Château de Couches

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Couches
Image illustrative de l'article Château de Couches
Nom local Château de Marguerite de Bourgogne
Période ou style Moyen Âge
Néogothique
Début construction XIe siècle
Fin construction XIXe siècle
Propriétaire initial Gaudry, Seigneur de Couches
Destination initiale Forteresse
Destination actuelle Habitation privée
Protection  Inscrit MH (1996)
 Inscrit MH (2009)[1]
Site web www.chateaudecouches.com
Coordonnées 46° 51′ 47″ N 4° 35′ 13″ E / 46.862917, 4.58705646° 51′ 47″ Nord 4° 35′ 13″ Est / 46.862917, 4.587056  
Pays Drapeau de la France France
Région historique Blason fr Bourgogne.svg Bourgogne
Subdivision administrative Saône-et-Loire
Commune Couches

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Couches

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

(Voir situation sur carte : Bourgogne)
Château de Couches

Le château de Couches est situé sur la commune de Couches en Saône-et-Loire, en contrebas de la ville, sur un replat qui surplombe la vallée de la Vieille. Il fait partie des anciennes forteresses du duché de Bourgogne et permettait notamment de protéger la route menant de Paris à Chalon en passant par Autun.

Description[modifier | modifier le code]

Le château de Couches dit de Marguerite de Bourgogne, est un ensemble inscrit au titre des monuments historiques français.

Le château occupe un vaste quadrilatère encore ceint de murailles arasées à hauteur d'appui sur trois côtés. À l'angle sud-est, se dresse une haute tour vraisemblablement construite au XIIe siècle et qui contrôlait l'accès primitif de la forteresse. Elle fut pourvue, au XVe siècle, d'une tourelle hors œuvre renfermant un escalier à vis. La courtine orientale est flanquée, en son centre, de la base d'une tour carrée démantelée. Entre les deux tours rondes du XIIIe siècle, se trouve la chapelle, de style gothique flamboyant, construite en 1460 par Claude de Montagu, à l'emplacement d'un petit sanctuaire et, dans le prolongement de cette chapelle, un corps de logis de plan rectangulaire, flanqué de deux tours carrées, l'ensemble relevant du style « troubadour » et datant du XIXe siècle. Le château fait partie d'un domaine viticole produisant des vins d'appellation Bourgogne côte-du-couchois.

Historique[modifier | modifier le code]

Le logis du château de Couches.
  • XIe siècle : le fief est possédé par les seigneurs de Couches ; l'un d'eux, Gaudry entreprend la construction de la forteresse
  • XIIe siècle : par mariage, il échoit à Hugues, seigneur de la Roche-Nolay
  • milieu du XIIIe siècle : l'arrière-petit-fils du précédent, prénommé aussi Hugues, agrandit le château
  • fin du XIIIe siècle : la petite-fille du précédent, Marie de Bauffremont, reçoit le domaine en dot lors de son mariage avec Étienne de Montagu, seigneur de Sombernon, descendant des ducs de la première Maison de Bourgogne
  • 1470 : Claude de Montagu, seigneur de Couches, descendant du précédent à la 5e génération, meurt au combat de Buxy contre les troupes de Louis XI ; la forteresse qui vient de subir d'importantes transformations, échoit à son cousin, Claude de Blaisy
  • début du XVIe siècle : le domaine passe à la Maison de Rochechouart en la personne de Henry Anne de Fuligny-Damas (1669-1745), comte de Rochechouart, baron de Marigny-sur-Ouche, de Couches, Saint-Péreuse, seigneur d'Agey.
  • 1590 : le château est pris et pillé par Antoine du Prat, baron de Vitteaux, qui fait tuer toute la garnison ; la forteresse est alors démantelée
  • XVIIe siècle : propriété des d'Aumont
  • XIXe siècle : les bâtiments d'habitation sont reconstruits en style néo-gothique
  • 1946 : début de la restauration du donjon et de la chapelle où seront rassemblées de belles collections d'objets d'art par la famille de Léonard Cayot et sa descendance.
  • En décembre 2009, le couple Poelaert fait l'acquisition du château et lance un programme de rénovation et de mise en valeur[2].
Couvrements d’escaliers constitués d’arcs successifs décalés

Une thèse[3] soutient que la reine Marguerite de Bourgogne, répudiée par le roi Louis X le Hutin, ne serait pas morte, comme nous l'apprend l'historiographie la plus fréquente, en 1315 à la prison de Château-Gaillard mais qu'elle aurait été recueillie dans le plus grand secret par sa cousine Marie de Couches et serait en fait morte en 1333. D'où le nom de château de Marguerite de Bourgogne couramment donné à la forteresse.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le château de Couches, Saône-et-Loire, de J. Berthollet (1951)

Références[modifier | modifier le code]

Anecdote[modifier | modifier le code]

En novembre 1986, la vidéo du clip de "Cry Wolf" par le groupe norvégien A-Ha y a été tournée par Steve Barron.


Sur les autres projets Wikimedia :