Château de Conwy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Conwy
Image illustrative de l'article Château de Conwy
Les ruines du château de Conwy
Nom local Castell Conwy
Période ou style Château fort
Architecte James of Saint George
Début construction 1283
Fin construction 1289
Propriétaire initial Édouard Ier d'Angleterre
Protection  Patrimoine mondial (1986)
Coordonnées 53° 16′ 48″ N 3° 49′ 32″ O / 53.28, -3.825556 ()53° 16′ 48″ Nord 3° 49′ 32″ Ouest / 53.28, -3.825556 ()  
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Nation Drapeau du Pays de Galles Pays de Galles
Commune Conwy

Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni

(Voir situation sur carte : Royaume-Uni)
Château de Conwy

Géolocalisation sur la carte : Pays de Galles

(Voir situation sur carte : Pays de Galles)
Château de Conwy

Géolocalisation sur la carte : Conwy

(Voir situation sur carte : Conwy)
Château de Conwy

Le château de Conwy (en gallois : Castell Conwy) est un château qui a été construit à Conwy dans le pays de Galles. Il a été construit par Édouard Ier durant sa conquête du pays de Galles, entre 1283 et 1289. Construit dans un vaste projet visant à créer la ville fortifiée de Conwy (en), les défenses combinées ont coûtées environ 15 000 £, une somme importante pour l'époque. Durant les siècles qui ont suivi, le château eu un rôle important dans plusieurs guerres. Il a résisté au siège de Madog ap Llywelyn (en) pendant l'hiver 1294-1295, il est devenu un refuge provisoire pour le roi Richard II en 1399 et a été détenu durant plusieurs mois par des forces fidèles à Owain Glyndŵr en 1401.

Après le déclenchement de la Guerre civile anglaise, en 1642 le château est occupé par les forces de Charles I, qui tiennent le château jusqu'en 1646 lorsqu'il se rendent au armées parlementaires. À la suite, le château est partiellement détruit (en) par le Parlement pour éviter qu'il ne soit utiliser dans une autre révolte, en 1665 il est finalement totalement en ruines, le reste de son fer et de son plomb on été dépouillés et vendus.

Il est inscrit au Patrimoine mondial de l'Unesco via la dénomination des Châteaux forts et enceintes du roi Édouard Ier dans l'ancienne principauté de Gwynedd. L'Unesco considère le château de Conwy comme l'un des « plus beaux exemples de la fin du XIIIe siècle et du début du XIVe de l'architecture militaire en Europe »[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

XIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Sa construction a commencé en 1283 sous la direction de James of Saint George (en).

XIVe ‑ XVe siècles[modifier | modifier le code]

Vue aérienne du château de Conwy
Le château de Conwy vu de l'ouest, montrant la barbacane protégeant l'Outer Ward.

Le château de Conwy n'est pas très bien entretenu durant le début du XIVe siècle et en 1321, une expertise rapporte qu'il est mal équipé avec des réserves limitées, que les toitures souffrent de fuites et que la charpente est pourrie[2]. Ces problèmes persistent jusqu'à ce qu'Édouard le noir prenne le contrôle du château en 1343[2]. John Weston, son chambellan, fait effectuer des réparations, bâtissant de nouvelles arches en pierre pour soutenir le grand hall et d'autres parties du château[2]. Après la mort du Prince noir cependant, Conwy est de nouveau laissé à l'abandon[2].

À la fin du XIVe siècle, le château sert de refuge à Richard II contre les forces de son rival, Henry Bolingbroke[3]. Le 12 août 1399, après son retour d'Irlande, Richard gagne le château où il rencontre l'émissaire de Bolingbroke, Henry Percy, pour entamer des négociations[4]. Percy jure dans la chapelle qu'il ne fera aucun mal au roi. Le 19 août, Richard se rend à Percy au château de Flint, promettant d'abdiquer si sa vie est épargnée[5]. Le roi est emmené à Londres et meurt plus tard en captivité au château de Pontefract[4].

