Château de Fontenoy-le-Château

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Fontenoy-le-Château
Image illustrative de l'article Château de Fontenoy-le-Château
Vestiges du château de Fontenoy-le-Château
Période ou style Médiéval
Type Château fort
Début construction 980
Propriétaire initial Évêque de Toul
Destination initiale Forteresse
Destination actuelle Ruines
Protection non inscrit
Coordonnées 47° 58′ 23″ N 6° 12′ 01″ E / 47.9731, 6.2002 ()47° 58′ 23″ Nord 6° 12′ 01″ Est / 47.9731, 6.2002 ()  [1]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Duché de Lorraine
Région Lorraine
Département Vosges
Commune Fontenoy-le-Château

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Fontenoy-le-Château

Le Château de Fontenoy-le-Château tint son rôle défensif dans le département des Vosges du début du XIe siècle jusqu'à sa destruction partielle en 1635, pendant la guerre de Trente Ans. Le château est situé dans la commune de Fontenoy-le-Château dans le canton de Bains-les-Bains et l'arrondissement d'Épinal.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château vers 1900
Le donjon vers 1900

À la fin du Xe siècle[2] les Évêques de Toul qui possèdent ce franc-alleu édifient une grosse tour carrée pour protéger leur domaine et verrouiller la vallée du Côney. C'est une des premières forteresses des Vosges du sud avec Épinal et Remiremont.Signe de cet appartenance à l'évêché de Toul, l'église paroissiale de Fontenoy porte le nom de Saint Mansuy de Toul.

Dom Calmet écrit: Dès l'an 1019 l'on trouve des seigneurs de Fontenoy-en-Vosges[3]

Description[modifier | modifier le code]

Situé sur un éperon rocheux de grès bigarré, à la confluence du Côney et du ruisseau Châtelain, de fortes pentes naturelles le protègent sur la plupart de ses faces. Un système de digue, disparu aujourd'hui, permettait d'ennoyer en cas de danger la vallée du ruisseau.

L'entrée principale, vers l'amont de l'éperon, était défendue par un fossé sec dont on devine toujours la trace, et une vaste étendue d'épineux compliquait encore l'approche.

Les terrasses inférieures, peu vulnérables, abritaient les dépendances, celliers, engrangements.

L'alimentation en eau était assurée par le captage des nombreuses sources du site, d'où le nom du lieu : Fonteniacum Castellum.

Plan chateau.jpg


Renforcement[modifier | modifier le code]

Diane de Dompmartin, Dame de Fontenoy.
Armes de Diane de Dompmartin, de gueules aux deux deltas d'or entrelacés

Le château connaîtra deux grandes campagnes de renforcement.

  • En 1360, la puissante famille de Neufchatel[4] arrive à Fontenoy suite au mariage de Thibaut VI avec Marguerite de Châlon, Dame de Fontenoy. On agrandit la place pour affermir les défenses face au duché de Lorraine voisin.
  • Dans la seconde moitié du XVe siècle les courtines supérieures sont adaptées à l'artillerie.
  • En 1596, date attestée par une pierre de fondation toujours en place dans l'enceinte haute du château, Diane de Dommartin et son mari Charles Philippe de Croÿ confortent les défenses, et permettent à Fontenoy de devenir une place sécurisée pour être le relais incontournable du commerce nord-sud.
    Article détaillé : Diane de Dommartin.

Démantèlement[modifier | modifier le code]

La tour ronde

Le château est démantelé au XVIIe siècle.

Le logis est épisodiquement habité jusqu'à la Révolution française. Mais dès 1750, début de la reconstruction intensive du village de Fontenoy, les remparts sont déshabillés et les pierres de taille servent à la reconstruction des hôtels.

En 1784 Marc Antoine de Voyer[5] décrit ainsi le château :

"(la forteresse) a encore ses murs et ses portes, on a ruiné quelques tours des ouvrages extérieurs… et l'on voit encore sur les cheminées du château: J'aime qui m'aime, vive Crouy[6]."

Le donjon sera inclus dans la vente des biens nationaux, « pour ses matériaux » stipule l'acte de vente. Le parement de pierres de taille disparaîtra quasiment complètement, les pans de murs déstabilisés seront ruinés. Les terrasses seront vendues, aplanies, et transformées en potagers.

Le XIXe siècle achève l'arrachage des pierres qui serviront à bâtir l'hôtel de ville. Enfin, certains murs, menaçant dangereusement, sont même traités à l'explosif.

En 1838, Edouard de Bazelaire[7] donne cette description:

...je vis à mi-côte, une vieille tour carrée étalant ses murailles en ruine et ses débris épars. À ses pieds se dessinent des petits jardins qui fuient en serpenteaux…

Dans les années 1930, Monsieur Louis Olivier déplore déjà la disparition inéluctable du donjon et des ruines « que personne n'est venu au moins entretenir ».

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Un donjon à reparementer
première pierre du nouveau parement, AVF 5/07/08

Près de mille ans après sa fondation, il ne reste du donjon qu'une ruine, imposante encore, mais menacée d'une disparition rapide, tant son état est dégradé.

Une association locale qui travaille à la sauvegarde du patrimoine, Les Amis du Vieux Fontenoy ou A.V.F, fondée en 1978 et sa section junior, ont lancé une opération baptisée S.O.S Donjon. La finalité de ce projet est de rétablir un parement sur la Tour Carrée pour arrêter la dégradation du donjon et redonner une lisibilité au site.

La première pierre du nouveau parement a été posée le 5 juillet 2008 lors des fêtes médiévales.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Abbé Constant Olivier, Histoire de Fontenoy, Annales de la Société d'émulation du département des Vosges, 1894, p. 1-440, consultable intégralement sur Gallica[2]
  • Notules sur Fontenoy le Château, Louis Ollivier
  • Fontenoy-le-Château, étude historique, G.Giuliato.
  • Archives départementales des Vosges
  • Archives départementales de Haute-Saône
  • Archives départementales du Doubs
  • Archives des Amis du Vieux Fontenoy
  • Dossier technique X.Durupt, S.O.S Donjon A.V.F
  • Diane de Dompmartin, R.Redouté-Renaudeau manuscrit.
  • La Vallée du Côney, métallurgie et thermalisme, Amis du Vieux Fontenoy et Fédération des sociétés savantes des Vosges, 2011, Nancy.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées vérifiées sur Géoportail et Google Maps
  2. Les datations C14 effectuées en 2011 donnent pour le donjon comme date d'édification 980.
  3. Notice de la Lorraine Dom Calmet [1]
  4. Les seigneurs de Neufchâtel, Jean-Claude Birquy, Isle-sur-le-Doubs, 2008.
  5. Mélanges tirés d'une grande bibliothèque Marc-Antoine de Voyer 1784
  6. Devise de la famille de Croÿ
  7. Souvenirs des Vosges, Revue d'Austrasie, 1838

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :