Château de Fleury-la-Forêt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Fleury-la-Forêt
Image illustrative de l'article Château de Fleury-la-Forêt
Le château de Fleury-la-Forêt
Début construction 1595
Propriétaire initial Pierre de Courcol
Propriétaire actuel Pierre Caffin
Destination actuelle Musée, hôtel
Protection  Inscrit MH (1991, 1993)
Logo monument historique Classé MH (1993)
Site web www.chateau-fleury-la-foret.com
Coordonnées 49° 24′ 50″ N 1° 32′ 46″ E / 49.4139, 1.5462 ()49° 24′ 50″ Nord 1° 32′ 46″ Est / 49.4139, 1.5462 ()  [1]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Normandie
Région Haute-Normandie
Département Eure
Commune Fleury-la-Forêt

Géolocalisation sur la carte : Eure

(Voir situation sur carte : Eure)
Château de Fleury-la-Forêt

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Fleury-la-Forêt

Le château de Fleury-la-Forêt est un château du XVIIe siècle situé dans la commune de Fleury-la-Forêt, dans l’Eure.

Cet imposant château édifié en silex et briques rouges, situé non loin de Lyons-la-Forêt, est visitable. Il fait aussi office de chambres d’hôtes. Le château accueille le musée des poupées. Le parc à la française est bordé d’une allée de tilleuls centenaires. On peut aussi voir, autour du parc, caves, chapelle et lavoir.

Le château fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 15 mars 1993[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Le 30 décembre 1559, François-Georges de Bricqueville vend le fief, terre et seigneurie de Fleury-la-Forêt à Pierre de Courcol[3] qui en fait hommage en 1595[4] et y construit le château à son emplacement actuel.

Sa petite-fille Roberte de Courcel apporte Fleury en mariage au chevalier Charles de Caumont, sieur du Bout-du-Bois et exempt des gardes du roi Louis XIV[4],[3]. Ses armes étaient : d’argent à 3 fasces de gueules, la première surmontée de 3 tourteaux du même[4].

Après l’incendie qui détruit une partie du château et la plupart des meubles et revêtures en 1643, Charles de Caumont effectue les travaux de restauration du château[3],[4]. Il fonde dans le château une chapelle de Notre-Dame, qui est approuvée le 22 mai 1658[3],[4].

En 1667, Louis de Caumont, chevalier, vend cette terre, de concert avec Madeleine de Caumont, sa mère, à Jean Blin, conseiller du roi[3],[4]. Ses armes étaient : d’azur à 8 glands d’argent, 3, 2 et 3[4].

Le 21 mars 1698, le chevalier Jacques Dauger, seigneur de Villiers, achète le château à Marie-Madeleine de Caumont, veuve de Charles décédé en son château le 20 avril 1676[3]. Une grande campagne de rénovation sera entreprise à partir de 1700 et le comte Dauger demandera à l’architecte Fontaine d’ajouter deux ailes au bastion initial[3].

Bien que construit à deux époques différentes, l’utilisation des mêmes matériaux et le respect du parti d’origine, à l’exception des canonnières, conserve une grande unité au château. La grille d’honneur a été installée en 1789[3]. La famille Dauger conservera le château jusqu’en 1791, date à laquelle il sera cédé à monsieur de Combault d’Auteuil, puis à son fils le vicomte d’Auteuil[3],[5].

En 1859, le château de Fleury est acheté par Monsieur Sanguier, négociant à Paris[5], puis en 1890 par Monsieur Peynaud[3].

Le château est occupé par l'armée allemande pendant la Seconde Guerre mondiale. À la fin de la guerre, le château n'a plus de résident[3].

Il est acheté en 1978 par la famille Caffin, qui entreprennent des travaux de restauration. Le château est classé monument historique en 1993[3] pour les façades et toitures du château, alors que les communs sont inscrits en 1991 et l'intérieur du château est inscrit en 1993[2].

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées vérifiées sur Géoportail et Google Maps
  2. a et b « Notice no PA00099637 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l L'émotion d'une renaissance, Paris-Normandie, 18 août 2010, p. 28-29.
  4. a, b, c, d, e, f et g Charpillon 1879, p. 185
  5. a et b Charpillon 1879, p. 186

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis-Étienne Charpillon, Dictionnaire historique de toutes les communes du département de l'Eure, vol. 2, Les Andelys, Éditions Delcroix,‎ 1879

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]