Henry Bolingbroke monte sur le trône d'Angleterre pour régner sous le nom d'Henry IV en 1400, mais une rébellion éclate peu après dans le nord du pays de Galles sous la direction d'Owain Glyndŵr[4]. En mars 1401, Rhys ap Tudur (en) et son frère Gwilym, cousins d'Owain Glyndŵr, entreprennent une attaque surprise sur le château de Conwy[4]. Prétendant être des charpentiers réparant le château, les deux gagnent l'entrée, tuent les deux gardes en service et prennent le contrôle de la forteresse[4]. Les rebelles gallois attaquent ensuite et capturent le reste de la ville fortifiée[6]. Les frères tiennent pendant environ trois mois, avant de négocier une reddition ; dans les termes de cet accord, les deux reçoivent une grâce royale par Henry[4].

Durant la guerre des Deux-Roses qui vit s'affronter entre 1455 et 1485 les factions rivales de la Maison de Lancastre et de la Maison d'York, Conwy est renforcé mais ne joue pas un rôle important dans les affrontements[7]. Henry VIII conduit des travaux de restauration dans les années 1520 et 1530, à un moment où le château sert de prison, de dépôt et de résidence possible pour des invités[7].

XVIe ‑ XXIe siècles[modifier | modifier le code]

Architecture[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Castles and Town Walls of King Edward in Gwynedd » (consulté le 29 mai 2014)
  2. a, b, c et d Ashbee 2007, p. 11
  3. Ashbee 2007, p. 11–12
  4. a, b, c, d, e et f Ashbee 2007, p. 12
  5. (en) « Richard II, King of England (1367–1400) », Luminarium.org (consulté le 22 mai 2013)
  6. Ashbee 2007, p. 12–13
  7. a et b Ashbee 2007, p. 13

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Jeremy Ashbee, Conwy Castle, Cardiff (Royaume-Uni), Cadw,‎ 2007 (ISBN 9781857602593)
  • (en) Jeremy Ashbee, The Impact of Edwardian Castles in Wales, Oxford (Royaume-Uni), Oxbow Books,‎ 2010, 72–84 p. (ISBN 978-1-84217-380-0), « The King's Accommodation at his Castles »
  • (en) Peter Brears, The Impact of Edwardian Castles in Wales, Oxford (Royaume-Uni), Oxbow Books,‎ 2010, 85–98 p. (ISBN 978-1-84217-380-0), « Food Supply and Preparation at the Edwardian Castles »
  • (en) R. Allen Brown, English Castles, Londres (Royaume-Uni), Batsford,‎ 1962 (OCLC 1392314)
  • (en) Nicola Coldstream, The Impact of Edwardian Castles in Wales, Oxford (Royaume-Uni), Oxbow Books,‎ 2010, 37–45 p. (ISBN 978-1-84217-380-0), « James of St George »
  • (en) Oliver Hamilton Higham, Medieval Town Walls: An Archaeology and Social History of Urban Defence, Stroud (Royaume-Uni), Tempus,‎ 2005 (ISBN 978-0-7524-1445-4)
  • (en) Chris Given-Wilson, The English Nobility in the Late Middle Ages, Londres (Royaume-Uni), Routledge,‎ 1996 (ISBN 978-0-203-44126-8)
  • (en) Jean-Denis G. G. Lepage, British Fortifications Through the Reign of Richard III: an Illustrated History, Jefferson (États-Unis), McFarland,‎ 2012 (ISBN 9780786459186)
  • (en) Graham Lott, The Impact of Edwardian Castles in Wales, Oxford (Royaume-Uni), Oxbow Books,‎ 2010, 114–120 p. (ISBN 978-1-84217-380-0), « The Building Stones of the Edwardian Castles »
  • (en) Norman John Greville Pounds, The Medieval Castle in England and Wales: A Social and Political History, Cambridge (Royaume-Uni), Cambridge University Press,‎ 1994 (ISBN 978-0-521-45828-3)
  • (en) Augustus Pugin, Examples of Gothic Architecture Selected From Various Ancient Edifices in England, Edinburgh (Royaume-Uni), J. Grant,‎ 1895 (OCLC 31592053)
  • (en) Caernarfon Castle and Town Walls, Cardiff (Royaume-Uni), Cadw,‎ 2008 (ISBN 978-1-85760-209-8)

Article connexe[modifier | modifier le code]