Château de Bricquebec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Bricquebec
Image illustrative de l'article Château de Bricquebec
Le château et son donjon.
Période ou style Médiéval
Type Château fort
Début construction Xe ou XIe siècle
Propriétaire initial Anslec de Bricquebec
Destination actuelle Ruiné
Protection Logo monument historique Classé MH (1840)[1]
Coordonnées 49° 28′ 13″ N 1° 37′ 57″ O / 49.470396, -1.63239249° 28′ 13″ Nord 1° 37′ 57″ Ouest / 49.470396, -1.632392  [2]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Normandie
Région Basse-Normandie
Département Manche
Commune Bricquebec

Géolocalisation sur la carte : Manche

(Voir situation sur carte : Manche)
Château de Bricquebec

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Bricquebec

Le château de Bricquebec est un ancien château fort élevé sur motte, fondé au Xe ou XIe siècle[3], entièrement reconstruit au XIVe siècle[3] et remanié au XVIe siècle[3], dont les ruines se dressent sur la commune de Bricquebec dans le département de la Manche en région Basse-Normandie.

Il s'agit d'une ancienne demeure féodale construite vraisemblablement au XIe siècle[4]. Elle a subi depuis de nombreux remaniements et reconstructions. « Il brilla de tout son éclat au XIVe siècle »[4].

Les ruines de l'ancien château font l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par la liste des monuments historiques de 1840[1].

Situation[modifier | modifier le code]

Les vestiges du château de Bricquebec sont situés dans le département français de la Manche sur la commune de Bricquebec, dans le bourg, sur une butte.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sa création est généralement attribuée à Anslec, connu sous l'appellation de « Anslec de Bricquebec ». Au Xe siècle, il est la propriété de la famille Bertran, qui le garde jusqu'au XIVe siècle[5].

Le château revient ensuite par mariage à la famille Paisnel, puis aux d'Estouteville.

En 1418, le roi Henri V d'Angleterre l'offre au comte de Suffolk. Il est restitué en 1450 à Louis II d'Estouteville.

En avril 1532, venant de Coutances, le roi François Ier y séjourne avant de rallier Cherbourg le 28[6].

Un peu avant la moitié du XVIe siècle, les d'Estouteville abandonnent le vieux château comme résidence au profit du château des Galeries, qui vient d'être construit non loin, jugé plus confortable.

Description[modifier | modifier le code]

Le château de Bricquebec se présente sous la forme d'une enceinte flanquée de tours rondes, hexagonales et quadrangulaires que domine un donjon polygonal à onze côtés unique en Europe[réf. nécessaire]. Le château a été entièrement reconstruit au XIVe siècle et remanié au XVIe siècle.

Il offre « l'exemple le plus intéressant et le plus imposant d'architecture militaire du Moyen Âge en Cotentin »[7].

Le donjon

Le donjon est construit sur une motte de terre de 17 m de hauteur et de 50 m de diamètre, et a la forme d'un polygone à 11 côtés, divisé en cinq niveaux. Haut de 22,30 mètres avec un diamètre de 10 mètres[4], sa base présente un fruit.

Il semble qu'il ait été construit là pour assurer la défense de la porte d'entrée[4].

Il se compose d'un caveau, d'un rez-de-chaussée faisant office de cuisine, et de deux étages servant d'appartements, d'un troisième étage réservé à la garde, le tout surmonté d'une plate-forme couronnée de mâchicoulis et percé de 27 ouvertures destinées au tir plongeant. Le sommet était, à l'origine, surmonté d'un toit pointu, aujourd'hui disparu[4].

La maison manable

Flanquée d'une tourelle à un angle, elle communiquait avec le logis principal et le bastion. C'est aujourd'hui une ruine.

Le bastion

Il mesure 19,45 mètres de longueur sur une largeur de 4,63 mètre. Il est construit en saillie sur le mur d'enceinte. Il est percé de meurtrières et surmonté d'un chemin de ronde.

La grosse tour ronde

Elle forme la limite est du mur d'enceinte. Elle est haute de deux étages et son diamètre extérieur est de 12,80 mètres. Elle a perdu son toit polygonal.

Le chartrier

C'est là qu'étaient conservées les archives du seigneur du lieu, essentiellement ses titres propriété.

La tour d'horloge

Elle est haute de trois étages, reliés entre eux par un escalier tournant ; chaque étage offrant une salle. Un musée y a aujourd'hui trouvé place.

L'hôtel du vieux château, ancien logis seigneurial

C'était le logis principal. L'intérieur a subi une transformation totale[4]. La magnifique salle des chevaliers a été un temps transformée en écurie. Au devant se dresse une « salle » qu'ouvre de larges baies dont les remplages sont divisés par quatre colonnettes et sur son côté opposé d'une arcade.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Restes du château », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. Coordonnées trouvées sur Géoportail.
  3. a, b et c Dictionnaire des châteaux et des fortifications du Moyen Âge en France 1987, p. 202.
  4. a, b, c, d, e et f P. Lebreton, Bricquebec et ses environs, impr. Hippolyte Cazenave, Bricquebec, 1902.
  5. « Notice no IA50000051 », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  6. André Dupont, Histoire du département de la Manche, tome V. « Le grand bailliage de 1450 à 1610  », éd. Ocep, Coutances, 1979, p. 50.
  7. Visite des châteaux du Nord Cotentin, Jeune chambre économique de Cherbourg, 1975.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Le Château de Bricquebec », Vikland, no 13, 1979.
  • Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du Moyen Âge en France,‎ 1987, 1304 p. (ISBN 2865350703).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • ...