Château de Châlus Maulmont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maulmont et Château de Châlus.
Château de Châlus Maulmont
Image illustrative de l'article Château de Châlus Maulmont
Nom local Tour du Fort
Période ou style XIIIe siècle
Type forteresse
Début construction 1275
Fin construction 1280
Propriétaire initial Géraud de Maulmont
Propriétaire actuel Famille de Maulmont
Destination actuelle vestiges
Protection Logo monument historique Classé MH (1981)
Coordonnées 45° 39′ 20″ N 0° 58′ 42″ E / 45.655474, 0.97833345° 39′ 20″ Nord 0° 58′ 42″ Est / 45.655474, 0.978333  
Pays Drapeau de la France France
Région historique Limousin
Subdivision administrative Limousin
Département Haute-Vienne
Commune Châlus

Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne

(Voir situation sur carte : Haute-Vienne)
Château de Châlus Maulmont

Le château de Châlus-Maulmont, dénommé encore Tour du Fort, est situé sur la commune de Châlus, en France[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Le château fort de la ville basse de Châlus a été construit de 1275 à 1280 par Géraud de Maulmont (ou Maumont), conseiller de la vicomtesse de Limoges Marguerite de Bourgogne, sur des terres relevant alors de la seigneurie de Chalusset.

L'immeuble figure au cadastre en section AB sous le no 138. Il est d’une contenance de 3a et 4ca.

Il est établi sur une butte faisant face au promontoire rocheux sur lequel siège le château de Châlus-Chabrol, de l'autre côté de la petite vallée de la Tardoire.

À l'origine (XIIIe siècle), il s'agissait d'une forteresse formant un rectangle, dont les angles nord-ouest et sud-est, diagonalement opposés, étaient fortifiés d'une tour.


Encore intacts en 1789, la tour Nord-Ouest ainsi que le corps de logis attenant furent détruits entre les années 1794 et 1799.

Châlus Chabrol servit de prison jusqu'en 1820, date à laquelle, il fut restitué au comte de Bourbon Busset (dont la branche cadette est dite Bourbon-Châlus).

En 1888, sur commande du comte de Bourbon, l'architecte archéologue limousin Jules Tixier rédige un " bulletin de santé " très complet de la forteresse. Déjà, un "effondrement considérable" était craint.

En 1928, la toiture du corps de logis s'effondre, par défaut d'entretien.

La seconde et dernière tour (Sud-Est), qui mesurait 27,6 m de hauteur et 8,70 m de diamètre avec des murs de 2,50 m d’épaisseur s’est effectivement effondrée le 20 mars 1994. Deux maisons (habitées et occupées), une grange et quelques véhicules furent ensevelis mais, par miracle, personne ne fut tué, ni blessé.

Châlus-Maulmont a fait l’objet d’une décision de classement au titre des monuments historiques en date du 25 mars 1981[2]. Revenu au sein de la famille de Maulmont en 1989, le fort de Châlus Maulmont, propriété de la SCI de Maulmont gérée par Anne-Laure Réveilhac de Maulmont, figure désormais sur la route Richard Cœur de Lion.

Un petit musée est établi à proximité. Une belle fenêtre ogivale est à voir, sur un pan de mur de l'ancien corps de logis.

C'est par erreur[3]que jusqu'à la moitié du XXe siècle, les Châlusiens (voir, par exemple, la littérature de Georges-Emmanuel Clancier) et de multiples cartes postales signalaient la tour de Châlus Maulmont comme étant le château duquel partit le carreau d'arbalète qui tua Richard Cœur de Lion.

La distribution de la bière Chevalier de Maulmont[4], brassée par la brasserie Duplessi, permettait en 2005 de financer la restauration du château de Châlus-Maulmont[5].

Un projet de restitution de Châlus Maulmont et de construction d'une cité culinaire du Limousin est exposé au musée de l'association Histoire et Archéologie du Pays de Châlus, rue Richard Cœur de Lion, voisin de Châlus Maulmont, avec une note de présentation. La reconstruction du château et à la réhabilitation des constructions voisines dépendent de l'affectation et de l'exploitation du site, déterminant pour leur financement.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Base Mémoire du Ministère de la Culture
  2. « Ruines du château de Chalus-Maulmont », base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. Paul Patier, Histoire de Châlus, Res Universis, Paris, 1993. (ISBN 2-7428-0184-7) (ISSN 0993-7129)
  4. L'étiquette de la bière Chevalier de Maulmont sur le site de Laurent Grannier, consulté le 31 mai 2009.
  5. La SCI de Maulmont sur le site de l'annuaire indépendant des brasseries en France, consulté le 31 mai 2009.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roger Boudrie, Le château de Châlus-Maulmont (Châlus, 87), Société d'études historiques et archéologiques de la moyenne Corrèze, Tulle, France,‎ 1961
  • Paul Patier (préf. Général Weygand), Le Siège de Châlus-Chabrol par le Roy Richard Cœur de Lion l'an 1199; étude de deux châteaux de Châlus, Imprimerie nouvelle à Limoges,‎ 1962, 40 pages p.
  • Paul Patier, Histoire de Châlus et de sa région, Res Universis,‎ 1993 (ISSN 09993-7129)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]