Château de Fougères

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Fougères
Image illustrative de l'article Château de Fougères
Type Château fort
Début construction XIIe siècle
Propriétaire initial Raoul II
Propriétaire actuel commune
Protection Logo monument historique Classé MH (1862, 1928, 1953)
Site web www.chateau-fougeres.com
Coordonnées 48° 21′ 13″ N 1° 12′ 34″ O / 48.35361, -1.2094448° 21′ 13″ Nord 1° 12′ 34″ Ouest / 48.35361, -1.20944  [1]
Pays Drapeau de la France France
Région historique Bretagne
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Commune Fougères

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

(Voir situation sur carte : Ille-et-Vilaine)
Château de Fougères

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Fougères

Le château de Fougères est l'un des plus imposants châteaux forts français, occupant une superficie de deux hectares.

Localisation[modifier | modifier le code]

Le château est situé dans la partie ouest de la ville close de Fougères, en Bretagne, dans le département de l'Ille-et-Vilaine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château est construit sur le site naturellement protégé d'un rocher émergeant du marécage cerné d'une boucle du Nançon, affluent du Couesnon, faisant office de douves naturelles.

Le premier château fort qui appartient, au XIe siècle à la famille d'Amboise est ruiné en 1166 après le siège d'Henri II Plantagenêt. Il est démantelé et son donjon rasé. Raoul II le reconstruisit vers 1173.

Raoul III fait hommage de Fougères à Louis IX (saint Louis). Pierre de Dreux, dit Mauclerc, s'empare de Fougères par surprise en 1231 mais Saint Louis, à la tête de son armée, vient reprendre la ville. Raoul III est le compagnon d'armes de Saint Louis lors de la septième croisade et meurt en 1256.

Son unique fille, Jeanne, qui épouse Hugues XII de Lusignan (petit-fils de Pierre Mauclerc), en janvier 1253, à Savigny, devenue châtelaine, construit les grandes tours Mélusine et des Gobelins, et dote la cité de portes fortifiées et de remparts.

Philippe le Bel, Roi de France, confisque la baronnie de Fougères en 1307.

Jean de Montfort, duc de Bretagne, s'y installe mais Du Guesclin s'empare de Fougères qui revient à Pierre d'Alençon en 1373. En 1428, Jean II d'Alençon vend le château de Fougères au duc de Bretagne pour payer sa rançon. En mars 1449, en pleine trêve entre la France et l'Angleterre, François de Surienne, un mercenaire espagnol à la solde des Anglais, attaque en pleine nuit avec ses 600 hommes. Les habitants sont massacrés et la ville est pillée. En 1450, Surienne s'y installe et s'y retranche. Ce n'est qu'après deux mois de siège par le duc de Bretagne François I, aidé par une épidémie de peste, que Surienne se rend.

Article détaillé : Siège de Fougères (1449).

Les fortifications sont encore augmentées, en particulier par Pierre II au XVe siècle. Le château est doté de deux tours trapues, la Françoise et la Tourasse.

En 1488 La Tremoille, lieutenant général des armées royales, prend le château en une semaine malgré une défense composée de 3 000 hommes et le roi de France laisse une garnison à Fougères, une fois rattachée au royaume de France, en 1491.

Article détaillé : Siège de Fougères (1488).

Diane de Poitiers le reçoit d'Henri II en 1547. Il devient alors le logis des gouverneurs de Fougères.

Dernier assaut quand le duc de Mercœur, gouverneur de Bretagne, ligueur, en rébellion contre Henri III, s'y réfugie.

Enfin, en 1793, le château est pris par les Chouans et les vendéens. Le logis du XIVe siècle est détruit vers 1810.

Article détaillé : Bataille de Fougères.

En octobre 1828, Honoré de Balzac séjourne plusieurs semaines à Fougères chez Gilbert de Pommereul. Il visite le château et l'ensemble de la région pour y puiser l'inspiration pour son roman Les Chouans, paru en 1829.

Vue panoramique.

Victor Hugo, dans Quatrevingt-Treize (1879), s'inspire de la tour Mélusine qu'il décrit longuement : c'est la Tourgue d'Hugo, « une haute et large tour, à six étages, percée çà et là de quelques meurtrières, ayant pour entrée et pour issue unique une porte de fer donnant sur un pont-châtelet ». Au sol se trouve la grille par laquelle est visible la fameuse oubliette, tantôt prison, tantôt garde-manger.

Le château fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1862. Le terrain municipal à l'avant de la barbacane ouest[2] fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 4 juillet 1928. Les douves et bâtiments aux abords de celles-ci font l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 26 février 1953[3]. Le château est inscrit comme site archéologique depuis le 18 avril 1914[4].

Architecture[modifier | modifier le code]

Le château féodal de Fougères est un véritable condensé d'architecture militaire érigé sur 400 ans : les premières tours sont carrées et ont un rôle certes défensif, mais passif ; les tours circulaires permettent aux défenseurs de ne pas redouter les angles morts lors des tirs ; les tours en fer à cheval protègent astucieusement les bases des tours et donnent assez de débattement aux archers et arbalétriers.

Les remparts sont très bien conservés et forment trois enceintes.

Si le logis seigneurial est en ruine, les tours s'élèvent encore avec majesté. Certaines sont visitables : la tour carrée de la Haye-Saint-Hilaire (XIIe siècle) qui donne accès à la basse cour, la tour Raoul (XVe siècle), la tour Mélusine (XIVe siècle) et à la tour du Hallay. Le châtelet d'entrée, est défendu par les tours Mélusine et des Gobelins.

Le gros-œuvre est en granite et en schiste, monté en pierre de taille et appareil mixte. Les toits sont en ardoise.

Les tours d'entrée et de Coigny datent de la fin du XIIe siècle.

Au XVe siècle la tour d'Amboise (poterne), puis les tours Raoul et Surienne complètent les fortifications. Ces dernières sont remaniées en 1481[5].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Propriété depuis 1820 de la famille de Pommeureul, le château est vendu à la municipalité pour la somme de 80 000 Francs-or (environ 282 000 euros d'aujourd'hui) en 1892.

Le château de Fougères est en état de vestiges restaurés.

Le moulin à eau à quatre roues.

En 2009-2010, un nouveau parcours scénographique est aménagé dans les 3 principales tours, sur le thème des "Marches de Bretagne". Ce parcours est conçu par l'Architecte du Patrimoine Régis Ribet, de l'agence Softage (Le Loroux-Bottereau - 44), et par Agnès Badiche, scénographe à La Rochelle.

À l'entrée, on trouve un moulin à eau quadruple dont les roues viennent d'être[Quand ?] restaurées et fonctionnent encore ; l'une d'elle fait tourner un générateur électrique. Ce moulin est situé en contrebas de la conciergerie. En même temps que le nouveau parcours scénographique, le bâtiment est complètement remanié et aménagé pour devenir l'entrée du château, accueillant ainsi la billetterie, la boutique, une salle de projection, et un espace pédagogique. Ces travaux, permettant d'offrir l'accessibilité aux personnes à mobilité réduite, sont conçus et mis en œuvre par Régis Ribet. L'accès à la courtine ouest permet d'observer la ville haute.

Un timbre postal représentant le château est émis le 18 janvier 1960.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées vérifiées sur Géoportail
  2. rue du Château, route de Rennes et prairie de la Palestine
  3. « Notice no PA00090557 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. Site 35 115 1 AH, « Notice no PA00090557 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  5. Bernard Heudré, Fougères, Le Pays et les Hommes, Coutances, Imprimerie OCEP,‎ 1980, 215p p., p. 33-34

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]