′ 13″ Est / 48.4936, 7.3703 ()  [1]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Basse-Alsace
Région Alsace
Département Bas-Rhin
Commune Mollkirch

Géolocalisation sur la carte : Alsace

(Voir situation sur carte : Alsace)
Château de Guirbaden

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Guirbaden

Le Château de Guirbaden ou Girbaden est un château fort médiéval en ruine situé près du village de Mollkirch dans le Bas-Rhin. De par sa superficie, il était le plus grand château-fort d'Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

Les ruines sont accessibles depuis le village de Mollkirch ou Grendelbruch par des chemins de randonnée. L'accès au château est libre.

Situation géographique[modifier | modifier le code]

Le château est situé sur la rive gauche de la Magel à 565 m d'altitude sur la colline du Burckberg[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Porte d'entrée est

Le château fut construit au XIe siècle sur un lieu déjà occupé par les Romains[2]. Fondé par Hugues III d'Eguisheim pour protéger l'abbaye d'Altorf, il passe dès 1027 sous domination du Duc de Souabe et d'Alsace Ernest II[2]. Il fut agrandi par l'empereur Frédéric II en 1219-1226.

Le château subit pendant cinq siècles plusieurs attaques, destructions et reconstructions. Il est notamment incendié en 1633, réparé par Frédéric de Rathsamhausen en 1647, incendié à nouveau en 1652 puis enfin rasé par les Français en 1657[2].

Il échoit finalement à la famille de Rohan, et il est vendu en 1790. Il est classé en 1898 comme Monument historique[3].

Éléments d'architecture[modifier | modifier le code]

Plan[modifier | modifier le code]

Logis seigneurial
Chapelle Saint Valentin
Description France-Guirbaden castle-Plan with legend.svg
1 Porte d'entrée
2 Accès au chemin de ronde
3 Deuxième porte
4 Porte d'entrée
5 Esplanade
6 Tour de la Faim
7 Poterne
8 Tour de flanquement
9 Latrines
10 Fossé
11 Citerne
12 Fenêtres romanes
13 Palais
14 Latrines
15 Tour de flanquement
16 Cour
17 Puits
18 Poste de guet
19 Troisième porte
20 Accès au chemin de ronde
21 Quatrième porte
22 Arc de décharge
23 Donjon
24 Latrines
25 Chapelle Saint-Valentin

Ruines[modifier | modifier le code]

Les ruines du château sont recouvertes de végétation. Les murs sont constitués de pierre à bossage. Si les murs intérieurs sont ainsi souvent masqués, la majorité des murs extérieurs sont encore visibles ; leur hauteur varie entre un mètre et quatre mètres. Plusieurs portes bien conservées ([1,3,4,21,19]) protègent le chemin allant des portes d'entrée (la porte originelle devait être [4]) jusqu'à la cour [16]. Les portes extérieures ont été adaptées aux armes à feu, comme en témoigne la présence de cannonières.

Canonnière défendant la porte d'entrée est
Arc de décharge sous le donjon

Dans la cour se trouve un puits [17]. À l'Ouest se trouve le logis seigneurial (ou palais [13]) de style roman, relativement bien conservé. On peut encore y admirer des fenêtres en plein cintre [12] et des chapiteaux romano-byzantins. À l'Est de la cour se trouve le donjon [23], construit sur un promontoire rocheux et supporté au sud par un important arc de décharge [22].

Un grand fossé [10] sépare la partie Ouest (esplanade [5]) et la partie Est du château (cour [16] et donjon [23]). Pour rejoindre l'esplanade depuis la cour, il faut passer par la porte sud-ouest [4]. Sur l'esplanade se trouve la chapelle Saint Valentin, restaurée récemment [25]. À l'Ouest de l'esplanade se trouve également une imposante tour carrée, la Tour de la Faim [6].

Légende[modifier | modifier le code]

Une légende est attachée au château[2]. Elle raconte que les comtes d'Eguisheim revinrent des croisades avec des Templiers. Ceux-ci se s'installèrent au château et y accumulèrent un grand trésor.

Les Templiers subirent ensuite les persécutions qui amenèrent leur ordre à disparaître. Leur dernière héritière était une certaine Odile. Celle-ci ne voulu pas se marier, et mourut encore jeune d'une maladie. Toutefois, sentant sa fin arriver, elle avait pris soin de demander à un serviteur d'enterrer le trésor auprès de son corps, qui devait être profondément enfoui sous le château. Le serviteur fit comme on lui avait ordonné, et lorsqu'il sentit sa propre fin arriver, il transmit l'emplacement du tombeau à son fils. Ce fils fit de même avec son fils, et le secret se transmit de génération en génération, sans que le repos d'Odile soit troublé.

Mais le secret échut un jour à deux jumeaux pour qui la convoitise fut trop forte. Ils décident de s'emparer du trésor : il se rendent de nuit à l'emplacement du tombeau et creusent. Mais ce faisant, ils fragilisent les appuis du rocher proche. Alors qu'ils voient apparaître le cercueil, un grand pan de rocher s'abat sur la tombe. Les deux jumeaux sont ensevelis près du trésor tant convoité.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées vérifiées sur Géoportail et Google Maps
  2. a, b, c, d et e Panneau du club Vosgien sur place
  3. « Notice no PA00084793 », base Mérimée, ministère français de la Culture

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :