Château de Groussay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Groussay
Image illustrative de l'article Château de Groussay
Début construction 1815
Fin construction 1970
Propriétaire initial Duchesse de Charost
Destination initiale Habitation (maison de campagne)
Propriétaire actuel Rubis International
Destination actuelle Habitation
Protection Monument historique 1993
Coordonnées 48° 46′ 45″ N 1° 49′ 16″ E / 48.779166667, 1.821111111148° 46′ 45″ Nord 1° 49′ 16″ Est / 48.779166667, 1.8211111111  
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Commune Montfort-l'Amaury

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

(Voir situation sur carte : Yvelines)
Château de Groussay

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Groussay

Le château de Groussay est situé rue de Versailles à Montfort-l'Amaury dans les Yvelines.

Description[modifier | modifier le code]

Cette « maison de campagne » datant des années 1820 fut transformée en un véritable château par Charles de Beistegui qui l'acquiert en 1938, à l'aube de la Seconde Guerre mondiale. L'édifice n'étant pas protégé au titre des Monuments Historiques, il a toute liberté pour le modifier à sa guise; c'est ainsi qu'il le prolonge de deux ailes, d'un théâtre et d'une salle de bal dite Salle Hollandaise et crée une œuvre esthétique originale... mais éphémère.

Intérieur[modifier | modifier le code]

Certains éléments de la décoration intérieure choisis par lui ont été conservés : on en retrouve dans le Théâtre, (inauguré en 1957 avec l'Impromptu, de Marcel Achard, joué par la Comédie-Française), et dans les pièces suivantes : la Galerie des Goya, le grand salon, le Salon Russe, le billard, la Galerie Hollandaise, le Grand Salon Hollandais et la salle à manger.

La bibliothèque comporte deux escaliers en colimaçon ; Beistegui fit supprimer un plafond et deux chambres pour lui donner plus de hauteur.

Des chaises en acajou ornées de son monogramme doré sont toujours dans le « hall ».

Fabriques[modifier | modifier le code]

Groussay est surtout célèbre pour ses fabriques, inspirées des parcs du XVIIIe siècle et des jardins dits anglo-chinois, et élevées du temps de Charles de Beistegui, entre 1950 et 1970.

On les doit à deux artistes : l'architecte et décorateur d'origine cubaine Emilio Terry imprégné de culture classique, et au peintre d'intérieur Alexandre Serebriakoff, - neveu d'Alexandre Benois, qui réalisa les costumes et décors des fameux ballets russes de Serge Diaghilev - qui se spécialisa dans les portraits d'intérieurs ou conversations pieces. Les vases en céramique du parc sont quant à eux de Jean Luneau.

  • la Tente Tartare (1960);
  • le Temple du Labyrinthe (1967);
  • le Pont Palladien (1960);
  • la Pyramide (1968);
  • le Temple d'Amour (1949);
  • la Pagode Chinoise (1963);
  • la Colonne Observatoire (1962).

Autres particularités[modifier | modifier le code]

Les écuries datent de la création du château. Le parc couvre 30 hectares et est labellisé « Jardin remarquable ».

Le château est une propriété privée et est ouvert à la visite. L'ensemble (château, parc, fabriques) a été classé monument historique en 1993[1].

Citations[modifier | modifier le code]

  • « C'est le confort, l'élégance mêmes. Pleine de meubles admirables, la maison a l'air, en fin de compte, d'une vieille maison de famille. » [2]
  • « Charles de Beistegui a voulu restituer en son château de Groussay l'atmosphère d'une « galerie » Louis XIII : grands tableaux accrochés directement sur les tapisseries du XVIIe siècle, cheminée monumentale, plafond à solives, sol de tomettes cloisonné de lames de parquet; il n'y a ici nulle volonté de reconstitution mais une tentative originale pour fondre des éléments anciens et modernes dans l'harmonie précise et caractérisée conçue par le décorateur. »[3]

Historique[modifier | modifier le code]

Armoiries des Béthune-Chârost

Henriette Adélaïde du Bouchet de Sourches de Tourzel, duchesse de Charost, veuve et héritière du maire de Paris, Armand Joseph de Béthune, duc de Chârost, fait construire le château en 1815.

Elle est la fille de Louise Elisabeth Félicité Armande Anne Marie Jeanne Joséphine de Croÿ d'Havré, dite Louise Élisabeth de Croÿ, duchesse de Tourzel, gouvernante des enfants royaux, et de Louis François du Bouchet de Sourches, marquis de Tourzel, grand prévôt de France.

La construction est pratiquement terminée en 1823.

Ayant échappé à l'échafaud, la mère d'Henriette, de retour de Londres, vient s'installer à Groussay, où elle reçoit la fille de Louis XVI, la duchesse d'Angoulême. Quelques mois plus tard, en 1832, elle meurt au château à l'âge de 82 ans.

