Château de Dumbarton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Dumbarton
Image illustrative de l'article Château de Dumbarton
Vue de Dumbarton Castle depuis la rive opposée de la Clyde
Nom local Dumbarton Castle
Période ou style Forteresse
Début construction Haut Moyen Âge
Protection  Classé en catégorie A[1]
Site web www.historic-scotland.gov.uk/propertyresults/propertyoverview.htm?PropID=PL 100
Coordonnées 55° 56′ 10″ N 4° 33′ 46″ O / 55.936111, -4.562778 ()55° 56′ 10″ Nord 4° 33′ 46″ Ouest / 55.936111, -4.562778 ()  
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Région historique West Dunbartonshire
Commune Dumbarton

Géolocalisation sur la carte : Écosse

(Voir situation sur carte : Écosse)
Château de Dumbarton


Le Château de Dumbarton (en anglais Dumbarton Castle, en gaélique Écossais Dùn Breatainn, "la forteresse des Bretons" possède la plus longue histoire attestée de tous les forts de Grande-Bretagne. Perché sur un culot[2] volcanique en basalte, connu sous le nom de Dumbarton Rock, haut de 73 m[3], il surplombe la ville écossaise de Dumbarton, .

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Rock s'impose sur la ligne d'horizon du sud de Dumbarton
Dumbarton castle en 1800[4].

Depuis au moins l'âge du fer, et probablement avant, il fut un emplacement stratégiquement important. On sait que ses résidents commercèrent avec les Romains. La présence d'un peuplement a été mentionnée pour la première fois par écrit dans une lettre de Saint Patrick au roi Ceretic d'Alt Clut (ou Clyde Rock, nom breton de Dumbarton), à la fin du Ve siècle.

Du Ve au IXe siècle, il fut le centre du royaume breton indépendant de Strathclyde. Vers l'année 570, le roi des Bretons de Dumbarton était Rhydderch Hael, qui figure dans les légendes norvégiennes. On raconte que, durant son règne, Merlin séjourna à Alt Clut. La première prise de Dumbarton Rock eut lieu en 756. Une armée, associant des forces pictes et northumbriennes capturèrent Alcluith après son siège. Ils reperdirent cette place quelques jours plus tard.

En 870, Dumbarton Rock était devenu l'habitat d'un peuplement breton dense, il était à la fois forteresse et capitale sous le nom d'Alt Clut. Les Vikings firent le siège de Dumbarton pendant quatre mois, parvenant finalement à la victoire, en coupant l'alimentation en eau des habitants. En 871, le roi norvégien Olaf rentra à la cité viking de Dublin avec deux cents navires remplis d'esclaves et de butin. Olaf parvint à un accord avec Constantin Ier d'Écosse, roi des Scots, et Artghal de Strathclyde.

L'indépendance de Strathclyde peut s'être achevée avec la mort de Owen le Chauve, quand la dynastie de Kenneth Ier d'Écosse commença à dominer la région.

Dans l'Écosse médiévale, Dumbarton (Dùn Breatainn, qui signifie 'la forteresse des Bretons') était un important château royal. Il abrita David II d'Écosse, le fils de Robert Ier, et sa jeune femme, la reine Jeanne, après la défaite écossaise à la Bataille de Halidon Hill près de Berwick-upon-Tweed en 1333. Patrick Hepburn, 1er comte de Bothwell, était capitaine de Dumbarton Castle le 1er avril 1495. En 1548, après la toute aussi désastreuse Bataille de Pinkie Cleugh, à l'est d'Édimbourg, le château protégea pendant plusieurs mois Marie Ire d'Écosse, âgée de quatre ans, avant son transfert en sécurité en France.

L'importance du château déclina après la mort de Cromwell en 1658. Mais, à cause des menaces suscitées par les Jacobites et les Français au XVIIIe siècle, de nouveaux bâtiments et de nouveaux systèmes de défense furent bâtis, et le château continua à recevoir des garnisons jusqu'à la Seconde Guerre mondiale.

Le château aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui, toute trace visible du haut Moyen Âge sur Alt Clut, littéralement Roc de la Clyde, en gaélique écossais Alt Chluaid, ses bâtiments et ses défenses, a disparu, et très peu a survécu du château moyenâgeux. Aujourd'hui, les structures les plus intéressantes sont les fortifications du XVIIe et XVIIIe siècles, qui illustrent la tâche difficile des ingénieurs militaires pour adapter un site malaisé aux exigences des défenses de l'époque. Les vues splendides depuis les deux sommets de « White Tower Crag » et de « The Beak » nous rappellent pourquoi cet affleurement rocheux avait été choisi comme « forteresse des Bretons » depuis de nombreux siècles.


Notes[modifier | modifier le code]

  1. (en) Historic Scotland, « Notice no 24880 », sur hsewsf.sedsh.gov.uk.
  2. Culot volcanique : reste de la cheminée d'un volcan, dégagée et mise en relief par l'érosion [1] Le volcanisme
  3. www.undiscoveredscotland.co.uk
  4. Stoddart, John (1800), Remarks on Local Scenery and Manners in Scotland. Pub. Wiliam Miller, London. Facing p. 212.

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]