Mme de Chârost meurt en 1840 et est inhumée au cimetière de Montfort-l'Amaury. Elle avait fait construire l'orangerie, qui abrita les collections d'arbustes méditerranéens.

En 1843 la comtesse Julie de Pahlen acquiert le domaine après la mort de son mari, Pierre Antonin Perry, survenue la même année. Elle y reçoit l'empereur et l'impératrice.

En 1873, elle vend à Henriette Dufour d'Hargeville, épouse du prince Soltikoff.

En 1938 Charles de Beistegui (1895-1970), de nationalité mexicain et espagnole et esthète inspiré, rachète Groussay ; il est le neveu du grand collectionneur mexicain et généreux mécène des musées et institutions culturelles françaises Carlos de Beistegui.

À la mort de Charles, en 1970, son neveu Juan de Beistegui, dit « Johnny », en hérite et s'efforce de le préserver pendant trente ans. Mais, en 1999, l'édifice et tout son contenu sont finalement vendus en 2000 lots décrits dans un catalogue de 4 volumes lors des premières enchères publiques organisées par Sotheby's en France, lors d'une house sale de quatre jours, véritable événement dans le marché de l'Art.

En 2012, cette propriété privée a été vendue[4]. Elle est désormais possédée par Rubis International dont le gérant est l'homme d'affaires ouzbek Bekhzod Akhmedov[5].

Un lieu de tournage[modifier | modifier le code]

En 1969, peu de temps avant la mort de Charles de Beistegui, un premier tournage eut lieu au château : Le Bal du comte d'Orgel de Marc Allégret d'après le roman de Raymond Radiguet. Jean-Claude Brialy en parle dans la série documentaire Le Bal du siècle réalisée en 2006 par Xavier Lefèbvre et produite par Jean-Louis Remilleux, alors propriétaire du château[6].

Comme dans beaucoup de châteaux, de nombreuses scènes de films, téléfilms et documentaires ont été tournées à Groussay, entre autres : Valmont de Miloš Forman en 1988 ; deux documentaires de Patrick Mimouni : Don Carlos de Beistegui en 1989 et À Groussay, en 1998 ; Les Parisiens de Claude Lelouch en 2004 ; Ne le dis à personne de Guillaume Canet en 2006 ; L’Homme au ventre de plomb (série Les Aventures de Nicolas Le Floch) d’Edwin Baily en 2008 ; La Maison du chat-qui-pelote d’après Balzac (série Au siècle de Maupassant. Contes et nouvelles du XIXe siècle) de Jean-Daniel Verhaeghe en 2008…

Groussay est par ailleurs décrit dans le Guide des lieux cultes du cinéma en France[7].

En fait, depuis sa vente en 1999 au producteur de télévision Jean-Louis Remilleux et jusqu'à sa revente au début des années 2010, le château fut quelquefois transformé en une sorte de studio de télévision (la bibliothèque et le théâtre en avaient déjà les dimensions, avec de grandes hauteurs, et des facilités d'éclairage et de déplacement de matériel) où ont été enregistrées un certain nombre d'émissions télévisuelles, dont celle, hebdomadaire, de Frédéric Mitterrand, Plaisir de France (2001-2004).

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Louis Gaillemin, « Groussay, classé monument historique », dans Connaissance des arts, n° 534, décembre 1996, p. 50-57
  2. Jean Cocteau, cité dans la plaquette de présentation de la « vente de l'entier mobilier garnissant le château de Groussay » par Sotheby's du 28 au 31/05/1999 (archives personnelles)
  3. « Les douze plus belles réalisations de l'après-guerre », dans Réalités-Femina-Illustration, n° 142, novembre 1957, p. 101, avec vue photographique partielle (archives personnelles)
  4. http://www.lejsl.com/saone-et-loire/2012/02/11/un-crack-des-medias-au-chateau
  5. http://www.numero-tva.info/numero-tva/00/82/00825262.html ; http://www.societe.com/societe/rubis-international-520369224.html
  6. Le Bal du Siècle, extrait, de Xavier Lefebvre
  7. Marc Lemonier, Guide des lieux cultes du cinéma en France, Horay, 2005.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sur la vente de Groussay, cf. la bibliographie de la fiche Charles de Beistegui.
  • Collectif, Groussay - Château, fabriques et familiers de Charles de Beistegui, éd. Albin Michel, coll. « Abécédaire des Châteaux », 2007, 110 p. (ISBN 2226152237 et 978-2226152237)
  • Lucile Olivier, « Le château de Groussay remis en scène », dans Art et Décoration, no 451, mai 2009, p. 70 à 79, photos de Ph. Louzon.
  • Caroline Holmes, « Le château de Groussay, Montfort-l'Amaury » in Folies et fantaisies architecturales d'Europe (photographies de Nic Barlow, introduction de Tim Knox, traduit de l'anglais par Odile Menegaux), Citadelles & Mazenod, Paris, 2008, p. 199-203 (ISBN 978-2-85088-261-6)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :